Follow by Email

vendredi 20 mai 2016

Howard Hodgkin, le Proust de la peinture

Explorant la nature même de la peinture, langue de culture et expression pure, Howard Hodgkin (1932) ne se tient pas entre les polarités classiques, de l'abstraction et de la représentation, du passé et du présent, du support et du cadre. 
An Open Door, (Une porte ouverte) 2008–11
Huile sur bois - 45.7 × 60.3 cm

Listening, (Ecoute) 2003–05
Huile sur bois - 136.8 × 156.2 cm

For Matisse, (Pour Matisse) 2011–14
Huile sur bois - 116.2 × 139.4 cm

From Memory,( De mémoire) 2014–15
Huile sur bois - 0.8 × 84.1 cm

Hodgkins jouent de l'échange dynamique de la lumière et l'obscurité avec des gestes énergiques synthétiques, des textures complexes et balafrées, et une palette de couleurs luxuriantes, qui sont autant de traits distinctifs de sa signature. Avec leurs gestes maximalistes et leurs couleurs saturées, ses peintures de petites dimensions nous apparaissent tels des  bijoux intimistes, alors que ses grands formats semblent opulents et plus théâtraux. Sa peinture qui est peinte sur bois avec ses cadres intégrés, balance entre objet et image. Elle joint la spontanéité et la franchise aux processus de réflexion et de capitulation. Il peut prendre un an au peintre pour se préparer à exécuter un seul coup de pinceau entre rêve et réalité. L'apparente décontraction de sa peinture, leur "fa presto" contredit le fait que la plupart de ses oeuvres  ont été travaillé pendant deux ou trois ans. Plus que jamais, elles véhiculent la relation entre la main, les yeux, et la mémoire qui entraîne leur processus, leur structure visuelle, et leur tempérance émotionnelle. Comme Hodgkin l' affirme : " je suis un peintre représentationnel mais pas un peintre des apparences." à la manière d'un Proust où la peinture est, étonnamment, un corps sans objet.

Galerie Gagosian
980 Madison avenue
New York
5 mai - 18 Juin 2016