Follow by Email

mardi 26 avril 2016

Réalités Nouvelles 1974


















Entre De Gaulle de l'argentin Felix Cuello (1929) et une œuvre d'art urbain , comme on disait à l'époque ...  c'était çà les Réalités Nouvelles de 1974 !

Qui est l'auteur de la peinture de gauche ?

S'agit-il de Jean-Pierre Risos (1934-1992) qui exposait N°226  "Bonne femme qui se casse la gueule en lavant les carreaux"  pour 8000 Frs (environ 5500 Euros, conversion 1974) ?

Surprenant ! Non !


en attendant les Haricots, ils sont tous venus...

Viallat, Bioules, Rouan ou Jacquet et les fréres Van Velde ... 

1964-1969

Incroyable Non ?

Les Incroyables archives des Réalités Nouvelles/ 2 Buren au RN

Pour retrouver Buren au RN ....

Y'en a aussi !


En attendant le Haricot.... 1

En attendant l'exposition 

Après la Révolution Culturelle

Le Haricot ...

(Va y avoir du S'port  Surface)

II

12 mai – 28 mai 2016

Une histoire des RN en quatre volets 
avec Abstract Project, 

5 rue des Immeubles Industriels, 75011 Paris


Retrouvez les Incroyables archives des années 60 et 70 sur le blog 70 ans des Réalités Nouvelles...



dimanche 24 avril 2016

Nouvelle exposition - Galerie Lahumiere


#24 - Project ARP



#24
Project ARP


" Nous ne voulons pas copier la nature.
   Nous ne voulons pas reproduire.

    Nous voulons produire comme une plante produit un
   fruit et ne pas reproduire. 
  Nous voulons produire directement et non par truchement.
        Comme il n’y a pas la moindre trace d’abstraction
 dans cet art 
       Nous le nommons : art concret."*


Robert Delafosse
Christian Martinache
Pierre Michelot
Paola Palmero
Laurence Reboh
Manu Rich
Sandrine Thiébaud-Mathieu
Joël Trolliet

Vernissage le mercredi 27 avril de 18h à 21h
27 - 30 avril 2016


DADA est sans doute le mouvement culturel international qui a le plus marqué l’histoire de la création artistique contemporaine. Il nous a semblé opportun de rendre hommage à ce mouvement à travers l’un de ses fondateurs directs Hans ARP, qui a été également l’un des promoteurs des Réalités Nouvelles. Huit peintres et sculpteurs des Réalités Nouvelles ont donc décidé de se réunir pour rendre hommage à ARP, à partir de leurs propres réflexions sur les différentes abstractions.

HANS ARP est né en 1886 à Strasbourg. Il rencontre Paul Klee en 1909 et collabore au mouvement Dada en 1916, créé par le poète Tristan Tzara. Par la suite, il participera au mouvement surréaliste et rejoindra le mouvement Abstraction Création constitué par Georges Vantongerloo en 1931 avec Kupka et d’autres artistes. Ce mouvement avait comme problématique la création d’un art nouveau amélioré par les acquis de la science. En 1946 ARP contribuera à la création du salon des Réalités Nouvelles. Il décède à Bâle en 1966.

* citation de Hans Arp, 1944

vendredi 22 avril 2016

Que se passe-t-il donc, dis-don ?

Curieuse information parue dans les Inrocks, 22 avril 2016 sous la plume de Claire Moulène qu'il faut féliciter pour sa curiosité...

Les dossiers de candidature pour la nomination de l'artiste représentant la France pour la prochaine Biennale de Venise 2017 sont clos depuis le 4 avril. Le dossier doit présenter un duo un artiste et commissaire, c'est le principe. Différents dossiers sont arrivés. Mais là... il y a un dossier qui comporte bien un artiste Bertrand Lavier (67 ans) qu'on ne présente plus et ..... 12 co-commissaires d'exposition (!) :

dont deux curators-executives (commissaires exécutifs) :


Nicolas Bourriaud, 51 ans ex directeur du Palais de Tokyo, de l’Ensba Paris (actuellement à la préfiguration du Centre d'art de Montpellier métropole)

Eric Troncy 51 ans, co-directeur du Consortiulm de Dijon et directeur de la revue Frog (Art, architecture)


et de dix supporting curators (dixit) (commissaires-secondaires)


Martin Bettenod, 50 ans directeur de la Fondation Pinault, ancien directeur de la FIAC et marchand d'art.

