Follow by Email

jeudi 30 juin 2016

# 28 - Developing Structure / Real Life // Structure développée et vraie vie d'Australie à Paris...

Kate Fennell, Wallpapered, Tamara Beach, Sydney, Australia, 2015
#28 - Developing Structure / Real Life

Christine Boiry & Kate Fennell

Vernissage le mercredi 6 juillet de 18h à 21h
7 - 30 juillet 2016


Afin de poursuivre notre politique d'échanges et d'ouverture à l'international, Abstract Project choisit d'inviter chaque été une structure ou un organisme étranger lié par son activité ou son histoire aux arts abstraits. Pour cette année 2016, Abstract Project reçoit la galerie australienne Factory 49. Spécialisée dans l'art abstrait non objectif, Factory 49 est une « non-profit gallery » qui organise des expositions individuelles ou collectives à Sidney (Australie) dans le quartier de l'Inner West. Sera ainsi présenté au cours du mois de juillet et du mois d'août le travail de Kate Fennell (Australie) et de Christine Boiry (France), ainsi que les oeuvres du peintre plasticien Jake Blaschka (Australie).

Dans le cadre de l'exposition Developing Structure / Real Life, Kate Fennel continuera à explorer l'espace et la lumière et leur impact sur l'expérience intérieure. Dans le même esprit que sa série Skylight, son nouveau travail s'inspire de son séjour à Los Angeles et parle de la déconnexion entre les rêves et la réalité qu'incarne cette ville. La parisienne Christine Boiry transmettra le caractère dépouillé de la culture japonaise qui l'a marquée dans son enfance en jouant avec l'interaction dynamique et silencieuse des pièces et en utilisant de subtiles nuances de couleur et les vibrations de la lumière sur différents supports.



----------------------------------------------


To continue our policy of exchange and international openness, Abstract Project chooses to invite every summer a structure or a foreign organism linked to the abstract art by its activity or history. For this year 2016, Abstract Project receives Australian gallery Factory 49. Specializing in non-objective abstract art, Factory 49 is a "non-profit gallery" which organizes individual and group exhibitions in Sydney (Australia) in the neighborhood of Inner West. Will thus be presented during the months of July and August the work of Kate Fennell (Australia) and Christine Boiry (France), as well as the works of visual artist Jake Blaschka (Australia).

For the Developing Structure / Real Life exhibition (7-30th July), Australian artist Kate Fennell will continue her exploration of space and light and their impact on inner experience. Following on from her Skylight series, her new series Real Life is inspired by the city of Los Angeles and speaks to the discinnect between dreams and real life that the city embodies. The parisian artist Christine Boiry will transmit in her work the spirit of emptiness present in the japanese culture imprinted in her home by her mother when she was a child in playing with the dynamic and silent interaction of different pieces in using subtle shades of colour and vibrations of light on materials.



Entretien avec Christine Boiry par Jun Sato.

J'ai visité l'exposition de Christine Boiry & Kate Fennell (Developing Structure/Real Life) à la galerie "ABSTRACT PROJECT ". Avec Christine Boiry, nous avons parlé de son art à cette occasion.
Jun Sato

Christine Boiry: C'est une exposition qui a été proposée à la galerie Abstract Project par la galerie "Factory 49" de Sydney (Australie) sur le thème "Developing Structure". Comme j'avais déjà exposé plusieurs fois dans cette galerie australienne, j'ai été choisie pour y montrer mon travail avec l'artiste australienne Kate Fenell. 

Jun Sato: La mise en place des oeuvres dans l'espace est sobre. A la droite, les photos de Kate Fenell et à gauche, tes oeuvres.

C.B.: Les photos de Kate sont inspirées de son séjour à Los Angeles. L'effet flou témoigne de la déconnexion entre les rêves et la réalité dans cette ville.

J.S.: Parlons de tes oeuvres. Tous les éléments sont verts. Et les nuances en sont très subtiles.

C.B.: La couleur verte vient de mon enfance passée dans la nature près de la méditerranée et dans les Alpes. D'autre part, j'ai pratiqué longtemps le qi-gong, de tradition chinoise, pour lequel la couleur verte est un des cinq éléments, comme le bois, le printemps... associée aux organes du foi et de la vésicule. Ces derniers sont très sollicités dans les activités créatives et la couleur verte les équilibre. C'est une couleur qui pacifie, qui calme...

J.S.: Le vert est la couleur qui donne le moins de stimulus contrairement au rouge.

