jeudi 4 août 2022

Bissière, Galerie Ceysson

BISSIERE, Le Songe de la terre

Paris

Galerie Ceysson & Bénétière
3 septembre au 8 octobre 2022


« Ma jeunesse a commencé à soixante ans ».

Il faut prendre au sérieux cette déclaration de Roger Bissière, né en 1886. De fait, pendant la guerre, l’homme cesse de peindre, s’installe dans son pays natal – le Lot – et se lance dans l’agriculture. Pour autant, quand vers 1945 Bissière reprend son activité artistique, plus que d’un retour à la peinture, c’est d’un retour sur la peinture qu’il faut parler. A priori, un monde sépare sa production d’avant guerre de celle que l’on voit exposée ici.

Mais quel est le trajet de Bissière ? Formé aux Beaux-Arts de Bordeaux et de Paris, le peintre « monte » à Paris en 1911 et, par nécessité, il pratique le journalisme et la critique d’art à L’Esprit Nouveau, la revue d’Ozenfant et de Jeanneret. Ses oeuvres, figuratives, essentiellement des figures féminines, prennent des accents postcubistes à la faveur de son amitié avec Braque (Femme au filet, toute en plans et facettes, 1936).
Devenu professeur à l’Académie Ranson (1925-1938), il exerce une forte influence sur de jeunes peintres dont certains participeront par la suite à ce groupe informel baptisé la Nouvelle École de Paris - Alfred Manessier, Vieira da Silva. Curieusement, c’est avec une série de Crucifixions, (1937) - dessinées, peintes et même réalisées sous une forme d’assemblage - que la pratique de Bissière se transforme. Si le sujet reste encore parfaitement reconnaissable, le traitement stylisé réduit les personnages à quelques lignes de force, qui tracent les contours des corps.
Est-ce un simple hasard si l’une de ses oeuvres fortes - une tapisserie ultérieure de quelques années (1945-1946) en rapport avec un autre symbole tragique, celui d’Hiroshima - relève du même style (Hiroshima, l’ange de l’Apocalypse). Quoi qu’il en soit, c’est à ce moment que Bissière réalise des tentures avec des morceaux de tissus, chiffons, rideaux ou vieux vêtements, comme s’il lui fallait un détour pour reconstituer de toutes pièces un nouveau geste artistique. L’ensemble sera présenté, avec des peintures à l’huile, à la galerie Drouin (décembre 1947). Viennent ensuite des peintures à l'oeuf, aux tonalités mates - brun, ocre orange - sur des supports divers, parfois recouverts d’un papier encollé qui seront présentés à la Galerie Jeanne Bucher en 1952.

Le choix de la galerie Ceysson & Bénétière d’exposer la partie de l’oeuvre exécutée à partir de 1945 s’explique par son caractère particulier, magnifiquement défini par Pierre Decargues qui parle d’un artiste « frontalier » (Premier bilan de l’art actuel, 1953). C’est que lentement, Bissière s’écarte de la représentation, au sens commun du mot. Non pas que la réalité disparaisse entièrement, au moins si l’on se fie à certains titres ici - Le Chat, la maison, 1951, Oiseau, 1953.
Pourtant, cet univers, sans être abstrait, se dérobe à la figuration. Pour l’artiste, suggestion, ellipse ou sous-entendu valent mieux que toute tentative de description littérale à prétention réaliste, qui encombre le regard et contraint l’imaginaire. Les images qui se situent vers la fin des années quarante et au début des années cinquante ne sont pas indifférentes au primitivisme inspiré par l’art africain ou océanien - les deux Totems, 1950 ou le masque de 1948 en témoignent. Cependant, on est loin avec Bissière de la fascination qu’avaient les avant-gardes du début du siècle. Ses figures, stylisées et simplifiées, entourées de plusieurs « cadres », sont comme des passe-murailles dans un univers à deux dimensions. Çà et là on devine un personnage - un orante ? - placé dans un échafaudage plus ou moins serré (Composition 18, 1949). On songe au peintre uruguayen Torres-Garcia, qui insère souvent des symboles précolombiens dans des structures d’une géométrie souple, des grilles ou des puzzles énigmatiques.

Puis, arrivent d’autres petits panneaux, où les formes sont dilatées par la couleur, trouées par la
lumière ou encore sillonnées par des tracés. Ces images s’inspirent-elles de la nature ? Les subtiles variations de la lumière seront-elles ainsi des évocations du rythme des saisons ? Bissière fait-il partie de ceux qui pratiquent un « paysagisme abstrait » ?
Le paysage, et c'est là sa spécificité, se compose d'une quantité infinie de tonalités, d'où l'absence de délimitation bien distincte entre ses éléments. Les formes s'estompent, fusionnent et l'effacement de la ligne facilite l'émergence de la couleur. Sans prétendre que le paysage, ce lieu de fragilité mimétique, serait voué à l'abstraction, la souplesse qui le caractérise fait de lui un sujet particulièrement propice à l'émancipation par rapport aux codes traditionnels de la représentation. Mais écoutons l’artiste : « je recrée ou plus exactement hélas, j’essaye de recréer un monde à moi, fait de mes émotions, où demeurent l’odeur des forêts qui m’entourent, la couleur du ciel, la lumière du soleil, et aussi l’amour que j’ai de tout ce qui vit » (1960).