Suzanne Pagé, 70 ans ex directrice au MamVParis, aujourd’hui à la tête de la Fondation Vuitton

Xavier Douroux, 60 ans co-directeur du Consortium, centre d'art de Dijon avec Eric Troncy ;

Jean-Hubert Martin, 71 ans ex-directeur, du Musée national d’art moderne et commissaire de Affinités Insolites au Grand Palais

Chiara Parisi, 47 ans, directrice de la Monnaie de Paris qui prépare une exposition Bertrand Lavier

Hans-Ulrich Obrist, 47 ans co-directeur des projets internationaux de la Serpentine Gallery (Londres).

Catherine Millet, 68 ans directrice d’Artpress, critique et écrivaine

Stéphanie Moisdon, 49 ans directrice des masters à L’Ecal (Genéve)

Bernard Marcadé, 68 ans critique d’art émérite, (et le frére à Jean-Claude...)

Olivier Zahm, 53 ans directeur de la revue Purple, revue de mode et de photos.


Sachant que le commissariat général de la 57e Biennale de Venise a été confié à la conservatrice du Centre Pompidou Christine Macel 47 ans ? Pourquoi ce "très beau monde" de l'art qui fait la pluie et le beau temps dans les institutions françaises depuis 30 ans, a-t-il eu besoin de se présenter grouper, de trouver des parrains ? "Pour choisir une oeuvre", comme le dit Eric Troncy ? Pour refuser les conditions du concours, comme le suggère la journaliste des Inrocks ? De quoi cette attitude est-elle le nom ? Craignent-t-ils la nomination d'un artiste et d'un commissaire "du dehors" ? Plus jeune ? Nouveau ?


Dans tous les cas, il semble bien qu'il y ait quelque chose de pourri au royaume de Danemark ? Que se passe-t-il ?

Et qu'en pense Susie ...


En attendant voici pour rappel l'appel du concours de l'Institut Français:

Appel à candidatures pour la présence française à la 57e Biennale internationale d’art de Venise (2017).

Le ministère de la Culture et de la Communication, le ministère des Affaires étrangères et du Développement international et l’Institut français, opérateur du Pavillon français, lancent un Appel à projet pour le Pavillon français de la 57e Biennale internationale d’art de Venise 2017.

L’appel à projet concerne toutes les pratiques artistiques dans le champ des arts visuels et notamment les plus actuelles.

Il s’adresse à un(e) artiste, citoyen(ne) français(e) ou résident(e) permanent(e) en France depuis au moins 5 ans.

L'artiste retenu produira de nouveaux travaux spécialement conçus pour le Pavillon français.

PROCÉDURE DE SÉLECTION

Les propositions seront examinées par un comité de sélection représentatif de la diversité des acteurs de la scène artistique nationale. Ce comité est composé de quatre membres institutionnels, deux représentant le ministère des Affaires étrangères et du Développement international et l'Institut français et deux représentant le ministère de la Culture et de la Communication ainsi que de cinq membres extérieurs.

Présélection : Le comité de sélection, après avoir examiné l’ensemble des propositions et délibéré, retiendra trois propositions.
Sélection finale : A l'issue de ses délibérations, le comité transmettra les trois propositions retenues aux ministres de la Culture et de la Communication et des Affaires étrangères et du Développement International, qui choisiront l'artiste retenu(e).

La sélection tiendra compte de :

1. La carrière de l’artiste
2. La qualité artistique de la proposition
3. La qualité de l’équipe constituée autour de l’artiste
4. La capacité à mettre en place une exposition d’envergure internationale
5. L’adaptation de la proposition au contexte de la Biennale de Venise
6. La viabilité financière et logistique du projet dans le cadre des ressources disponibles
7. La capacité à associer des partenaires financiers ou logistiques extérieurs



Mise à jour .... du 2 Mai...


Finalement le verdict est tombé... ce sera Xavier Veihlan en duo avec le nouveau directeur du Mamco de Genève Lionel Bovier (pas Bouvier du port franc de la même ville) et Christian Marclay (plasticien/musicien)qui vont mettre en place un projet de pavillon français musical sous forme de studio d'enregistrement interactif et chaotique.


