Follow by Email

mercredi 30 novembre 2016

Geert Van Fastenhout (1935-2016)

Nous avons appris le décès de Geert Van Fastenhout en Octobre 2016. 

Nos pensées vont à sa famille et amis
Réalités Nouvelles

Hommage à Fastenhout







La galerie gimpel & müller rend hommage à Geert van Fastenhout disparu le 28 octobre,
peu après sa dernière participation au Salon des Réalités Nouvelles.
Nous associons à cet hommage Hans Steinbrenner, ami et compagnon de route de Geert, ayant exposé avec lui à plusieurs reprises, ainsi que :

 

Joël Besse
Olivier de Coux
Eve Gramatzki
Krochka
Denise Lioté
Antoine de Margerie
et
Garry Fabian Miller

exposition du 8 décembre au 14 janvier (fermeture du 24 décembre au 2 janvier)
du mardi au samedi de 14 à 19h30 et sur RDV

galerie gimpel & müller
12 rue Guénégaud
75006 Paris
+33 (0)1 77 16 06 01
+33 (0)6 16 81 71 49
www.gimpel-muller.com

ci-dessus: Geert van Fastenhout, schilderij n°1 - 2013, huile sur toile, 80 x 65 cm

jeudi 24 novembre 2016

Fernando Lerin (1929-2016)

 Le Salon des Réalités Nouvelles a la tristesse 
de vous annoncer le décès du peintre
membre et exposant 
Fernando Lerin 

survenu le Vendredi 18 Novembre 2016 à Paris

La cérémonie d'inhumation sera célébrée 
le 25 Novembre 2016 à 14 heures 15
 au crématorium du cimetière du Père Lachaise.


Les Réalités Nouvelles
présentent toutes leurs condoléances 
à sa famille et à ses amis.

Actualités Nov/Dec 2016


mercredi 23 novembre 2016

Georges Mathieu à l'œuvre 1951- 1969

A Milan, exposition Georges Mathieu chez Delupi Arte entre octobre et novembre 2016, le catalogue du peintre inventeur de l'abstraction lyrique aux Réalités Nouvelles en 1948 est en ligne ici , avec les textes en français et en italien  d'Edouard Lombard directeur du Comité G.Mathieu qui reviennent entre autre sur l'origine du mot abstraction lyrique.



extrait du texte de Edouard Lombard

Georges Mathieu à l'époque de sa participation aux RN 1948












dimanche 20 novembre 2016

Céline Berchiche, à la Galerie Lahumière


Chers amis de la Galerie Lahumière,

nous vous accueillons le dimanche 27 novembre à 15h pour une conférence tenue par Céline Berchiche, historienne de l'Art, sur le thème de l'exposition en cours à la galerie dans le cadre de notre participation à la manifestation organisée par le Comité Professionnel des Galeries d'Arts.
Dans l'attente du plaisir de vous y retrouver.


Anne et Diane Lahumière
Galerie Lahumière
17, rue du Parc Royal
F-75003 Paris
www.lahumiere.com





samedi 19 novembre 2016

OLEG GOUDCOFF (1926-2015)


OLEG GOUDCOFF
(1926-2015)


Sans Titre - 1998 - 81 x 100 cm - huile sur toile

Une présentation d’une dizaine de grandes peintures à l’huile de Oleg Goudcoff, à laquelle s’additionnera à partir du 13 décembre des gouaches et des dessins aura lieu dans un endroit insolite, le Brandi Partners Avocats. Cette exposition, organisée par Sophie Alexinsky (la fille de l’artiste) et par Max Fletcher, rend hommage au travail pictural de Oleg Goudcoff, disparu en 2015. 

