Follow by Email

lundi 18 novembre 2019

Hervé Fischer Centre Pompidou

Le 25 novembre 2019


Hervé Fischer. Les Couleurs de l'Occident. De la préhistoire à nos jours (Gallimard)


En présence de l'auteur et de Pierre Nora

La Bibliothèque Kandinsky du Musée national d’art moderne est heureuse de vous convier au lancement de l’ouvrage d’Hervé Fischer, Les couleurs de l’Occident. De la Préhistoire au XXIe siècle (collection Bibliothèque illustrée des histoires), paru aux éditions Gallimard, en présence de l’auteur et de Pierre Nora, historien.


Le lundi, 25 novembre, à partir de 18h30
Bibliothèque Kandinsky
Centre Pompidou, Niveau 3


Entrée libre sur réservation à : reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

Hervé Fischer a consacré ses recherches à la sociologie de l’art et à la mythanalyse des imaginaires sociaux. Fondateur de l’art sociologique, il est revenu depuis plusieurs années à la peinture pour explorer le monde numérique, ses structures, ses icones et ses mythes. Il recourt aussi depuis 2011, sur twitter, au tweet art et à la tweet philosophie. En 2017, le Centre Pompidou organise la grande rétrospective de son travail « Hervé Fischer et l’art sociologique ».

Avec « Les couleurs de l’Occident » Hervé Fischer propose une nouvelle réflexion théorique sur le système des couleurs saisi dans son rapport avec les évolutions sociétales. Les couleurs possèdent une expressivité qui va bien au-delà de la simple sensation, qui relève du mythe et qui cependant s’encadre dans l’institution sociale. Les couleurs possèdent un pouvoir auquel l’institution sociale ne peut que s’intéresser. Elle en édicte les codes et les usages, elle en sanctionne même les transgressions. Ce livre vise à en apporter la démonstration historique. Ce n’est pas une histoire des couleurs qui est écrite ici (territoire déjà bien exploré par l’histoire culturelle de Michel Pastoureau, John Gage, Faber Birren ou Manlio Brusantin). C’est une réflexion sur le système des couleurs selon les types de société et leur évolution. Deux dates, deux faits pourraient la circonscrire : la Bible qui ne mentionne jamais les couleurs mais seulement les ténèbres ou la lumière. Gagarine, en 1961, qui déclara à son retour: « j’ai vu le ciel sombre et la terre bleue ». Un bleu ultramarine qui, au même moment, fascinait Yves Klein. Hervé Fischer mène une analyse rigoureuse depuis les pigments colorés des peintures préhistoriques jusqu’au fauvisme digital du XXe siècle et au consumérisme contemporain.

Artiste et philosophe, Hervé Fischer, est né à Paris en 1941 et vit à Montréal. Il a étudié à l’École normale supérieure et à l’Université du Québec à Montréal. Il a consacré sa maîtrise sous la direction de Raymond Aron à la pensée politique de Spinoza et sa thèse à la sociologie des couleurs. Il a enseigné à la Sorbonne-Paris V et à l’École nationale supérieure des arts décoratifs. Il est actuellement professeur associé à l’Université du Québec à Montréal et fondateur et directeur de l’Observatoire international du numérique, ainsi que de la société internationale de mythanalyse.

En résonance avec la parution de l’ouvrage et la thématique des discussions, la Bibliothèque Kandinsky présentera une sélection d’ouvrages et documents d’archives conservés dans ses collections.

Le Fonds d’archives Hervé Fischer est conservé à la Bibliothèque Kandinsky.

www.centrepompidou.fr

http://bibliothequekandinsky.centrepompidou.fr/

www.gallimard.fr

dimanche 17 novembre 2019

#6 extraordinaires !



Depuis 2014, le projet des Arts de la récupération "Extraordinaires Objets de l'Ordinaire" invite à réfléchir sur l'impact de la consommation de masse et sur l’importance du rôle de l’artiste dans la société contemporaine. A travers l'exposition des œuvres inspirées par les grands enjeux écologiques, il explore nos rapports à l'objet et invite les artistes, soucieux·ses du futur de notre planète, à questionner la valeur d'échange du regard que crée l'art. La 6èmeédition s'ouvre à une plus grande diversité artistique, réunie autour du concept de la création éco-responsable et engagée. (Extrait du dossier de presse)




