Follow by Email

mardi 3 juillet 2012

Le cercle et autour... une proposition de Daniel G.Hill

Si Picasso affirmait : "JE ne cherche pas, JE trouve", au sens étymologique où chercher veut dire "casser le cercle" alors que trouver signifie "chanter un poème" à la manière d'un troubadour ou d'un trouvère.  L'artiste New-Yorkais, Daniel G.Hill,, propose une réflexion ouverte et rayonnante sur le Cercle dans l'Art Concret à la Galerie ParisCONCRET intitulée Raisonnement circulaire. Daniel G.Hill (membre de AAA et dont on a pu voir le travail au dernier Salon des Réalités Nouvelles) se plaçant lui-même au centre de la problématique,  prend la tangente des lignes de fuite. 

Oeuvres de Mary Schilliro, Mary Judge, David Henderson et Nathalie Delasalle

Autour de peintures, de sculptures et de dessins contemporains réalisés par un groupe d’artistes internationaux cette exposition explore un large éventail d’approches de la forme circulaire ou radiale comme autant de propositions où les artistes utilisent le cercle en tant que forme première et créatrice afin d’explorer l’épistémologie, la couleur, les matériaux, les formes et l’espace négatif ou positif dans des oeuvres qui font écho au monde de la nature et à l’étendue de l’expérience humaine. Ainsi pour Daniel G.Hill, le cercle revêt une signification spirituelle intemporelle. Symbole cosmique dans l’art occidental ou dans l’art oriental et forme géométrique explorée dans l’art non-objectif depuis cent ans.


Selon Ralph Waldo Emerson, cité par Daniel G.Hill le commissaire d'exposition : 


"L’oeil est le premier cercle; l’horizon qu’il forme est le second cercle; et dans la nature, cette forme première se répète à l’infini. Il s’agit du symbole le plus important au monde. ... Notre vie est une quête de la vérité qui nous permet de dessiner un cercle autour d’un autre cercle; que la nature est infinie, mais que chaque fin est un début; que midi voit toujours le jour, et que sous chaque abysse s’ouvre un abysse plus profond."


Oeuvres de Iemke van Dijk, Catherine Winsnes et Richard van der Aa

Les artistes sélectionnés sont Richard van der Aa (NZ/Fr), Nathalie Delasalle (It/Fr), Iemke van Dijk (Nl), Julie Gross (Ca/Usa), David Henderson (Us), Mary Judge (Usa), Marlene Sarroff (Au), Mary Schiliro (Usa) et Cathrine Winsnes (No/Fr).  Une sélection d'oeuvres et une problématique qu'il serait certainement passionnant de voir se développer et rayonner au sens du Salon des Réalités Nouvelles et au-delà en y adjoignant par exemple des oeuvres de Richard Serra, de Jeanne Coppel et d'autres ... 


Galerie ParisConcret du 16 Juin - 7 Juillet, 2012 Ouvert du mercredi au samedi 14h–18h 5 rue des Immeubles Industriels, 75011 Paris, France www.parisconcret.org    Metro: Nation


ParisCONCRET presents Raisonnement circulaire (Circular Reasoning) curated by Daniel G. Hill (us). The exhibition includes contemporary paintings, sculptures and drawings by a group of international artists who explore a wide range of approaches to the circular or radial form. The artists include Richard van der Aa (nz/fr), Paul Corio (us), Nathalie Delasalle (it/fr), Iemke van Dijk (nl), Julie Gross (ca/us), David Henderson (us), Mary Judge (us), Marlene Sarroff (au), Mary Schiliro (us) and Cathrine Winsnes (no/fr).The circle has had spiritual significance for thousands of years, has been a symbol of the cosmos in both eastern and western art, and a geometric form explored in non-objective art for the past 100 years. The eye is the first circle; the horizon which it forms is the second; and throughout nature this primary figure is repeated without end. It is the highest emblem in the cipher of the world. ...Our life is an apprenticeship to the truth, that around every circle another can be drawn; that there is no end in nature, but every end is a beginning; that there is always another dawn risen on mid–noon, and under every deep a lower deep opens. – Ralph Waldo Emerson In "Raisonnement circulaire", the artists have employed the circle as a primary and generative form to explore issues of epistemology, color, materiality, pattern, and positive/negative space in work that is resonant of the natural world and the breadth of human experience. Daniel G. Hill is an artist living and working in New York City. He is an Assistant Professor at Parsons The New School for Design and the Coordinator of Visual Arts at The New School for Public Engagement. He has been a member of American Abstract Artists since 1997 and is associated with MINUS SPACE in Brooklyn, New York. He recently exhibited at the Instituto de Artes Gráficas de Oaxaca Alcalá in Oaxaca, Mexico and at the Salon des Réalités Nouvelles in Paris.