Follow by Email

mardi 2 juin 2020

L'expo en quatorzaine.... virtuelle...










Boiry - sans titre


Levesque - Shibari


Aksouh - Sans titre

Strojna - Diptyque Ville


Dupierris - Diplopie 4667


Bertozzi - Where is the elder (the three sisters) ?

Trolliet - Présence de R.Orépük

Bordas - Sans Titre


Apikian - Contrepoint 1 et 2 


Husson - Terre Calcinée


Bensasson - Mars "Suite"


Cutillo - Covid


Bonduelle - Domestication

Et un rien d'Olivier Di Pizio ! 

jeudi 28 mai 2020

RN 2020 - Adaptation

SALON RN 2020

 

En raison du contexte sanitaire lié à l’épidémie de Covid-19 et des difficultés d’organisation,  

« Réalités Nouvelles » ne propose pas d’appel à candidature pour cette session du salon 2020

 

L'exposition aura lieu du 12 au 15 novembre 2020

à l’espace Commines /17 rue de Commines 75003 Paris

 

Le changement de lieu d’exposition nous obligeant à une période de transition, le comité des Réalités Nouvelles constitue une sélection resserrée qui ne nous permet pas d’intégrer de nouvelles candidatures. Les candidatures spontanées reçues seront conservées, pour la session des RN2021, dans le cadre des expositions « Réalités Nouvelles Hors Les Murs» et pour la programmation de la Galerie Abstract Project – 5 rue des immeubles industriels 75011 Paris.

 

contact@realitesnouvelles.org

 

contact@abstract-project.com

 

mercredi 27 mai 2020

Bon Anniversaire

Donc après Soulages (1919) 100 ans en décembre dernier, c'est à Frank Popper (1918) 102 ans en avril dernier et Carmen Herrera (1915) 105 ans le 30 mai prochain à qui nous souhaitons un joyeux anniversaire!

Crise Covid-19

La crise de la Covid-19 continue de produire ses effets délétères. Donc annulation du Turner Prize à Londres, pas de prix cette année. Le prix est reparti sous forme d'une bourse de 10000 L pour chacun des finalistes. La Biennale d'Art Contemporain de Lyon est reportée en 2022. Le MOMA de New York annule tous expos, colloques, conférences, festivals jusqu'en 2021. Les centres d'art français,  à travers la dca,  ont lancé un appel pour trouver un nouveau modèle économique à échelle humaine.

dimanche 24 mai 2020

#104 - Au Gnouf en Quatorzaine !




« Coronavirus ! », « C’est la guerre ! », « C’est la grippe espagnole ! », confinement, quarantaine, réclusion, isolement, enfermer, chambre, déposer, abbaye, arrestation, bagne, bannissement, captivité, chartreuse, chiourme, claustration, cloître, clôture, communauté, condamnation, contrainte, convent, cour, déportation, détention, écrou, éloignement, emprisonnement, enfer, enfermement, exil, galère, incarcération, internement, isolement, mise à l’ombre, prison, propriété, pré, préside, prévention, punition, pénitencier, relégation, retraite, réclusion, servitude, solitude, séparation, séquestration, taule, transportation, travaux forcés, tôle … zoo !

14 artistes répondent à la question : 

votre travail a-t-il changé pendant cette expérience de 55 jours ?

3 au 13 juin 2020 à la galerie Abstract Project, 
5 rue des Immeubles Industriels 75011 Paris. 



Déconfits

Et la société du spectacle fut mise KO debout par un machin de quelques microns de taille, qui se passait de la main à la main, et que naturellement personne ne voyait. Le choc fut complet. L’équipe de la bibliothèque du musée d’art moderne était complètement déprimée, et souhaitait “ du fond du cœur que cette Newsletter puisse être lue par tous ses destinataires et que vos proches et votre entourage sont également en bonne santé. Nous vous espérons dans des situations de confinement pas trop contraintes et que votre moral est bon”. Car on devait rester à la maison confinés, isolés les uns des autres, les mains propres, avait dit le bon docteur. Les artistes du théâtre et de la musique étaient tétanisés à lire “Le savon” ou “Les animaux malades de la peste”, comme embastillés sur leurs téléphones, les yeux écarquillés. D’autres se découvraient petits-bourgeois rêveurs et gourmands, entre pantoufles et petits plats quand tous les restaurants étaient clos. L’art était au zoo. Industrie non indispensable, clouée au sol avec les avions. On aurait dit que la société du spectacle était prise dans une vaste toile d’araignée. Musées, expositions, festivals, foires, représentations théâtrales, étaient annulés. La faillite était totale. Les galeries grandiloquentes annonçaient qu’on ne les y reprendrait plus et que demain ne serait plus hier et appelaient le gouvernement à un plan de secours. Les grands acteurs du cinéma se prononcèrent sévèrement et définitivement pour la refondation d’un avenir nouveau quand d’autres d’un naturel plus pessimiste prévoyaient que demain serait la même chose qu’hier en pire. 
Les artistes plasticiens, enfermés à l’année dans leurs ateliers, ne voient pas tant la différence. Certains avaient rejoint leur atelier à la campagne, quand d’autres étaient confinés dans des appartements parisiens exigus avec leur famille dans l’impossibilité de se déplacer. A chaque jour sa création, ils postaient leurs remarques égotiques, pour dire qu’ils existaient toujours par leur journal intime éventé sur Instagram ou Facebook. Leur atelier était leur chambre de malade à moins que cela ne soit l’inverse. La société était sans dessus dessous. L’art était reclus, ficelé, en suspens... Shibari !
C’était la guerre avait dit le président, qui faisait comprendre à tout un chacun ce qu’avait pu être l’incompétence administrative et la bêtise de l’état-major en 1940. Avec Daladier, on avait même retrouvé d’un seul coup lettres de dénonciation anonymes, marché noir et système D ! Dans l’incapacité de s’approvisionner en matériel, on travaillait sur son stock pour les plus prévoyants ou sur du matériel de récupération. Certains emballaient livres, récupéraient les emballages, les boîtes de conserves, et le bois des cageots de fruits… dans l’attente de l’annonce de la fin d’une quarantaine de 14 jours par trois fois repoussée à cause du nombre de morts, d’entrées en réanimation ou de nouveaux contaminés.
Aujourd’hui 14 artistes répondent à la question, votre travail a-t-il changé pendant cette expérience de 56 jours ?