Enclave - 1994 - 75 x105 cm - huile sur toile 

Oleg Goudcoff, né en 1926, a consacré la majeure partie de sa vie à la sculpture et au dessin. Après des études à l’Ecole des Beaux-Arts de Paris, il passe quelques années en Allemagne à l’Académie des Arts de Berlin Est, puis à l’Académie des Arts de Munich. Fatigué du néo-classicisme ambiant, il rentre à Paris dans les années 50 et se consacrera entièrement à la sculpture à partir des années 60. Il exposera régulièrement au Salon des Réalités Nouvelles jusque dans les années 70 puis se retirera en province pour se consacrer plus sereinement à un travail introspectif. Son oeuvre sculpté figure dans plusieurs collections publiques et notamment un bronze monumental acquis par le FNAC est visible au Parc Floral de Vincennes.

De 1977 à 1984, il dirige un atelier de sculpture pour enfants et adolescents psychotiques et autistes, au CHS de Perray-Vaucluse. Lorsque ce temps de partage de son activité de sculpteur avec les enfants se termine, il se dédie entièrement à la peinture et pendant les quinze dernières années de sa vie naîtront des compositions abstraites privilégiant une lumière mouvante, souvent voilée, où s’accrochent des éclats de couleurs vives. 

Virginie Duval



Vernissage le 23 novembre à partir de 18 h.

Journée portes ouvertes le samedi 26 novembre de 14 h à 20 h ou sur rendez-vous jusqu’en mai 2017.

Brandi Partners International Avocats
24 rue de Penthièvre, 75008 Paris

vendredi 11 novembre 2016

#36 - Paskale Met - Madeleine Sins et performanceS - Abstract Project

Paskale Met
Madeleine Sins
Sous le commissariat de Patrick André

Grün und Rot ist Spengle Mode !
T’es qui toi ?
Vert et rouge, c’est une mode de romanichel ! 
Wer sind Sie?

#36


Programme : performances tous les jours à la galerie à 18h sauf vendredi 25 novembre à 17h

Jeu 24/11 • Sexy Colored Legs : performance (MadPaz**)

Ven 25/11  Une minute de danse par jour : acte de résistance poétique (Nadia Vadori-Gauthier)

Sam 26/11  A Singer Must Die / Tantely & Liva : suspension musicale 

Mer 30/11 • L’autorité du noir : performance (Grégoire Lassalle / MadPaz**)

Jeu 01/12  Le seuil de l’abîme : performance (Laurent Letourmy / MadPaz**)

Ven 02/12  La mariée était en noir : Fashion Week (Jean-Yves Abdallah / MadPaz**)

Sam 03/12 • Les larmes du désir : séquence émotion  (MadPaz**)

* Vert et rouge, c’est une mode de romanichel ! (Expression populaire du patois lorrain).
** MadPaz = Paskale Met & Madeleine Sins



mercredi 9 novembre 2016

Un état des lieux contemporain

Paru dans le supplément Babelia de El Pais le 4 Novembre 2016, à l'occasion des 25 ans du supplément culturel du journal espagnol,  le critique d'art Francisco Calvo Serraller, fait le point sur la situation de l'art contemporain dans un article intitulé :

Le progrès n'est plus ce qu'il était

La mondialisation du marché de l'art a décentralisé le monopole de l'offre

Il nous semble offrir une bon résumé de la situation actuelle de l'art en 652 mots.


Un quart de siècle est un chiffre rond pour célébrer un anniversaire, mais un algorithme ne saurait s'adapter de manière significative à aucun récit historique sauf comme mémoire ponctuelle d'un événement, ce qui le discrédite pour établir un panorama, et encore plus si la matière a observer est l'art qui se manifeste de manière plus significative sur de longues périodes. Cependant, une fois donné cet avertissement, il est impératif d'ajuster notre discours à ce charmant anniversaire. Il est vrai aussi qu'il convient de souligner certains aspects qui semblent caractériser notre présent artistique, sociologiquement marquée par sa réification complète, comme en témoigne la disparition du phénomène de l'avant-garde.

