Follow by Email

mardi 30 avril 2019

#87 - RVB [1/3] Rouge

Vernissage mercredi 8 mai 2019de 18 h à 21 h
Exposition du 9 au 18 mai 2019
ouvert du mercredi au samedide 14h à 19h


5 rue des Immeubles-Industriels75011 PARIS














#87 - RVB [1/3] Rouge


David APIKIAN   Roger BENSASSON  Christine BOIRY   Francesc BORDAS    Natacha CALAND    Claire de CHAVAGNAC    Olivia de SAINT-LUC     Gerhard HOTTER   Marilyn Chapin MASSEY    Mitsouko MORI    Claudine SALLENAVE     Madeleine SINS   Daniel TOSTIVINT         Caroline VEITH


RVB est une exposition en trois parties qui demande comment penser la couleur aujourd’hui entre perception et colorimétrie. Alors que les artistes abstraits ont renoncé au coloris naturaliste, le RVB encode leurs œuvres par une synthèse additive imparfaite et automatisée.



Assemblées ou soustraites, que font-ils des couleurs « négatives » impossibles à approcher par le RVB et choisies parmi les 40 000 pigments disponibles ?


Comment pensent-ils la valeur, la teinte et la saturation ?
Préfèrent-ils avoir recours à des couleurs données par quelques chartes « Pantone » ?



La couleur ne serait-elle pas voyelle des systèmes CIELAB ou du NCS, à la fois symbolique et indicielle ?


Autant de questions, sur leurs naissances latentes : 
A noir E blanc I Rouge U Vert O Bleu… 
auxquelles les artistes sont invités à répondre à Abstract Project avec…


COULEUR ROUGE du 8 au 18 mai 2019
COULEUR VERTE du 20 mai au 1er juin 2019
COULEUR BLEUE du 9 au 19 octobre 2019



lundi 29 avril 2019

Pierre Omcikous (1926-2019)

Nous apprenons le décès du peintre

Pierre Omcikous (1926-2019) 

qui expose depuis de nombreuses années avec Réalités Nouvelles. 

Les Réalités Nouvelles présentent toutes leurs condoléances à sa famille et à ses amis.

L'artiste est présenté par la Galerie Jeanne Bucher.

mardi 16 avril 2019

Loris Gréaud - Pompidou - Annulé

Evénement annulé


Nous sommes au regret de vous informer que l'ouverture du projet de Loris Gréaud The Original, The Translation prévue le 24 avril 2019 à la Bibliothèque Kandinsky à partir de 18h30 est reportée à une date ultérieure.
Nous vous prions de bien vouloir nous excuser pour cette annulation et nous ne manquerons pas de vous tenir informé.es de son ouverture.

suivant communiqué de Beaubourg reçu ce jour.

#86 - GÉOMÉTRIE DISCURSIVE


La Géométrie Discursive (en anglais Discursive Geometry) est un courant de l’art géométrique contemporain, dont la caractéristique est la capacité d’entrer dans des discours autres que les siens.
Son créateur, Mark Starel, a ouvert en 2011 une nouvelle voie pour le développement de l’art concret en mettant l’accent sur la couche discursive des œuvres, par l'abandon des recherches des principes universels de l’art, et sur la recherche des liens entre l’art et la réalité quotidienne.

[édition parisienne]

Rita ERNST (CH)
Konrad HAJDAMOWICZ (PL)
Gerhard HOTTER (D)
Josef LINSCHINGER (A)
Jakub MATYS (PL)
Grzegorz MROCZKOWSKI (PL)
Tadeusz MYSLOWSKI (USA)
Mark STAREL (PL)
Przemyslaw SULIGA (PL)
Joa ZAK (PL)


Vernissage mercredi 24 avril 2019
de 18 h à 21 h

Exposition du 25 avril au 4 mai 2019
ouvert du mercredi au samedi
de 14h à 19h

5 rue des Immeubles-Industriels
75011 PARIS




























mardi 9 avril 2019

# 85 Xavier Vantaggi et Eric Vassal 2 x +

Xavier Vantaggi et Eric Vassal

2 x +

Depuis de nombreuses années, nous envisagions de faire une exposition ensemble, il fallut une rencontre pour que cela se concrétise. Cette rencontre fut avec l’équipe de la Galerie Abstract Project et plus particulièrement en la personne de Jean-Pierre Bertozzi codirecteur de l’espace.