C.B.: Je choisis toujours la couleur dont j'ai besoin pour mon énergie vitale et je suis habillée avec les mêmes couleurs que ma peinture. Regarde ! Chaque oeuvre est carrée ou ronde. Et l'ensemble des oeuvres sur le mur forme une installation. L'installation est composée par des éléments ronds ou carrés, cercles s'emmêlant dans un carré, carrés s'emmêlant dans un cercle, c'est ce que j ai choisi de faire pour le thème "Developping Structure". L'utilisation de d'une seule couleur, la couleur verte dans toutes ses nuances, donne plus de force au mouvement qui anime l'installation.

J.S.: C'est comme une vague. Cela ondule.

C.B.: Mais oui ! C'est ce que j'ai voulu réalisé. Cette vague représente un élan vitale qui se déploie. Par ailleurs, avant la retraite, j'étudiais les évolutions économiques des principaux pays occidentaux et cette courbe de vague apparaissait très souvent dans mes analyses statistiques. 

J.S.: Cela donne un rythme. Milia Belic (artiste des Réalités Nouvelles dans la section art construit) a écrit dans son livre "Apologie du rythme" : "Le rythme spatial évoque celui du temps aussi". Quelqu'un a dit, "voir la peinture" c'est aussi lire la peinture. Ton installation aussi. On peut apercevoir tout d'un coup, mais après, on peut lire temporellement. Et puis ce mouvement de vague semble prolonger l'espace au-delà de ce qui est visible et le temps continue... C'est très intéressant.  Et aussi, on entend la musique… la mélodie douce.

C.B.: Oui, les nuances de vert sont comme les différentes hauteur de ton des notes de musique sur une portée..

J.S.: Merci beaucoup aujourd'hui. Bonnes vacances !














BIBLIOTHÈQUE KANDINSKY

Musée national d'art moderne/CCI, Centre Pompidou

30 JUIN 2016

Dans le cadre de la troisième édition de l'Université d'été « LES SOURCES AU TRAVAIL. Bricolage et contre-cultures à l'ère de la reproductibilité technique, 1950-1970 », la Bibliothèque Kandinsky du Musée national d'art moderne/CCI est heureuse de vous convier à la rencontre publique avec l'artiste



George Herms

« The Bricoleur of Broken Dreams »



JEUDI, 30 Juin 2016, à partir de 18h30

Bibliothèque Kandinsky, Centre Pompidou, Niveau 3



Entrée libre dans la limite des places disponibles.

Réservation obligatoire à l'adresse : reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr



"Mind of an engineer, soul of a poet ", George Herms se trouve dans l'épicentre de la scène artistique et littéraire californienne de l'après-guerre. Avec Wallace Berman, Edward Kienholz et Robert Alexander, il est au cœur du groupe fondateur de « West Coast Assemblage » avec ses objets composites, d'accumulations hétérogènes et poétiques de matériaux trouvés. William Seitz intégrera d'ailleurs son œuvre tôt, dans l'exposition – phare « The Art of Assemblage » au Museum of Modern Art à New York, en 1961. Membre de la Rat Bastard Protective Association fondée en 1959 par Bruce Connner, il côtoie Jay DeFeo, Joan Brown, Wally Hedrick, ou Jess. A travers sa maison d'édition « Love Press » il publie des livres d'artiste pour Diane DiPrima, Michael McClure, de même que le fac-similé intégral de la revue Seminade Wallace Berman.

Pour cette rencontre, George Herms évoquera quelques histoires de bricolage, de « Love Press » et d'« Asphalt Fountain Pen ».



L'Université d'été de la Bibliothèque Kandinsky est un programme du Musée national d'art moderne – Centre Pompidou qui se déroule dans l'espace public de présentation des collections permanentes. Elle a pour objet les sources de l'art moderne et contemporain : archives, documentation écrite, photographique ou filmique, témoignages, mais aussi d'autres formes d'appropriation artistique et de production documentaire. Format interdisciplinaire, l'Université d'été de la Bibliothèque Kandinsky réunit des jeunes chercheurs : historiens et historiens de l'art, anthropologues et sociologues, artistes, critiques, commissaires d'expositions, qui s'engagent pendant dix jours dans un travail collectif sur les sources avec des professionnels de l'art et des universitaires. En écho immédiat avec l'exposition du Centre Pompidou sur la Beat Generation, l'Université d'été de la Bibliothèque Kandinsky prolongera la proposition expographique par un débat critique, tout en élargissant le propos aux paysages des contre-cultures et aux laboratoires intellectuels et artistiques qui les ont suscitées.