J'ai remarqué publiquement ce problème depuis environ les années 1980, le constat m'a amené à repenser de manière critique la scène artistique, en tenant compte des modèles institutionnels, des stratégies et des personnages qui en avaient organisé jusqu'à récemment leur gestion et qui semblent en avoir été écarté et sans que, pour le moment,  on ne voit d'alternatives stimulantes en remplacement.

Quoi qu'il en soit, il ne faut pas oublier que l'art a toujours été médiatisée historiquement depuis son origine pour des intérêts assez vils encore plus exigeants que le marché des intérêts parasites, cependant, il a toujours réussi à survivre, ce qui ne semble pas correspondre aux chants des sirènes apocalyptiques, parce que l'art s'est toujours réservé "la puissance de son impuissance" un beau paradoxe qui exprime sa capacité intraséque libertaire et intempestive.

En dehors de ces généralisations nécessaires, dans ce goulot d'étranglement que nous appelons actualités il y a les signes concrets d'une mondialisation du marché de l'art, dont le monopole de l'approvisionnement a été décentralisé, et qui entraîné par de nouveaux moyens technologiques,  ne se limite pas à des endroits précis hégémonique, comme New York. Il est  remarquable de noter l'émergence vigoureuse du monde asiatique, la Chine, le Japon et la Corée du Sud, dont les artistes émergents font concurrence à ceux des pays occidentaux.

De plus, avec la multiplication exponentielle des musées et centres d'art contemporain, les foires et des ventes aux enchères internationales ont pris une force insolite déterminante dans l'orientation du goût du public, donnant aujourd'hui la fonction aux plates-formes telles que Biennales et Documenta d'être presque sur le point de devenir des événements touristiques. De plus le mouvement de l'information artistique  à travers le web a amplifié un échange ouvert, qui rompt avec les canaux habituels restreints.

Quant à l'activité artistique, elle n'est plus aujourd'hui plus exprimé par des mouvements ou des groupes successifs et alternants, mais comme des tendances qui coexistent simultanément.

En outre, comme l'art change mais ne progresse pas,  en conséquence les innovations invariantes produites singulièrement peuvent apparaître dans une des branches des tendances coexistantes, parmi lesquels on ne peut distinguer ponctuellement le meilleur impact entre un gris social et rond et votre auto-portrait idéal.

Cela dit, il est clair que la composante de la tendance la plus importante aujourd'hui, c'est le politique qui transmet les messages critiques les plus diaphanes sur les dérèglements perceptibles du présent, comme par exemple, nous faire prendre conscience de la perversion artistique du marché, celui, en général, du capitalisme post-industriel, les phénomènes de guerre impérialiste, le post-colonialisme, l'écologie, le féminisme, l'utilisation solipsiste de l'ère virtuelle ou toute autre dégénérescence des idéaux démocratiques qui se sont substitués à ses valeurs. 

Cette tendance politique, cependant, ne se réduit pas à la simple propagande idéologique, parce que, d'être ainsi comme une simple transmission conceptuelle transforme l'art en quelque chose d'inepte. Mais si l'art ne peut être seulement politique, celui qui ne l'est pas ne peut abandonner explicitement ses implications éthiques, parce que les missions artistiques authentiques s'additionnent sans jamais se soustraire. De manière que maintenant, nous vivons un conflit pour élargir les horizons de notre capacité de signification, ce qui a été et est la mission de l'art, qui aspire à être autre chose qu'une platitude; autrement dit : Bon anniversaire !


lundi 7 novembre 2016

Attention ! Escroquerie en ligne

Un mail circulant au nom de Réalités Nouvelles est provenant d'Estonie concernant des prêts entre particuliers est un fishing.  N'y répondez pas ! 

L'association Réalités Nouvelles n'a aucun lien avec ce mail et ces individus qui utilisent le nom RN.

samedi 5 novembre 2016

#35 - Abstract Project - faux-semblables




#35 - faux-semblables
Delnau, Bogumila Strojna, Philippe Vacher

Vernissage le mercredi 9 novembre de 18h à 21h
Exposition du 9 au 19 novembre 2016


Delnau, Strojna, Vacher jouent et se jouent du nombre, de la couleur et des signes, des apparences et de la réalité. Ils fondent leur expérimentation en créant leurs propres règles d’organisation systématiques, esthétiques.

