Follow by Email

mardi 24 février 2015

#2 - Saturation 0

La seconde exposition de l'Espace Abstract Project "Saturation Zéro" fait le pari d'interroger la couleur "face au monde de trop" celui où l'oeil contemporain habitué aux espaces perspectifs de la multplicité plastique des couleurs, se perd dans des directions infinies. Désaturée la couleur et traduire ainsi l'immatérialité de l'ontologie de l'oeuvre en faisant diffuser la teinte entre traits et formes qui jamais s'entrecroisent pour s'opacifier  Trouver alors la réserve des artistes, et outrepasser la proposition du White Cube le cube blanc, l'espace immaculé d'Abstract Project où se densifie les matières et les transparences.

Comme l'indique le texte d'Olivier di Pizio qui ouvre l'exposition:"Saturation Zéro", deuxième exposition de l'espace des arts abstraits - Abstract Project, réunit 13 artistes plasticiens autour  du concept de  la saturation des couleurs. David Apikian, Joël Besse, Bernard Blaise, Michel-jean Dupierris, Hélène Durdilly, Andras Jaszberenyi, Tania Legoff, Youn Ja Lee, Rémi Matsukura, Pierre Michelot, Jun Sato, Shawn Stipling et Philippe Vacher sont des artistes qui travaillent les formes abstraites et non figuratives.
Avec les instruments numériques, une couleur hautement saturée est vive et intense. Avec la saturation à zéro, une couleur est un gris. Le noir et blanc devient l’évènement coloré, de l'addition à l'absence de couleur. 

Le zéro porte en lui à son apparition, le pouvoir d’ébranler toutes les fondations de la logique, il est en quelque sorte lié au rien. Mais l’univers entier repose sur cette colonne : il n’y a pas de rien. Du nombre d’or à la suite de Fibonacci, du zéro à l’infini, de la relativité au néant infini du trou noir né de la lumière, du geste répété en fines couches successives, du graphisme comme trace et rythme ; le travail de ces artistes réunis pour cette exposition au Abstract Project parlera de géométrie du monde, de couleur, de ressenti, du moins que plus, de tout ce qui constitue la vie, la lumière de l’âme.


Les productions présentées ici ne font pas lien par leurs médiums, peinture, photographie, images animées, sculpture, ni par le prélèvement de la couleur comme si il manquait quelque chose, mais par leurs forces intimes qui questionnent les limites de la saturation et du zéro."

Exercice difficile d'interroger et d'essayer de saisir le dégradé et le scintillement de la lumière par la peinture, la sculpture, le dessin ou la photographie sans tomber dans les réfèrences de la saturation/désaturation de l'abstraction aujourd'hui classique. 
Pari relevé où les oeuvres de ces treize artistes questionnent en écho les artistes sans monde à la mesure d'un Peter Sloterdijk.

Exposition à voir sur le site Abstract Project