Follow by Email

mercredi 9 janvier 2019

#79 - Objet Cherché - 16 Artistes trouvés chez - Abstract Project - Paris

Objet Cherché à Paris

Les objets cherchés,
Ils sont aux musées,
Aux archives 

ou dans la poubelle
Tout trouvés, relégués,
recyclés... 
C'est pareil

Synonyme d'art moderne,
Réédition art contemporain,
économie responsable et sociale.
Sans objet, prêt à l'emploi,
Y'a plus qu'à.

Au bon coin près de chez soi,
Pas besoin d'aller chez Emmaüs,
Il suffit de regarder chez soi
Au fond d'un placard

Pour faire de l'Art
Avec des objets recherchés

Et les montrer à AP.
























Objets Cherchés
par Erik Levesque


Il y a de l’Indiana Jones et du Tintin dans le projet que nous offre l’équipe d’Abstract Project. Il s’agit ni plus ni moins que de partir à la recherche de l’œuvre d’art avec son détecteur de métaux et autres pendules, et de rapporter les objets cherchés ou les objets trouvés, ramassés, glanés, en fouillant la grande pyramide de Khéops,  en remontant l’Amazonie,  en cheminant à la manière d’un explorateur, ou d’un archéologue sur les traces d’une civilisation balinaise oubliée. Objets cherchés pour lesquels on s’évertue à agrandir la cartographie d’une quête artistique, objet idéal que l’on trouve par hasard peut-être. L’archéologie, nous donne l’idée de l’objet cassé, en morceaux, qui a perdu ses qualités pour devenir empreinte d’une civilisation perdue et tesselles dont l’archéologue s’évertue scientifiquement à retrouver les traces de l’utilisation possible par le collage et le réassemblage.

L’objet entretient une relation externe et fonctionnelle avec l’environnement.  Aussi pour devenir objet d’art, l’objet doit posséder une étiquette, un pedigree qui le désigne. Changer l’étiquette et l’objet change de destin et de destination. La galerie d’art est un rébus d’archives, de propositions d’objets donnés par l’expérience. Il dépend de celui qui le traverse, que le musée soit tombe ou trésor. Les objets trouvés sont dans les poubelles, les objets cherchés au musée, recyclage écologique et social de l’empreinte carbone. L’installation muséale laisse le visiteur perplexe ne sachant s’il est devant une déchetterie ou un supermarché. Il ne sait si les extincteurs sont œuvre « rouge » ou installation anti-incendie.

Le surréalisme puis le pop art ont enchanté le rebut de la société de consommation, de la boite de lessive à la cravate pour homme, jusqu’à donner la sensation que dégueulant de ses objets, bagnoles à la casse, jouets d’enfants démembrés, poupées éventrées, peintures en vrac et sculptures en stock, le musée est devenu un grenier rempli de vieux papiers, de vieilles formes, de couleurs fanées en archives, à recycler. A moins que le musée et ses racks, soit devenu un hangar dans l’attente de sa promotion exceptionnelle, de son vendredi noir, et de ses jours de rabais toujours très convoités par des consommateurs désireux de se faire plaisir mais aussi de faire plaisir à leur entourage. L’objet cherché est un deux en 1.

L’histoire du design d’objets a une histoire parallèle avec celle de l’abstraction, enseignée dans les mêmes écoles d’art depuis le Bauhaus et De Stjil.  Abstraction et Design sont nés de la même invention, celle de la géométrie descriptive et du dessin technique qui va permettre de réaliser moteurs, voitures, avions, chaussettes, casseroles ou logo de soda. L’ajustement suivant la sphère, le cône, le cylindre, et les surfaces du second degré aboutit à l’actuelle conception 3D assistée par ordinateur. Associée à la couleur standardisée, normalisée, rationalisée, elle-même devenue objet prêt à l’emploi, HTLM Color Codes, le tout prêt devient images libres de droit, issu de banques d’images offrant à qui veut une main tenant un bouquet de tulipes que le moteur de recherche aléatoire et optimisé trouve à l’instant de la demande.  

L’objet cherché est alors un raccourci clavier tout fait, déjà fait,  Ctrl A , Ctrl C , Ctrl V, environ 4 250 000 résultats  pour 0,38 secondes.

Ils sont là...