Follow by Email

jeudi 7 juillet 2016

Eric de Chassey

L'universitaire et spécialiste de l'abstraction, sa thèse s'intitulait "l'abstraction avec ou sans raison", Eric de Chassey a été nommé à la tête de l'INHA (Institut National de l'Histoire de l'Art). On lui doit également des études sur l'art dont "Matisse et la violence", une histoire de l'abstraction aux USA, enfin des monographies sur Eugène Leroy et Olivier Debré et de nombreuses expositions en particulier "Abstraction-Abstractions : Géométries provisoires" à St Etienne en 1997 et "Repartir à zéro, comme si la peinture n’avait jamais existé, 1945-1949" à Lyon en 2008-09 dont une partie était consacrée aux premières années des Réalités Nouvelles.


D'après site internet de l'INHA :

"Audrey Azoulay, ministre de la Culture et de la Communication, et Thierry Mandon, secrétaire d’État chargé de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, saluent la nomination d’Éric de Chassey à la direction générale de l’Institut national d’histoire de l’art (INHA) pour un mandat de trois ans.

Il succède à Antoinette Le Normand-Romain, conservatrice générale du patrimoine, docteure en histoire de l’art, spécialiste de la sculpture du XIXème et du début du XXème siècle.

Docteur en histoire de l’art, professeur à l’École normale supérieure de Lyon, Éric de Chassey est notamment spécialiste des arts visuels américains et européens du XXèmesiècle et de l’abstraction. Il est reconnu internationalement pour les nombreux ouvrages qu’il a écrits et les expositions dont il a assuré le commissariat.

Précédemment directeur de l’Académie de France à Rome (2009 – 2015), il y a mené une action remarquée en matière d’expositions, de manifestations culturelles et de mise en valeur du patrimoine, pour ancrer davantage la Villa Médicis au cœur de Rome et d‘un réseau international.

Éric de Chassey mettra au service de l'INHA son expérience, liée aussi bien à l’université qu’aux musées, confortant ainsi le rôle de cette institution, tant au niveau national qu’international.

Il a été nommé sur la base de l'avis d’une commission issue du conseil d’administration, constituée pour ce recrutement. La commission a examiné l’ensemble des candidatures, dans le but d’éclairer la décision du Gouvernement, en s’assurant que les projets présentés répondaient aux exigences scientifiques attachées au poste et aux enjeux de l’Institut.

Les ministres tiennent à rendre hommage à Antoinette Le Normand-Romain pour son travail remarquable à la direction de l'INHA depuis 2006, notamment dans le cadre de la préparation de l’installation de la bibliothèque de l’Institut dans la salle Labrouste du Quadrilatère Richelieu."