Pour mémoire, on se souvient que Xavier Veilhan(1963) a fait un procès (qu'il a perdu) en 2013/2014 contre le sculpteur Richard Orlinski (1966) pour ... parasitage commercial !











mercredi 13 avril 2016

Reprise de l'exposition Malevich 2.10

L'installation "Malevich 2.10" présentée au Salon des Réalités Nouvelles 2015, réinterprétant l'exposition "Dernière exposition futuriste  de tableaux 0.10"  de Malevitch est présentée à  la médiathèque d' Alés du 17 mai au 12 juin 2016 avec une conférence de Pascal Fancony le 24 mars.



dimanche 10 avril 2016

#23 AP Pola Carmen / Sophie Lavine

#23

Pola Carmen / Sophie Lavine

Vernissage le mercredi 13 avril de 18h à 21h
14 - 23 avril 2016







Devant les oeuvres de Pola Carmen 
(Pola Carmen à gauche)


Devant les oeuvres de Sophie Lavine 
(S.Lavine à gauche, P.Carmen à droite)






Le travail de Pola Carmen et Sophie Lavine naît dans ce que l’on pourrait appeler le « biologique » de leur démarche. Leurs peintures sont certainement différentes mais elles ont un point commun majeur, la répétition d’un geste qui devient forme et qui fonde l’œuvre dans sa continuité.

Ainsi l’on peut voir au premier abord la recherche d’une écriture singulière, comme une signature qui donnerait à chaque production une identité repérable par l’identique, le conforme à un signe sans cesse répété. Une forme que l’on pourrait résumer à un trait empâté, presque boursouflé, qui s’accroche par joints et recouvrements chez Sophie Lavine et un tissage de traits tendus, griffures même, qui chercherait presque à retrouver la nature du support originel chez Pola Carmen. Toutes les deux auraient défini une forme qui deviendrait l’espace de leur action dans une répétition permanente, dans une recherche métaphysique de la peinture, avec le choix du plan et l’orthogonalité comme espace abstrait.

Pourtant, nous sentons bien que chacune des peintures, entre excès et retrait, construit une zone sensible d’appréhension visuelle et tactile toujours différente. Toute anomalie, toute différence singulière, devient une déviation par rapport à un modèle. Ce qui fonde la diversité et la recherche de leurs travaux, serait ces anomalies sauvages, « immaîtrisables » car inclassables, non-reproductibles de tableaux en tableaux.

C’est cette expérience de l’anomalie qui fait le regard devant leurs œuvres. Il ne s’agit pas seulement de regarder avec le plaisir rétinien de la couleur mais d’entrer dans les méandres des décisions et des hasards qui font qu’il y a quelque chose qui se passe là, dans le tableau. La Peinture et l’artiste qui, jour après jour, produit ces signes-images comme une expérience personnelle de sa propre vie.

lundi 4 avril 2016

Archives et Art

A lire les réflexions de Camille Causse dans Libération.fr sur le rôle de l'archive, de l'art ...
Quand l'archive est-elle Art ? Quand l'Art est-il archive ?
Une réflexion qui vient enrichir le rôle des archives pour le RN.













vendredi 1 avril 2016

Réalités Nouvelles acquiert Vantard-Back

Réalités Nouvelles est heureux de vous annoncer que l'association a acquis les droits de Vantard-Back Nano Sq, un noir absolu à 99, 9919 %. Vantard-Back, comme ses concurrents Nano Black Sq et Vantablack, absorbe la lumière, mais contrairement à eux ne produit pas de chaleur. Vantardback est également écologique, et à 99, 9999 % développement durable. Mais également Vantard Back produit un effet extraordinaire de transparence absolue quand il est inversée, c'est à dire que les nanos particules au lieu d'absorber la lumière (noir) la difracte Ainsi les recherches les plus avancées de la Science et de l'Art se retrouvent dans une belle union comme le présente notre Salon chaque année.

Reprenant les recherches de Malevich, le carré Noir sur fond Noir devient Noir profond.
Mais c'est également sur la transparence que l'effet est le plus surprenant. Car quand on inverse les Nano particules, Vantard Back devient invisible à l'oeil nu. C'est au cours du dernier salon des Réalités Nouvelles puis à Londres que les tests d'invisibilité les plus  avancés ont été menés avec succès. Comme on peut le voir sur ces photos impressionnantes :


A droite deux visiteurs ... A gauche deux visiteurs totalement abstraits devant les noirs de Malevich


 Un touriste invisible se cache dans la file d'attente à gauche


A Londres deux artistes abstraits passent invisibles.

Seul Réalités Nouvelles qui a acheté les droits artistiques mondiaux de Vantard-Back  pourra utiliser cette transparence et cette invisibilité.