The Bibliothèque Kandinsky's Summer University is a Centre Pompidou research program installed on the very premises of the museum. It focuses on modern and contemporary art primary sources: archives, documentary materials (both written and visual), interviews, records as well as new forms of artistic appropriation and documentary production. Interdisciplinary in format, the Summer University brings together young researchers: historians, art historians, anthropologists, sociologists, artists, critics and curators which share a collective reflection with art professionals and various scholars around source materials. It will be held in the museum's space all around a conference table acting at the same time as an exhibition device displaying documents. In extension to the Beat Generation exhibition hosted by the Centre Pompidou starting with June 2016, the Bibliothèque Kandinsky Summer University reactivates the discussion around the multiplicity of countercultural expressions and around the intellectual hubs that have generated them.



Pour le comité de pilotage:

Didier Schulmann, conservateur, Bibliothèque Kandinsky, MNAM/Centre Pompidou

Philippe-Alain Michaud, conservateur, MNAM/Centre Pompidou

Mica Gherghescu, chargée du développement des services à la recherche, Bibliothèque Kandinsky, MNAM/Centre Pompidou ; assistée par Anahelena Arevalo et Caroline Ziani

Enrico Camporesi, attaché de conservation, MNAM/Centre Pompidou



www.centrepompidou.fr

http://carnetbk.hypotheses.org/category/universite-dete

mardi 28 juin 2016

Ecole d'arts ? quel futur ?

Ecole d'art de 
Perpignan (1817 - 2016) fermée
Avignon -  Menacée de fermeture - Suppression de poste 
Angoulême - Menacée de fermeture - Suppression de poste 
Tourcoing - Menacée de fermeture - Suppression de poste 
Caen-Cherbourg -  Menacée de fermeture - Suppression de poste 
Brest, Lorient, Quimper, Rennes - Menacée de fermeture - Suppression de poste

Bordeaux -  en crise - 

Chalons-sur-saône - en crise - 

Les réductions budgétaires des collectivités territoriales affectent très sérieusement celui des écoles d'art considérées comme de simples variables d'ajustement.



dimanche 26 juin 2016

En pod cast....

A réécouter sur France Inter : Géopolitique de la Culture, l'émission du 26 juin 2016, où on apprend de la bouche, même, de Nathalie Obadia, galeriste-marchand d’art à Paris et à Bruxelles, chargée de cours sur le marché de l’art contemporain à Sciences-Po Paris que les galeries françaises sont marginalisées dans la FIAC elle-même !!!! 

Le prochain salon 2016


vendredi 24 juin 2016

Nouveau Code de déontologie des Galeries d'Art

Le Comité Professionnel des Galeries d'Art a établi un nouveau Code de Déontologie des Galeries d'Art, qui peut être téléchargé sur leur site.

Rédigée par David Fleiss (Galerie 1900-2000), Benoît Sapiro (Galerie Le Minotaure), Philippe Valentin (Galerie ChezValentin), aidés de Véronique Jaeger (Galerie Jaeger-Bucher),sous la présidence de Georges-Philippe Vallois, cette actualisation entend : " clarifier les règles qui sont communément admises et d’établir de façon publique et transparente les usages de la profession. C'est pourquoi le Comité professionnel des galeries d'art a revu les règles déontologiques en 2016. Ce Code vise à rappeler les droits et les obligations des galeries d’art et des marchands. Il expose les relations professionnelles avec les artistes et les ayants droit ; présente les relations avec les acquéreurs ou les vendeurs ; mais aussi les rapports entre confrères.

Cet outil de référence permet de valoriser et de sécuriser le métier de galeriste et son environnement professionnel. Les éléments énoncés se rapportent à la législation, à la jurisprudence et à la réglementation applicables. Ils se fondent également sur des usages professionnels reconnus, dans le respect des intérêts de chacun.

Les galeries membres du Comité professionnel des galeries d’art agissent dans le respect des obligations légales qui leur incombent et s’engagent à respecter ce Code de déontologie."

IMEC - Camille Laurens et Philippe Forest

Festival Normandie Impressionniste
Miroir, mon beau miroir
du jeudi 23 au samedi 25 juin 2016 à l'abbaye d'Ardenne

Samedi 25 juin, 19h15
Table ronde avec Camille Laurens et Philippe Forest

Où est le réel ? Qu'est-ce qui est vrai ? Les deux auteurs, récemment récompensés par des prix littéraires, reviendront sur les miroirs que l'autofiction tend à la société.

