Follow by Email

vendredi 30 novembre 2018

Le mécénat est-il pénalement répréhensible ?

Selon Libération du 29 Novembre 2018 et le site du Fricc hébergé par overblog, le 15 novembre 2018 l'association "Front Républicain d'Intervention Contre la Corruption" ou FRICC et Eric Darques ont porté plainte contre X devant le Procureur de la République du Parquet National Financier pour des faits d'escroquerie et de recel, de fraude fiscale et blanchiment de fraude fiscale liés à la Fondation Louis Vuitton et au groupe LVMH.

Cette plainte pour «escroquerie» et «blanchiment de fraude fiscale» vise le mécénat de LVMH et de Bernard Arnault, son patron - présumé innocent - pour la création de sa Fondation Louis-Vuitton au bois de Boulogne. Au cœur de cette plainte la dérive présumée des coûts passés de 100 à 790 millions d’euros (suivant la Cour des comptes, LVMH refusant de communiquer le moindre chiffre, semble t-il) lors de la construction de ce bâtiment avec 112 855 euros le m2, par comparaison le Guggenheim Bilbao du même Frank Gehry - 7 fois plus grand mais qui n'a pas les structures en voile - à coûter 4580 euros le m2  la rénovation de la Samaritaine se fait, elle pour 7 142 euros le m2

Le rapport de la Cour des comptes de Novembre 2018 a dénoncé de manière générale les dérives de la loi Aillagon, dont sont exclues les petites structures qui n'apportent pas "l'optimisation des retombées médiatiques" puisque le dispositif mécénat est "précisément" prévu pour promouvoir des projets d’ampleur majeure!  L’escroquerie au mécénat est-elle réelle ou fantasmée ?

Selon le Figaro du 1/12/2018, le groupe LVMH compte poursuivre en justice, le FRICC pour «dénonciation calomnieuse».

En tout cas après le maillot Ghosn, les premiers de cordée semblent bien être mis à la question...

à suivre...



Van der Aa participe à

organisé par Cora von Zezschwitz & Tilman
Exposition du 6 décembre au 9 décembre
14h à 18h30

Espace Despalles
16 rue Sainte-Anastase, 75003 PARIS

dimanche 25 novembre 2018

#76 - ART NUMÉRIQUE 2

Les œuvres d’art numérique que nous exposons aujourd’hui utilisent des moyens divers et poursuivent des objectifs différents, mais le recours aux outils informatiques les réunit cependant.

Si tout art réalisé à l’aide de dispositifs numériques est considéré comme art numérique, il y a une grande variété de réalisations, de plus si l’on n’utilise pas cet outil dans la dernière étape de la création, l’effet numérique n’est pas toujours saisissable. Il existe de nombreux outils informatiques qui aident à la création artistique, certains sont tout préétablis pour satisfaire un grand nombre d’utilisateurs, d’autres offrent la possibilité d’organiser un programme soi-même et permettent de créer ce qu’on appelle l’« art génératif ». Bien que le programme soit difficile à écrire, il rejoint dans son vocabulaire et sa philosophie la grammaire générative du linguiste Noam Chomsky, ce qui est une ouverture intéressante.

Cette exposition donne également aux artistes numériques l’occasion de se rencontrer. Ce sera un grand plaisir si ce chemin mène à la possibilité de travailler collectivement, ce qui semble effectivement plus facile que dans le domaine de l’art traditionnel. 


Jun Sato



























samedi 24 novembre 2018

Monnaie de Paris - Nomination

Marc Schwartz (1963), diplômé de Sciences Po Paris et de l’ENA, conseiller maître à la Cour des comptes et professeur des médias et des industries culturelles à l’École des affaires publiques de Sciences Po Paris est nommé président-directeur générale de  la Monnaie de Paris.  Après avoir rejoint la direction générale du Trésor en 1992 puis l’ambassade de France à Singapour, comme conseiller financier pour l’Asie du Sud-Est,  Marc Schwartz devient conseiller auprès du ministre de l’économie, des finances et de l’industrie et du secrétaire d’État au budget, puis directeur de cabinet du secrétaire d’État au commerce extérieur  à partir de 1997. En 2000, il prend la fonction de directeur financier de France Télévisions,  et devient directeur général adjoint en charge de la gestion, des moyens et des synergies du groupe. En 2006, Marc Schwartz créé A&S Conseil un cabinet de conseil en stratégie médias et industries culturelles. En mai 2017, il est directeur du cabinet de la ministre de la Culture Françoise Nyssen puis chargé de mission sur la distribution de la presse.  

jeudi 22 novembre 2018

Hello - Goodbye... Bert is back sur scène à Bristol

Alors que Theresa May ferraille avant de larguer les amarres, voici la dernière occasion de voir les peintures d' Albert Irvin (1922-2015) avant le Brexit. Il revient à Bristol à la Royal West of England Academy pour une rétrospective de son œuvre du 8 décembre 2018 au 3 mars 2019 accompagné de ses collègues Peter Lanyon, Basil Beattie, Gillian Ayres, John Hoyland and Sandra Blow.