Itzhak Goldberg

 

Contacts et informations pratiques
Ceysson & Bénétière
23, rue du Renard
75004 Paris
+33 1 42 77 08 22

lundi 1 août 2022

Dis Komment Kon dit Réalités Nouvelles en anglais ?

C'est drôle comment le manque d'imagination de certains est un hommage involontaire au travail de fond de l'association des Réalités Nouvelles. 

Une exposition de groupe à Monaco prend le nom de "New Realities" dans une galerie pour décrire un soi-disant nouveau mouvement minimaliste. Parmi les 5 exposants Ingrid Hornef exposante au salon, Don Voisine ancien président de AAA (American Artists Association) que nous avons invité au Salon, et d'autres peintres compagnons de route de l'association.

Alors comme disait Coco Chanel à propos des petits copieurs et autres goujats, "cela n'a aucune importance des idées neuves, moi j'en aurai d'autres, pas eux". 

Nous rappellerons à ces coiffeurs que Réalités Nouvelles est une marque déposée et que "New Realities" est un journal de bobos californiens new-age, has been !

A bon entendeur, salut !



mercredi 1 juin 2022

Viera da Silva à Marseille et Marcelle Cahn à Strasbourg

Deux histoires des Réalités Nouvelles... Deux artistes, deux femmes...

La première, membre fondatrice du Salon, Viera Da Silva est présente pour une rétrospective au Musée Cantini de Marseille.

Durant la saison France-Portugal 2022 et avec le soutien de la Fondation Gulbenkian, le musée Cantini propose, en collaboration avec les musées de Dijon et la galerie Jeanne Bucher Jaeger, une rétrospective de l’œuvre de l'artiste de renommée internationale d'origine portugaise Maria Helena Vieira da Silva (1908-1992). Avec un ensemble de cent peintures et dessins, cette rétrospective retrace les étapes clés de sa carrière marquée par un questionnement sans relâche sur la perspective, les transformations urbaines, la dynamique architecturale ou encore la musicalité de la touche picturale. Le parcours chronologique et thématique décline la carrière de l'artiste, de ses débuts figuratifs à Lisbonne dans les années 1920 aux peintures évanescentes des années 1980.

Conçues comme des labyrinthes « terribles » et évanescents, les œuvres de Maria Helena Vieira da Silva convoquent le pouvoir du regard, plaçant l’œil du spectateur au cœur du sujet et de son absorption dans l’œuvre. Son œuvre visionnaire nous donne à voir les prémices labyrinthiques de nos vies connectées.



 
 
La seconde Marcelle Cahn, sociétaire du salon de nombreuses années des années 1950 à 1981, est présente au Musée de Strasbourg.

 
Le MAMCS et le Musée d’art moderne et contemporain de Saint-Étienne Métropole (MAMC+), en partenariat avec le musée des beaux-arts de Rennes,  s’associent pour organiser la première grande rétrospective consacrée à l’artiste Marcelle Cahn (1895-1981).

Née à Strasbourg, l’artiste s’est formée à Berlin pendant la Grande guerre puis à Paris, où elle a choisi de passer les trente-cinq dernières années de sa vie.

Le parcours de Marcelle Cahn dans l’histoire de l’art du XXe siècle se situe à ses débuts à l’orée des courants expressionnistes et puristes, et s’épanouit dans les années 1950 au travers d’une abstraction libre, dotée tout à la fois de fantaisie et d’une grande rigueur, dont les tableaux-reliefs et les spatiaux des années 1960 sont un remarquable aboutissement. De l’infiniment petit à la quête d’un espace tantôt architectonique, tantôt poétique et musical, l’artiste a développé un langage épuré et sensible, dépourvu de tout dogmatisme. Plus de 400 œuvres et documents issus des collections publiques et privées de France et de l’étranger, traduisent toute la singularité de l’artiste.




jeudi 19 mai 2022

RN HLM BASTIA - Galerie Noir et Blanc du 26 Mai au 21 Juin 2022 !


 

Duo ... Sins et Bertozzi de concert à Belleville

 Nous serons en duo, avec Madeleine Sins, ce week-end à l'Atelier 44, de l'esprit et du geste, au 44 rue de la Villette, Paris 19ème, dans le cadre des Portes Ouvertes des Ateliers de Belleville.
Le vernissage aura lieu samedi 21 à partir de 18h00.

Bienvenue à tous !

Au plaisir
Jean-Pierre Bertozzi