L’exposition 2 x + est avant tout une histoire d’amitié, afin de réaliser cette exposition nous avons réfléchi sur ce qui nous sépare, mais surtout sur ce qui nous rassemble.

Nous aurions pu présenter de la peinture, de la sculpture, une installation ou de la vidéo, nous avons choisi d’exposer de la photographie. Nos deux séries revisitent le passé, Xavier Vantaggi a fixé par la pellicule les souvenirs de son enfance, une nostalgie sensible inspirée par une vieille bâtisse, noyée dans les superbes paysages de l’Ombrie, sublimés par le regard du photographe.

Éric Vassal poursuivant son travail de questionnement de l’histoire de l’art, mets en perspective art contemporain et patrimoine. L’artiste rend hommage au cinéma en présentant un ensemble de photographies plasticiennes inspirées par le septième art faisant référence à l’école structuraliste.

Les deux séries ont en commun de revisiter l’histoire et d’interroger la modernité, dans un geste artistique qui s’intègre dans la tradition moderniste. Le but des deux artistes est d’enrichir un dialogue approfondi avec les théories et les pratiques contemporaines.    


























dimanche 7 avril 2019

Et Nathalie Obadia refait le match...

A la manière d'un entraîneur d'équipe de rugby français, la galeriste et professeure de Science Po (d'analyse du marché international de l'art contemporain), Nathalie Obadia tire les conclusions d'un match douloureux et perdu dans le Figaro du 20 mars 2019 à l'occasion de la sortie de son ouvrage "Géopolitique de l'art" aux éditions du Cavalier Bleu. Elle refait le match. Elle y analyse les causes de la décadence  de la place de Paris, s'interroge sur la domination culturelle américaine et occidentale des valeurs "d'un art libre", la montée en puissance de la Chine et met en avant l'échec cuisant de l'artiste chinois Zeng Fanzhi soutenu par Pinault, abandonné par la Chine. Selon elle, la France a perdu "toute hégémonie sur le marché de l'art". Seul Soulages est encore présent dans des ventes new yorkaises, pour les autres artistes français vivants, c'est la débandade. La raison en est sans doute d'avoir mis en avant "un art trop conceptuel avec des vidéos et des installations" alors que triomphe l'Allemagne qui avec la Documenta de Kassel et la Foire de Cologne" a su trouver, elle, les moyens de mettre en avant ses grands artistes ambassadeurs "Baselitz, Kippenberger ou Richter", de les placer dans les plus grandes galeries du moment "Gagosian, David Zwirner ou Taddeus Ropac", à la manière de "Rauschenberg et Jasper Johns pour l'Amérique ou David Hockney pour l'Angleterre qui ont porté l'image de ces pays." Elle constate alors amère que "le Musée d'art moderne et le Centre Pompidou s'intéressent si peu à nos artistes vivants français qui engendrent moins de succès d'entrées que les étrangers." (sic). Et elle met en cause encore Pinault pour avoir présenté un "Rébus" de Rauschenberg - au lieu d'un artiste français - lors de l'exposition "Passions privées" (1995) sous la direction de Suzanne Pagé  et ainsi "d'avoir encore loupé l'occasion de revenir sur la scène internationale" (resic). "A travers ces grands musées, c'est le dynamisme de la scène culturelle de notre pays qui est jugé." affirme-t-elle.

Alors, comme dirait l'autre après chaque match, on a vu de jolies choses à la fin de la première mi-temps et puis après on fait trop de fautes de mains, on se met à la faute, on recule, l'arbitre nous pénalise, le temps est maussade, le vent contraire, on rate, etc... etc... et la France a encore perdu son "Soft-Power" (sic).

in Beatrice de Rochebouet, Nathalie Obadia, "L'art est une boussole des relations entre Etats" in Le Figaro le 20 mars 2019 p18.

Sinon à ArtParis , l'art cinétique faisait sont retour et les "anciennes" des RN étaient mises en valeur, Vera Molnar, Anna-Eva Bergman, Pierrette Bloch, ou Judith Reigl ... dont les ateliers ont été comme vidés et mis à l'encan !