You say "Yes", I say "No".
You say "Stop" and I say "Go, go, go".
Oh no.
You say "Goodbye" and I say "Hello, hello, hello".
I don't know why you say "Goodbye", I say "Hello, hello, hello".
I don't know why you say goodbye, I say hello.


Après le 21 Mars il faudra un visa, n'oubliez pas de rentrer avant donc, parce que après l'Angleterre va être au milieu de l'Atlantique!

C'est étrange...

Ici le communiqué en anglais :

A major retrospective of Albert Irvin, and a 60th anniversary celebration of the seminal exhibition, The New American Painting.

Albert Irvin OBE RA RWA (Hon) (1922-2015) was one of Britain’s most important post-war painters and printmakers. He is best known for his large-scale abstract colourist paintings - some of the most distinctive to have ever been produced in this country.

In 1959, Irvin visited an exhibition called The New American Painting at the Tate. It brought the boldest and best new artistic talent from across the Atlantic to London. The exhibition redefined what was possible for a generation of British artists.

For Irvin, it was an epiphany.

Albert Irvin and Abstract Expressionism will bring together works by Irvin and the major abstract expressionist artists that inspired him, including Jackson Pollock, Willem de Kooning, Robert Motherwell, Barnett Newman, Sam Francis and Adolph Gottlieb from UK collections and works by Grace Hartigan and Jack Tworkov on loan from the USA, giving a unique chance to see so many of these important artists’ works in this country.

These will be shown alongside other leading British abstract artists, such as Peter Lanyon, Basil Beattie, Gillian Ayres, John Hoyland and Sandra Blow.

The show will also chart Irvin’s earlier practice in a room featuring the British ‘Kitchen Sink’ artists including Edward Middleditch, John Bratby and Peter Coker.

Image: Albert Irvin, Almada, 1985, acrylic on canvas, 213.4 x 304.8cm. RWA Collection. Accepted by HM Government in lieu of Inheritance Tax from the estates of Albert and Betty Irvin and allocated to the Royal West of England Academy, 2018. © The Estate of Albert Irvin. All Rights Reserved, DACS 2018

mardi 20 novembre 2018

Carmignac en difficulté

La société de placements financiers Carmignac, dont dépend la fondation d'art éponyme basée sur l'île de Porquerolles, semble être entrée depuis 1 an et demi dans de fortes turbulences, enquête préliminaire du Parquet National Financier (PNF), redressement fiscal en cours, baisse des actifs, piètres performances sur les marchés financiers... La question de la survie de la Fondation est posée par le Journal des Arts le 20 Novembre 2018.

Avec 50000 visiteurs pour sa première année d'existence 2018, la fondation a fermé le 4 novembre et devrait réouvrir en avril 2019. La Fondation Carmignac a reçu le «Leading Culture Destination Award 2018» dans la catégorie "nouvelle destination culturelle de l'année en Europe".

J.Koons et Beaubourg condamnés solidairement pour plagiat

8 Novembre 2018, le sculpteur Jeff Koons, en solidarité avec le Centre Pompidou, ont été condamné pour plagiat et contrefaçon pour la sculpture "Fait d'hiver" (1988) qui ré-actualisait la pub magazine "Fait d'hiver" du photographe Franck Davidovici pour la marque de prêt-à-porter Naf-Naf , iconique des années 1980.
Ce n'est pas la première fois que cela arrive pour Jeff Koons et la même institution condamnés en 2017 pour plagiat pour la porcelaine "Naked" inspirée de la photographie  de Jean-François Bauret et dont la veuve avait poursuivi le plasticien et le musée. Déjà en 1992, le photographe Art Rogers avait fait condamné le plasticien pour plagiat, les procès intentés à l'artiste par les ayants-droits Oksana Jnikroup ou du photographe Mitchel Gray sont en cours...

