Follow by Email

jeudi 6 octobre 2016

Carmen Herrera rend hommage au Salon des Réalités Nouvelles et vice versa

C'était improbable et pourtant Carmen Herrera l'a fait... Membre du Salon des Réalités Nouvelles entre 1949 et 1953, Carmen Herrera rend hommage au Salon dans toute la presse américaine... aujourd'hui en 2016 !!!!!!!

Et même le Whitney Muséum à New York inaugure sa retrospective en rendant hommage à ce salon "d'amateurs", d'aficionados de l'art abstrait.

Nous avons fait parvenir nos salutations à Carmen Herrera, qui nous a-t-on répondu était ravie de savoir le salon toujours actif et vivant...

Nous aurions souhaité l'exposer à nouveau, mais voilà devenue célèbrissime à 100 ans, elle est née en 1915,  nous sommes ...  incapables de payer le transport et l'assurance de ses oeuvres depuis New York... Ses galeries étaient partantes, il faut le noter ...

Nous ne sommes pas le Whitney Museum, ni la Tate Gallery... Nous le savons....
Nous ne sommes que des aficionnados d'art abstrait et c'est déjà une belle définition.

En attendant Carmen Herrera nous salue




Dans une longue interview (en anglais) de 2009 (elle est célébrée depuis 2003....) que l'on peut voir sur Youtube, elle raconte sa venue à Paris dans les années 50 et sa rencontre avec la nouvelle réalité... et le choc personnel et artistique qui en a résulté (ce qui reste un des buts du salon...). Rencontre avec Fredo Sidès, (ou plutôt Auguste Herbin - comme je le crois) qui la marqua si profondément.

"Elle a été comparée à des artistes brésiliens du mouvement néo-concret, tels que Lygia Clark et Hélio Oiticica, mais elle avait peu de contacts directs avec ces cercles; les lignes d'influence courent à travers le Paris des années 1940, et le rassemblement international d'aficionados d'abstrait art connu sous le nom de Salon des Réalités Nouvelles." remarque le New York Times dans un long article élogieux sous la plume de Karen Rosenberg.  "Voilà où  commence l'exposition du Whitney, en 1948 dans l'après-guerre de Paris , dans le même temps, dans le même lieu qui a façonné les a-plat d'Ellsworth Kelly dans l'abstraction. Mme Herrera a passé six ans dans cette scène expatriée intellectuellement riche, où elle a découvert, pour la premiére fois les œuvres canoniques de Mondrian et Malevitch, du Suprématisme et de De Stijl." 

(extrait de l'article de Karen Rosenberg intitulé "A 101-Year-Old Artist Finally Gets Her Due at the Whitney" du New York Times du 15 septembre 2016)

De retour à New York, proche de Barnett Newman et Leon Polk Smith, ceux-ci l'encouragent, mais elle ne trouvait pas de galeries pour présenter son travail, étant passée par Paris, étant cubaine et émigrée... et... femme !

Il faudra attendre donc 2004 pour que le sémillant monde de l'art ... la découvre... enfin !

MERCI CARMEN ! Et Bravissima !


'Lines of Sight', Whitney Museum of American Art, New York, NY, USA,
du 16 September 2016 - 2 January 2017