De la ligne à la surface, du polygone au cercle, du plan à la troisième dimension, chacun configure l’espace en s’imposant des contraintes, combinaisons mentales ou intuitives, rythmées par la couleur et la répétition.

Quel que soit le support, in situ ou non, pareilles et pourtant différentes, ces œuvres créent le trouble, invitent au silence tout autant qu’au divertissement de l’œil et de l’esprit, mais elles nous font aussi réfléchir à la permanence dynamique du mouvement dans ses représentations les plus singulières.

Est-ce la perception d’espaces réels apparents ou la recherche de la structure des apparences ?

Ces artistes vous invitent à partager un moment de réflexion sur l’architecture des œuvres présentées et le dialogue qu’elles instaurent entre elles et avec le lieu.

Karin Müller Galerie Gimpel & Müller

Conférence  de  Karin Müller et les faussaires dans l'art 
avec association Franco-américaine
Lundi 28 Novembre










Vasarely - Notes Brutes


Garry Fabian Miller


Carmen Herrera, un extrait du catalogue















mercredi 2 novembre 2016

La Fin du Marché de l'Art ?

Vivons-nous les dernières heures du marché de l'art, tel qu'il est apparu et s'est développé au long du XXe siècle en France ? En tout cas, tout semble le laisser penser ...

 1 - En France, une série de scandaleS affecte les antiquaires spécialisés, les experts et les musées nationaux :   depuis le mobilier de la Chambre de Marie-Antoinette de Versailles à des commodes de Colbert pour le Louvre ( voir les dossiers de Connaissance des Arts), tout semble avoir été fabriqué récemment dans les années 1980-90 par d'excellents artisans au savoir faire intemporel...  sauf que les méthodes  scientifiques de l'OCBC (Office Central de lutte contre le trafic des biens Culturels) ont bien évolué... et qu'ils sont capables aujourd'hui de dater une planche de bois à 10 ans près.... oups encore une restauration...  Oui le mobilier XVIIIe, que l'on connait dans tous les livres d'art et dans les appartements de grand-mère, est en fait Restauration, au mieux.... parce que le vrai mobilier XVIIIe était peint en bleu, rose et blanc... rococo quoi ! Et donc l'OCBC retrouve les pigments fanés dans les vernis si le meuble est vraiment XVIIIe. Les alliages de bronze sont également analysés... Bref c'est le grand chambardement dans les boutiques, et... en fait (et de fait) la majorité des meubles dits XVIIIe vendus au XXe siècle sont.... XXe ou au mieux XIXe ! Sans même parler de l'escroquerie au faux Cranach , au faux Hals, au faux Orazio Gentilleschi (XVIe siècle) peint avec un lapus-lazzuli plein de baryum (XXe siècle) qui fut présenté comme authentique dans une exposition sur la couleur à la National Gallery de Londres !
Et on s'interroge sur la collusion entre conservateurs, antiquaires et politiques... qui savaient quoi ? ... qui est compétent réellement ? Les conservateurs de Musée sont-ils incompétents ou complices ?

Pour le mobilier-design des années 1930 et 1950,  il semble également qu'il puisse avoir été fabriqué dans quelques pays de l'Est depuis 1989 (affaire Bordeaux et autres...) etc....
Zéro plus zéro égale la tête au conservateur ?

Le Musée est un vaudeville disait le sage Motherwell.

Exit  donc le mobilier du XVIIIe siècle de la Biennale des Antiquaires 2016 à Paris ... Et bonjour les peintres de l'école de Paris... avec "Opera Gallery" qui présente Soulages et la galerie Daniel Templon, l'Ecole de Paris avec Vasarely et Buren ...
C'est plus un vaudeville, c'est Folleville !