Les procès et autres condamnations pour plagiats et contrefaçons tombent comme la pluie en novembre dans le monde artistique. On se souvient des affaires qui opposaient pour plagiat Richard Prince et le photographe Patrick Cariou autour de la série Yes Rasta (finalement gagné par Prince au non du droit de citation et du "fair use" américain entre 2013 et14), de celle de Luc Tuymans condamné en 2015 à ne plus présenter sa peinture « A belgian politician » en public, contrefaçon peinte à la main d'une photographie de Katrien Van Giel. Depuis 2010, Peter Klasen (peintre de la figuration narrative) est en conflit judiciaire avec le photographe Alix Malka, dont les photographies ont été utilisées par le peintre, sans l'accord préalable du photographe. Le peintre a coutume de travailler à partir de collages d'images de magazines et de presse grand public récupérées. Peter Klasen a été condamné en 2013, pour contrefaçon du droit d'auteur du photographe, rejetant le droit de citation parodique invoqué par le peintre. En 2015, en appel la cour de cassation avait fait prévaloir la liberté d'expression et de création du peintre donc du droit de citation sur le droit d'auteur du photographe. En 2017 la cour d'appel de Versailles cherchant à trouver un équilibre entre droit de création et droit d'auteur condamnait le peintre à des dommages et intérêts à hauteur de 50000 euros envers le photographe au nom du droit moral de présentation, par lequel tout auteur détenteur du droit moral d'une image peut accepter ou refuser de voir son œuvre présentée en public donc d'être citée.

La reproduction numérique et sa révolution mondialisée a fait son effet. Si par le passé une photographie était publiée dans un magazine, la photographie ou sa présentation disparaissait au renouvellement du magazine hebdomadaire. L'œuvre peinte, qui en était issue, apparaissait dans une exposition ici, un catalogue là dans un temps et une durée courte. Il pouvait se trouver que le photographe ne sache jamais que son œuvre était utilisée, et le peintre le nom du photographe. Les deux univers étaient disjoints. Aujourd'hui, il n'en est plus de même, le photographe présente SA photographie, dans SON book virtuel sur SON site. Le peintre montre la photographie de SON oeuvre sur SON site. Ainsi les deux univers se trouvent joints dans une présentation globale, c'est exactement ce qui se passe pour Koons et les photographes. Les photographes réclament leurs dus. Réfléchissez  bien avant de reproduire et citer une photographie de Henri Cartier-Bresson ou de Helmut Newton ... par exemple !

Les faussaires traditionnels comme Guy Ribes, Beltracci, ou Elmyr de Hory etc...  usurpent l'identité picturale et la signature d'un artiste pour tromper le collectionneur. Ils constituent un premier archétype dont Orson Welles faisait le modèle de l'artiste post-moderne par excellence dans son film F for Fake en 1973.

La justice aujourd'hui crée une nouvelle catégorie de "Fake Artists", de faussaires qui s'ils n'usurpent pas l'identité de l'artiste cité, s'approprie son œuvre ou du moins ces signes extérieurs au nom d'une critique de la société médiatique et souvent cocasse par un décalage de taille. Sans dire avec Philippe Dagen dans le Monde, que les artistes appropriationnistes sont dorénavant censurés, ces "Fake Artists" doivent aujourd'hui payer des droits, des royalties aux auteurs cités, aux artistes dont ils s'inspirent et ainsi partager leur gains.

Le fait que le droit définisse ce qu'est ou n'est pas une œuvre d'art en esthétique, n'est pas en soi une nouveauté, on se souvient par exemple du procès qui opposait Degas à son collectionneur Faure sur la notion de fini/non-finito d'une peinture dans une commande (rappel : la réception de l'œuvre commandée est soumise à l'autorité du commanditaire), le procès qui opposa Bonnard et son collectionneur abouti à la notion de droit moral de l'artiste à toujours pouvoir repeindre sa toile, le procès Brancusi en 1927 qui l'opposait au douane américaine, donne la définition de l'œuvre d'art dans sa distinction avec l'objet manufacturé, enfin aujourd'hui le "droit de présentation" est défini dans la citation et la monstration par des conditions acceptables et acceptées par l'auteur.

Si le droit de création est libre, le droit de citation est lui encadré par le droit moral de présentation (sans limite dans le temps) de l'œuvre cité !

Evidemment on ne peut finir, sans citer le retentissant procès dans lequel le plasticien Xavier Veilhan avait poursuivi pour "parasitage commercial" le sculpteur Richard Orlinsky entre 2013 et 2014. Veilhan réclamait le droit de paternité sur des sculptures faites de couleur monochrome (rouge), à facettes, représentant des animaux. Les sculptures d'Orlinsky dont la diffusion est plus générale de Courchevel à Moscou dans d'innombrables galeries, en constituant le parasitage. Veihlan fut débouté puisque la forme des animaux ne saurait être lui être attribuée, la couleur ne peut lui appartenir, la technique du facettage ne peut constituer une identité, réaffirmant par là, la loi fondamentale qu'une idée ne peut être déposée.