Initié par l’artiste plasticienne Delphine Epron et l’association « la Petite Rockette », le projet des arts de la récupération « Extraordinaires Objets de l’Ordinaire » a pour but de sublimer les objets de notre quotidien, absorbés dans le flux de l’hyperconsommation vers l’hyper déchet.
S’adressant aux artistes qui souhaitent questionner la valeur d’échange et de déplacement du regard que crée l’art, il invite à réfléchir sur l’impact généré par nos comportements de consommation irréfléchis et sur l’importance du rôle de l’artiste dans la société contemporaine en pleine mutation.
Dans cette optique, le projet s’inscrit dans la continuité de l’action menée, depuis 2005, par « La Petite Rockette » qui se traduit par la démocratisation du réemploi des objets usagés et par la sensibilisation du public à une meilleure gestion des déchets.
Initialement axé sur l’art conçu à partir de matériaux recyclés, cette année le projet s’ouvre à une plus large diversité artistique. Ainsi seront bienvenues les oeuvres plastiques, les performances et les animations/ateliers, articulées autour des grands enjeux actuels, tels que l’écologie et les modes de vie durables et solidaires.
Les artistes intéressés (sans limite d’âge) ont été invités à répondre au un appel à projet en formulant une ou plusieurs propositions artistiques en cohérence avec la ligne éditoriale proposée (up-cycling, éco-art).

Réalités Nouvelles à travers Abstract Project est partenaire. 

samedi 16 novembre 2019

Parcours initiatique – L’art abstrait en France : 1945-1965

Parcours initiatique  - L’art abstrait en France : 1945-1965
15 Oct - 05 Jan 2020
Vernissage le 17 Oct 2019

Château du VAL FLEURY

OLIVIER DEBRÉ JEAN FAUTRIER HANS HARTUNG JEAN MESSAGIER GUSTAVE SINGIER PAUL JENKINS LADISLAS KIJNO HENRI MICHAUX JAMES PICHETTE PIERRE SOULAGES ZAO WOU-KI ...


L’exposition « Parcours initiatique - L’art abstrait en France : 1945-1965 » rassemble au château du Val Fleury, à Gif-sur-Yvette, des peintures de quinze artistes emblématiques de ce mouvement artistique, de James Pichette, Jean Fautrier et Hans Hartung à Olivier Debré, Jean Messagier et Zao Wou Ki.

plus d'informations sur : 

https://www.paris-art.com/olivier-debre-hans-hartung-val-fleury-parcours-initiatique-l-art-abstrait-en-france-1945-1965/

mardi 12 novembre 2019

#97 - Frontières - Mar Daines

Vernissage mercredi 20 novembre 2019
de 18 h à 21 h

Exposition du 21 au 30 novembre 2019

ouvert du mercredi au samedi
de 14h à 19h

5 rue des Immeubles-Industriels

75011 PARIS


#97 - Frontières





Dans mes installations, sculptures et peintures, j’utilise des matériaux différents comme la pierre, l’argile, le métal, le bois, des matériaux de récupération ainsi que la peinture et le collage. Ainsi je peux expérimenter constamment, éternelle étudiante et exploratrice de l’Abstrait.

Le temps et l’espace sont mes champs de recherche. J’essaie de minimiser le rationnel. Mes œuvres se font sans idée intellectuelle préconçue, un geste en appelant un autre, dans un travail de restitution inconsciente des nombreuses cultures et frontières que j’ai expérimentées et traversées.


J’ai grandi en Colombie et j’ai ensuite vécu dans différents pays d’Amérique du Sud, du Proche-Orient et d’Europe.

Après des études d’Histoire de l’Art à Rome, j’ai suivi des cours de Beaux-Arts à la FAAP (Fundaçao Armando Alvares Penteado) à Sao Paulo au Brésil, ainsi que ceux de plusieurs ateliers en France et aux États-Unis.

J’habite et travaille actuellement en France.

Mar Daines









mardi 29 octobre 2019

#96 - Architecte-Artiste

#96 - Architecte-Artiste

Vernissage mercredi 6 novembre
de 18 h à 21 h

Exposition du 7 au 16 novembre 2019
ouvert du mercredi au samedi
de 14h à 19h

5 rue des Immeubles-Industriels
75011 PARIS

David APIKian
Natacha CALAND
Emmanuelle CHANDLER
Guillaume CHAUSSÉ
Aleth de CRÉCY-KOCH
Hernan JARA
Carlos JULLIAN de la FUENTE
Nishan KAZAZIAN
KIRKOR
Atsushi KOBAYASHI
Viatcheslav KOLEYTCHOUK
Dmitri KOZLOV
Claude LELONG
Prospero MORYUSEF
Ines SILVA
Madeleine SINS
Gianfranco SPADA
Ada WEBER
Marian WEBER


«  Pour mon entendement stupide, l’homme le plus heureux de tous, c’est celui qui a le moins d’esprit, le fou…

Les plus proches de cette catégorie, ce sont les infatigables architectes, qui sans fin, reconstruisent en carré les bâtiments ronds, et en rond les bâtiments carrés ; cette occupation n’a ni fin ni limites, si ce n’est la faillite, qui les réduit à la faim et à l’errance.

Et avec cela, ils ne cessent de regretter la brièveté de leur vie qui n’aura pas permis de réaliser pleinement leurs gigantesques projets ».


ÉRASME, Éloge de la folie (Stultiae Laus)