Table ronde animée par Isabelle Grell, écrivain et critique

Entrée libre dans la limite des places disponibles

Une rencontre proposée dans le cadre de Miroir, mon beau Miroir

mercredi 22 juin 2016

Notes Brutes, Vasarely, Gimpel, Müller, Paris


Adoption de la loi création, architecture et patrimoine adoptée le 21 Juin 2016

L'article 1 stipule que : "La création artistique est libre",  les sénateurs ont adjoints un article 1Bis qui stipule que « La diffusion de la création artistique est libre. Elle s’exerce dans le respect des principes encadrant la liberté d’expression et conformément aux dispositions de la première partie du code de la propriété intellectuelle. » Ces précisions visent à s’assurer que la liberté de diffusion « s’exercera dans le respect du principe constitutionnel de la liberté d’expression et dans le respect des droits d’auteur et voisins. »

Aussi il semble confirmé, comme adopté en commission, la mise en place d’un système obligatoire de gestion de droits pour permettre la rémunération des plasticiens et photographes dont les œuvres sont reproduites par les services automatisés de référencement d'images (disposition dite "Google images"), et d'un dispositif similaire pour les productions des agences de presse (rejet de l’amt 192 du Gvt – art 10 quater).

La loi a été adoptée le 21 juin 2016 par l'Assemblée Nationale en seconde lecture après le Sénat.

mardi 21 juin 2016

IMEC rencontre avec Pierre Assouline et François Marthouret

Festival Normandie Impressionniste
Miroir, mon beau miroir
du jeudi 23 au samedi 25 juin 2016 à l'abbaye d'Ardenne

Jeudi 23 juin, 20h
Rencontre avec Pierre Assouline
Lecture par François Marthouret

Comment devient-on biographe ? Choisit-on son sujet ou est-on choisi par lui ? Pierre Assouline, auteur d'une dizaine de biographies, reviendra sur sa pratique d'un genre qui noue souci de vérité historique et art de la narration.

Réservations par mail : reservations@imec-archives.com

Une rencontre proposée dans le cadre de Miroir, mon beau Miroir
Téléchargez le programme complet

dimanche 19 juin 2016

Interrogation ? oeuvre ? archive ? art ?

Entre musée et centre de documentation. Exposer un patrimoine qui fait débat.

« Entre musée et centre de documentation. Exposer un patrimoine qui fait débat ». Article paru dans les actes du colloque : Exposer, s'exposer : de quoi le musée est-il le contemporain ?, Deuxième rencontre scientifique internationale du MuCEM, Marseille, 2013. Nombreux sont les enjeux soulevés par la muséification d'une pratique contemporaine de peinture murale en Sardaigne que les politiques locales, poussées par une adaptation au marché touristique et par un souci de transmission de l'histoire et de préservation des fresques, ont tenté de saisir dans des espaces d'exposition. Ces...

Francesca Cozzolino
École Nationale Supérieure des Arts Décoratifs, Collège des sciences humaines et sociales, Faculty Member

samedi 18 juin 2016

BILIOTHÈQUE KANDINSKY
Musée national d'art moderne/CCI, Centre Pompidou

23 JUIN 2016

OUVERTURE DE L'UNIVERSITÉ D'ÉTÉ de la BIBLIOTHÈQUE KANDINSKY



Brion Gysin, William S. Burroughs, Untitled (p. 180) (circa 1965),
tirage argentique, tapuscrit, lithographie et collage typographique sur papier, 22.23 x 17.15 cm. Acquis avec le soutien de Hiro Yamagata Foundation.

Brion Gysin © Avec l'aimable autorisation de la Galerie de France ; William Burroughs © Droits réservé ; Image ©Los Angeles County Museum LACMA

La Bibliothèque Kandinsky du Musée national d'art moderne/CCI vous invite à l'ouverture publique de la troisième édition de l'Université d'été :

« LES SOURCES AU TRAVAIL. Bricolage et contre-cultures à l'ère de la reproductibilité technique, 1950-1970 »



Mots d'ouverture :

Serge LASVIGNES, Président du Centre Pompidou et

Bernard BLISTÈNE, Directeur du Musée national d'art moderne/CCI



Conférence inaugurale :

"Before and After 1968: The American Counterculture and the Problem of Historical Continuity"



donnée par

Fred TURNER, Harry and Norman Chandler Professor in Communication, Stanford University



JEUDI, 23 Juin 2016, à partir de 18h30

Bibliothèque Kandinsky, Centre Pompidou, Niveau 3



Entrée libre dans la limite des places disponibles.