A travers tous ces exemples on voit très clairement que les artistes contemporains, les "fake artists" ne se situent pas dans le champ de la création, mais dans celui du produit culturel soumis au droit du commerce.

La justice a fait et défini aujourd'hui, la distinction entre art et produit culturel même sur un étagère de musée.

Moralité : Il n'y a pas que les Léonard de Vinci, qui apparaissent tous les matins, qui soient des faux !






vendredi 16 novembre 2018

Le Centre Pompidou fait sa pub


C'est un peu trop long... mais bon... Ils souffrent dans le Centre Pompidou pour faire çà !!!

"Les touristes étrangers passent à côté d'une collection qui n'a pourtant rien à envier au Moma à New-York ou encore à la Tate à Londres", déplore la direction du Musée !

Sylvie Corréard - MAD

Sylvie Corréard, l'actuelle conseillère culture et communication auprès du premier ministre Edouard Philippe où elle assurait le suivi de l’ensemble des dossiers du champ du ministère de la Culture dont les champs patrimoine et musées, est nommée à direction générale du MAD (Musée des Arts Décoratifs, Musée Nissim de Camondo, Bibliothèque, École d’architecture et de design Camondo et Ateliers du Carrousel) à Paris en remplacement de David Caméo qui a fait valoir ses droits au départ à la retraite.
Diplômée de Sciences Po, après une licence de lettres modernes, elle fut chargée de mission auprès de la direction de la Fémis, l’école nationale supérieure des métiers de l’image et du son de 2015 à 2017. Elle a auparavant été secrétaire générale du musée d’art moderne de la Ville de Paris et administratrice au musée national d’art moderne/Centre Pompidou. Elle est également Directrice de la Cinéfondation du Festival de Cannes et Déléguée générale du Syndicat des distributeurs indépendants (DIRE), Sylvie Corréard a également effectuées des missions de conseils auprès de l’organisation du Salon de Montrouge, de l’association Arènes regroupant de grandes institutions tels l’Opéra national de Paris, aussi bien que du suivi financier du mécénat pour la Chase Manhattan Bank ou la fondation France Telecom de 1992 à 1994. Elle a été membre du cabinet de la ministre de la Culture Catherine Trautmann de 1997 à 1999. Elle est l'épouse du critique Stéphane Corréard, ex-commissaire du Salon de Montrouge et qui avait ouvert une galerie à Paris de 1988 à 2000 et fondateur du Salon "Galeristes" (Le salon des collectionneurs et galeries engagés).

Spécial dédicace à Susy et au BIPM

Quand on se demande combien pèse un kilo, on répond : 

« un kilogramme est la masse nécessaire pour que la constante de Planck h = 6,626 070 15×10–34 kg⋅m2⋅s−1».
Et pis c'est tout !

C'est depuis que Richard, le mari de Susy (et exposante des RN) a pris cette décision (pas tout seul, faut pas exagérer, mais il a sa petite part de seconde de responsabilité...) d'une réalité nouvelle et poétique, où les constantes sont variables en fonction du temps et de la distance. 

C'était à Versailles en Novembre 2018, à la manière d'un nouveau traité qui décompte le poids du temps.

Car regardez ce schéma merveilleux qui note la variation du poids d'un kilogramme dans le temps depuis 1890 ...




jeudi 15 novembre 2018

Jean Gorin et Marianne Le Pommeré

La Galerie Lahumière à Paris vous convie le samedi 17 novembre 16h à à une visite guidée par Marianne Le Pommeré de l'exposition en cours Jean Gorin. Marianne Le Pommeré est l'auteur du catalogue raisonné l'œuvre de Jean Gorin.

Boris Anastassiévitch (1926-2007) à New York





Sandrine Coignard nous présente l'exposition Boris Anastassiévitch (1926-2007) à New York.

Sculpteur et graveur, Jean-Boris Anastassiévitch est né le 17 février 1926 à Seyssuel (Isère, France). Il expose pour la première fois à Lyon en 1946, où il a fait ses études (classiques) et les Beaux-Arts. Il rencontre un an plus tard à Paris le sculpteur Ossip Zadkine, dont il devient l’élève. Le quitte en 1953 pour Belgrade (Yougoslavie), où il séjourne jusqu’en 1968, date de son retour en France. Il participe régulièrement au Salon des Réalités Nouvelles.
Il s'éteint le 25 Août 2007.