Erik Levesque
Paris, 8 mai 2020














mardi 19 mai 2020

La roue tourne...

Les grandes collections d'art sont remises en question, dans trois grandes villes européennes Paris, Berlin et Londres.
Berlin qui compte près de 40000 artistes et 400  galeries a augmenté les baux des locaux "prêtés" initialement pour abriter les grandes collections de Friedrich Christian Flick , 2500 œuvres dont Alberto Giacometti, Marcel Duchamp, Bruce Nauman, Georg Baselitz, Isa Genzken, Wolfgang Tillmans ou Sol LeWitt... que le collectionneur rapatrie à Zurich annonce-t-il. Thomas Olbricht annonçait la fermeture de sa collection  1500 pièces dont Cindy Sherman, Marlene Dumas, Georg Baselitz ... enfin Julia Stoschek annonçait la fermeture de son musée une collection de 850  videos et art multimédia dont des œuvres d'Arthur Jafa, Elaine Sturtevant, Wolfgang Tillmans, ou Barbara Hammer... envisageant un transfert de celles-ci dans le monde numérique.
La politique de la mairie de Berlin très à gauche, semble en partie responsable de ces choix, mais aussi la politique du gouvernement fédéral qui interdit le marché de l'art au delà de 250000 euros par œuvre. Le nombre de galeries à Berlin devrait donc baisser sévèrement.
A Londres le sémillant Charles Saatchi, publicitaire qui a fait la gloire des années 1990 des Young British Artists Damien Hirst et Tracey Emin, vend encore sa collection aux enchères, mais la presse le décrit comme un homme ayant perdu la main...
A Paris Antoine de Galbert, fondation Maison Rouge, annonce lui la fin des galeries et des foires trop nombreuses, dans le Journal des Arts... Il n'y en aura pas pour tout le monde !





mardi 12 mai 2020

Anne Commet sur Arte

Nous avons le  plaisir de vous informer que vous pouvez retrouver le portrait d'Anne Commet dans l'Atelier A sur ARTE creative en cliquant ici.

Une vidéo de 7 minutes où il est question de peinture, de paysage et d'empreinte.

vendredi 8 mai 2020

#103- Art et Mathématiques 3

Exposition du 13 au 30 mai 2020
ouverte du mercredi au samedi
de 12 h à 16 h (nouveaux horaires)
port du masque obligatoire, respect de la distanciation sociale
5 personnes maximum admises dans la galerie

5 rue des Immeubles-Industriels
75011 PARIS













David APIKIAN
Maria ARVELAIZ-GORDON
Chantal ATELIN
Joanick BECOURT
Milija BELIC
Charles BÉZIE
Michel BUGAUD
Guillaume CHAUSSÉ
DELNAU
Stephane DESELLE
Michel-Jean DUPIERRIS
Octavio HERRERA
Wilmer HERRISON
Hernan JARA
Dmitri KOZLOV
Rose REGENBOOG
Jun SATO
János Szász SAXON
Go SEGAWA
Bogumila STROJNA
Haruhiko SUNAGAWA
Jurgen WOLFF


« Structure »

Σκελετός en grec

Les formes mathématiques abondent dans la nature, car les mathématiques sont derrière les lois physiques qui régissent la formation des structures naturelles organiques et inorganiques.

La structure mathématique est donc partout présente, évidente, dans le monde naturel.

La thématique d’Art et Mathématiques 3, « Structures », réunit des artistes français et internationaux qui ont soumis leur recherche à la mise en évidence de la structure de leur œuvre, objet en volume ou représentation en deux dimensions.

David Apikian

#103 - Art et mathématiques 3 - OUVERTE

GALERIE ABSTRACT PROJECT

Conformément aux annonces gouvernementales à propos du plan de déconfinement,

la galerie Abstract Project rouvre ses portes

et nous aurons le plaisir de vous y retrouver.


L’exposition #103 - Art et mathématiques 3 vous y attend.


Les règles suivantes devront être respectées :

- port du masque obligatoire ;

- 5 personnes simultanément au maximum dans la galerie ;

- limitation du nombre de personnes sur le trottoir (groupe de 10 personnes au maximum) ;

- respect de la distanciation (1,50 m).


La galerie assurera en continu la désinfection des éléments sensibles (poignées de porte, table, interrupteurs…).


La galerie est ouverte avec de nouveaux créneaux horaires.