2 - En Allemagne Angela Merkel a fait voté en Juillet une loi d'encadrement du marché de l'art qui limite à 300.000 euros les exportations sans passeport, quand les oeuvres de plus de 75 ans sont interdites d'exportation. Toutes les transactions doivent être déclarées au fisc. Quand au marché de l'art des Antiquités, il est dorénavant strictement encadré il faut avoir un double passeport celui de l'Allemagne et celui du pays d'origine de la dite antiquité pour pouvoir espérer le vendre. La Berlin Art Week semble prendre acte de tout cela et propose installations et interrogations figuratives autour de la première place d'expression des jeunes artistes... Internet !
Quelques semaines plus tard on apprend que les galeries berlinoises ferment ou repartent en province...

3 - En Suisse, à Singapour les ports-francs sont successivement fermés... depuis l'affaire tentaculaire et protéiforme Bouvier - Rybolovlev....  Le R4 (pôle des arts plastiques) de l'île Seguin ) Paris qui était financé par Bouvier passe au main du groupe Emerige (promoteur immobilier)....  Le ministre des finances Michel Sapin demande la réglementation des ports-francs au G20 au nom de la chasse au terrorisme, ce qui semble acté pour les antiquités syriennes et irakiennes.

4 - Pendant ce temps Le Cipac enterre "le calumet de la paix"  (Le Cipac a été créée en 1997 pour soutenir la création et la diffusion de l’art contemporain en France) refusant de voir les régions et les collectivités locales coupées les budgets et subventions au Centre d'Art Contemporain... mais le Forum d'Avignon semble bien avoir du plomb dans l'aile... La ligne budgétaire des subventions départementales est systématiquement supprimée, le Musée des Confluences à Lyon en fait les frais. On entend même parler de fermer le Louvre-Lens qui semble être un éléphant blanc administratif mais qui serait sauver en recevant les œuvres mésopotamiennes d'Irak et de Syrie. Le ministère de la Culture annonce un budget en hausse de 5%... en y intégrant les crédits-impôts pour le cinéma et l'archéologie préventive !

5 - Le classement Artprice des 500 artistes contemporains les plus importants donne : 9 français pour l'essentiel issu du Street-Art, de Honfleur, un seul abstrait Bernard Frize... dans un marché mondialisé où la France ne présente plus que 2% des artistes ...

106 Robert Combas
121 Richard Orlinsky
200 Laurence Jenkell
247 Jacques Tardi (dessinateur de BD)
361 Nicole Eiseman
387 Speddy Graphito
403 Philippe Pasqua
415 Bernard Frize
438 Jean-Baptiste Bernardet

Une question les connaissez-vous tous ?

6 -  Au final, les "Big Datas" commencent à produire leurs effets sur le marché de l'art... ainsi avec Artrank qui propose un algorithme de suggestions d'achats sur des oeuvres "soi-disantes" sous-côtées, ou le site web artsy dont l'algorithme vous propose en outre de trouver des oeuvres votre goût en galerie, le logiciel Art fraude Insights prétend lui reconnaître les vrais des faux, les vrais Pollock des faux... tout en vous proposant des copies 3D "fidèles" avec Verus Art ! ... tentant de répondre par des algorithmes "magiques" à toutes les remarques précédentes....

Sotheby's rachète la base de données Mei Moses qui concerne 45000 œuvres d'art répertoriées,  de toutes époques  et accessible qu'à leurs employés et clients, qui devrait permettre de les classer/déclasser et de proposer un service financier sur datas fermés.

Et si aux USA et en Angleterre, on s'interroge beaucoup sur les effets du Brexit, on s'y interroge aussi sur les effets de ces algorithmes, si la machine choisit à votre place, le summum de l'art ne serait-il pas, de ne pas collectionner ?

Par ailleurs les galeries de Los Angeles sont attaquées (et dégradées) au nom du refus de la gentrification...