Follow by Email

mardi 1 avril 2014

"Les 10 Gagas" aux Réalités Nouvelles 2014 !

Performances et nouvelles technologies percutent le salon 2014 et les pratiques artistiques de l'Abstraction au sein des Réalités Nouvelles. Le salon des Réalités Nouvelles se met à l'heure du lifestyle et du normcore. Et nec plus ultra le fooding fait son coming in pour un automne qui s'annonce décoiffant. 
Explications : 

Un collectif d'artistes confirmés, issu du salon a demandé à exposer cette année au Salon des Réalités Nouvelles sous l'acronyme : "Les 10 Gagas"Ces artistes abstraits dont on ne connaissait pas, avouons-le, jusqu'à ce jour ni le goût ni l'admiration qu'ils vouaient à la divine Lady Gaga veulent rendre hommage à la reine arty de Twitter. On ne présente plus la talentueuse chanteuse pop autodestroy et postpunk qui collabore avec le sémillant sculpteur kitch Jeff Koons,  celle qui se met à nue pour la performeuse Marina Abramovic, ou qui est mise en scène par le démiurge du théâtre contemporain Robert Wilson, dont on a pu admirer la collaboration avec la star au Louvre en décembre dernier. 
D'âge canonique, ces "little monsters" des RN veulent rendre hommage à l'icône pop de la culture globale qui cite si souvent les artistes d'art contemporain et de créateurs de mode dans ses clips comme "Bad Romance" ou "Eh eh" ou encore "RARARARA AAA" et aujourd'hui G.U.Y

Il y eut de nombreux débats dans la communauté RN. 
Devait-on accepter ? 
Et si oui, pourquoi Lady Gaga et pas Madonna ? Débats houleux, voir clivants, Lady Gaga est-elle vraiment abstraite ?  
Certains étaient vraiment contre, la concevant comme purement figurative, voir un "fake". A la limite Madonna, passe encore mais Lady Gaga… Les opposants ont voulu démissionné, avant de se raviser face à la question théorique si pertinente - oui si pertinente - que ce collectif d'hipsters posait de la nouvelle monstration de l'abstraction dans son contexte glamour. 
La proposition a donc été accepté à l'unanimité moins une voix qui voulait rendre hommage à Orlan ! 

On annonce même la reprise de la performance de la gracieuse artiste anglaise Millie Brown qui vomit la couleur (au lait) sur le carré blanc sur fond blanc, toute de noir vêtue sur ses talons aiguilles hype. Une performance haute en couleurs, qui questionnera la relation heuristique de la place de la femme dans la pertinence du regard machiste dans la pratique de l'abstraction expressionniste gestuelle et la persistance de l'expressionnismuskeit dasein !

Autre innovation, la restauration du salon est-elle même totalement repensée, un fooding jeune, cool remplira les assiettes de caviar Béluga des Andes servi sur leur lit d'algues de Malaisie en chemise. On annonce également des émincés de truites de Transnitrie dans leurs sauces au vert servies avec leurs ribouldingues de saison qui joueront à n'en point douter du sucré et du salé, du cuit et du cru, le tout servi par les artistes du salon. Les vins de Pomeranie occidentale accompagneront ces plats fins et raffinés que le chef international ouzbek Ayri Xlayvaëck a promis de nous servir. 

C'est un véritable plaisir d'esthète post-structuraliste qui nous attend au salon 2014 au Parc FloralEt, last but not least, le clou de cette mise à jour du salon dans le bois de Vincennes, devrait être l'élégant robot de l'artiste américain Jordan Wolfson qui devrait ouvrir la danse pour le soir du vernissage !


C'est sans aucun doute une annonce des plus sidérantes de ce début de XXIe siècle dans l'histoire du salon parisien de l'Abstraction qui n'arrête pas, on le voit de se rajeunir, mais où s'arrêteront-ils ?


Oläf Arsse