Réservation obligatoire à l'adresse : reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr



Depuis les années 1960, on a habituellement décrit le phénomène de la contre-culture comme une forme de rébellion contre la société américaine, industrielle et militarisée. Plus récemment, certaines lectures ont laissé croire que l'ascension du régime Reagan a réussi à enterrer la contre-culture, tout en remplaçant sa quête pour une communauté authentique par les marchés solitaires du néolibéralisme. Dans les deux cas, la contre-culture semble être en dehors du mode de vie américain. Cette intervention va à l'encontre de ces lectures. Dans un premier temps nous allons retrouver les traces profondes de la contre-culture dans la politique personnaliste de la culture américaine dans la deuxième moitié du siècle. Ensuite, elle va analyser le déplacement de cette politique dans le cadre néolibéral contemporain. A partir de ces continuités, nous devrions penser la contre-culture comme une séquence parmi d'autres dans une longue histoire des soulèvements romantiques et de s'interroger comment et pourquoi ces bouleversements persistent à réapparaître.



Since the late 1960s, many have described the counterculture as a generational rebellion against an industrialized, militarized, mid-centuryAmerica. In more recent years, many have also imagined that the rise of Ronald Reagan somehow buried the counterculture, and replaced its search for authentic community with the lonely markets of neoliberalism. In both cases, the counterculture seems to stand outside the main stream of American life. This lecture will argue that such a view is mistaken. First, it will trace the deep roots of the counterculture's person-centered politics in mid-century American thought. Second, it will track the migration of that mode of politics into the neoliberal workplace of today. Taken together, the lecture concludes, these continuities suggest that we should think of the counterculture as one in a long sequence of Romantic uprisings and begin to ask how and why such tumults so persistently recur.





Professeur renommé en histoire des medias, Fred Turner est l'auteur de plusieurs travaux sur le rapport entre les medias et la culture américaine après la Seconde Guerre mondiale et notamment du « From Counterculture to Cyberculture: Stewart Brand, the Whole Earth Network, and the Rise of Digital Utopianism » (trad. fr. « Aux sources de l'utopie numérique : de la contre-culture à la cyberculture : Stewart Brand, un homme d'influence », Caen, 2012). Il a enseigné à l'Université de Harvard et au MIT et occupe actuellement la chaire Harry and Norman Chandler Professor in Communication à Stanford University.



Fred Turner is one of America's leading media historians. He is the author of several books about media and American culture since World War II, including the award-winning From Counterculture to Cyberculture: Stewart Brand, the Whole Earth Network, and the Rise of Digital Utopianism. He has taught atHarvard University and MIT, and is currently Harry and Norman Chandler Professor in Communication at Stanford University.





L'Université d'été de la Bibliothèque Kandinsky est un programme du Musée national d'art moderne – Centre Pompidou qui se déroule dans l'espace public de présentation des collections permanentes. Elle a pour objet les sources de l'art moderne et contemporain : archives, documentation écrite, photographique ou filmique, témoignages, mais aussi d'autres formes d'appropriation artistique et de production documentaire. Format interdisciplinaire, l'Université d'été de la Bibliothèque Kandinsky réunit des jeunes chercheurs : historiens et historiens de l'art, anthropologues et sociologues, artistes, critiques, commissaires d'expositions, qui s'engagent pendant dix jours dans un travail collectif sur les sources avec des professionnels de l'art et des universitaires. En écho immédiat avec l'exposition du Centre Pompidou sur la Beat Generation, l'Université d'été de la Bibliothèque Kandinsky prolongera la proposition expographique par un débat critique, tout en élargissant le propos aux paysages des contre-cultures et aux laboratoires intellectuels et artistiques qui les ont suscitées.

The Bibliothèque Kandinsky's Summer University is a Centre Pompidou research program installed on the very premises of the museum. It focuses on modern and contemporary art primary sources: archives, documentary materials (both written and visual), interviews, records as well as new forms of artistic appropriation and documentary production. Interdisciplinary in format, the Summer University brings together young researchers: historians, art historians, anthropologists, sociologists, artists, critics and curators which share a collective reflection with art professionals and various scholars around source materials. It will be held in the museum's space all around a conference table acting at the same time as an exhibition device displaying documents. In extension to the Beat Generation exhibition hosted by the Centre Pompidou starting with June 2016, the Bibliothèque Kandinsky Summer University reactivates the discussion around the multiplicity of countercultural expressions and around the intellectual hubs that have generated them.

Pour le comité de pilotage:

Didier Schulmann, conservateur, Bibliothèque Kandinsky, MNAM/Centre Pompidou

Philippe-Alain Michaud, conservateur, MNAM/Centre Pompidou

Mica Gherghescu, chargée du développement des services à la recherche, Bibliothèque Kandinsky, MNAM/Centre Pompidou ; assistée par Anahelena Arevalo et Caroline Ziani

Enrico Camporesi, attaché de conservation, MNAM/Centre Pompidou



www.centrepompidou.fr

http://carnetbk.hypotheses.org/category/universite-dete

http://fredturner.stanford.edu/

Pop Up 49 - Paris

Factory 49 PARIS POP UP

Factory 49 is very excited to announce the sixth exhibition of its Paris Pop Up project.

Selected Australian artists are showing their work in Paris as part of a series of nine exhibiting residencies, in collaboration with European artists.
Please join us in Paris for this exhibition.
Exhibition: 23 June - 16 July 2016
Opening: Wednesday 22 June, 18 - 20 hrs
Hours: 13 - 19, Thurs - Sat

Location: 122 Rue Amelot, PARIS 75011


MICHELLE LE DAIN & ALEXANDRA KENNEDY 


MICHELLE LE DAIN

ALEXANDRA KENNEDY 



Factory 49
49 Shepherd St
Marrickville NSW 2204
Australia
Hours: 1-6pm Thursday to Saturday
(+61 2) 9572 9863
factory49.blogspot.com
factory49@optusnet.com.au
Facebook
Factory 49 Paris Pop Up
122 rue Amelot. Paris 75011

lundi 13 juin 2016

Appel à candidatures Salon de Montrouge



Pour postuler, rendez-vous sur la plate-forme de préinscription en ligne.
Les candidatures sont ouvertes du 10 juin (12h00) au 10 aout (12h00).












Ana Pérez Ventura

Harmonies Constructivistes

Vernissage le jeudi 23 juin 2016
de 18h à 21h


Horacio Garcia Rossi - Iván Contreras-Brunet - Carlos Caceres-Sobrea - India Serena - Ana Pérez Ventura - Kenia Almaraz Murillo - Carlos Garcia-Garcia

Exposition du 24 juin au 27 août 2016
Ana Pérez Ventura, Étude nº 177, 2014. Acrylique sur toile. 114 x 162 cm
La galerie Sisso présente Harmonies constructivistes, une proposition curatoriale d'Hélianthe Bourdeaux-Maurin et Margaux Wetzer : un dialogue inédit entre sept artistes de générations différentes, historiques et émergents, montre à travers peintures et sculptures, la vivacité contemporaine du mouvement constructiviste.

Communiqué de presse

Galerie Sisso
90 rue de la Folie Méricourt
75011 Paris
01 48 06 67 38
galerie@sisso.fr
galeriesisso.com
 

dimanche 12 juin 2016

#27 - Claude Augereau

#27
Claude Augereau

Vernissage le mercredi 15 juin de 18h à 21h
16 - 25 juin 2016


Elève au lycée de Chartres puis à I'Ecole des Arts Appliqués de Paris qu’il quittera assez vite car trop tournée sur l’application à son goût, Claude AUGEREAU (1927-1988) côtoie les ateliers de Jean Metzinger et de Fernand Léger qui lui enseigneront et le conseilleront dans ses essais cubistes. Peintre, d’abord cubiste, et sculpteur, il abandonnera cette dernière activité et se consacrera uniquement à la peinture dès la fin des années 60. Dans les années 1980, il écrivait :
« La peinture est ce qui reste aujourd’hui quand les significations psycho-sociales sont devenues illisibles, quand les prétextes sont oubliés, quand l’image est usée et l’anecdote dérisoire. C’est une trace laissée par le peintre en explorant son domaine, trace qui doit résumer et dire tout : le pourquoi et le comment, l’époque et le lieu, l’auteur et ses raisons. Cette trace devrait nous montrer tels que nous sommes, sans ostentation ni dissimulation. Voilà ce que nous défendons avec ce moyen : la peinture devenue aussi le but ».

Claude Augereau pratiquera jusqu’à sa mort une abstraction lyrique, sur toile mais aussi sur papier.

















Abstract Project - Espace des arts abstraits
5, rue des immeubles industriels
75011 Paris

contact@abstract-project.com

www.abstract-project.com

les images du vernissage...