Follow by Email

lundi 30 novembre 2015

Aurelie Nemours Lahumière


Chers amis de la galerie,
                                                 
Pour le finissage de l'exposition :
Aurelie Nemours "La mesure du rythme"
nous vous proposons de venir assister à une performance sonore
sur les poèmes d'Aurelie Nemours avec Claire Aveline (voix)
Julien Thenard (trombone à coulisse)
sous le regard de Véronique Mailliard
 
Le samedi 19 décembre de 17h à 17h30
Galerie Lahumière 
17 rue du Parc Royal
75003 Paris
 
Entrée libre durée de la performance 30 minutes
Pour ne plus recevoir nos mails renvoyez ce dernier avec votre voeu

dimanche 29 novembre 2015

des nouvelles des Madi...

Les Madi sont un des mouvements dissidents des Réalités Nouvelles canal historique...
Nés au même moment que le salon en 1946 mais en Argentine. Ils exposent avec RN jusqu'en 1953 quand ils le quittent en pleine guerre froide. Groupe dissident sud-américain et... marxiste !  
Leur acronyme veut dire "Matérialisme Dialectique".
Quelques artistes de la section géométrique des RN y sont encore aujourd'hui affiliés comme Saturo Sato, Yumiko Kimura, Mitsouko Mori ou Saxon-Szasz...  et ils se promènent au Japon avec des petits formats suivant leur communiqué en italien.

COMUNICATO STAMPA

Il giorno 17 novembre 2015 nei locali della

MI gallery

Kitahama-Mitori Bld. 1F, 1-2-23, Nishitenma Kita-ku

530-0047 Osaka - Giappone

Presidente: Haruko MITORI

Tel : +81 (0)6 6362 0907

E-mail : info@migallery-jp.com

HP : http://www.migallery-jp.com

sarà inaugurata la mostra

MADI - petit format

con le opere degli artisti:

Dominique Binet (F) Jean Branchet (F) Jean Charasse (F)

Franco Cortese (I) Reale F. Frangi (I) Joël Froment (F)

Aldo Fulchignoni (I) Sakae Hasegawa (J) Yumiko Kimura (J)

Alberto Lombardi (I) Gino Luggi (I) Enea Mancino (I)

Jaildo Marinho (BR) Vincenzo Mascia (I) Renato Milo (I)

Gianfranco Nicolato (I) Antonio Perrottelli (I) Marta Pilone (I)

Mitsouko Mori (J) Torsten Ridell (S) János Saxon Szász (H)

Philippe Vacher (F) Piergiorgio Zangara (I)



La mostra, a cura di Yumiko Kimura e Piergiorgio Zangara, ha ottenuto il patrocinio

dell'ISTITUTO di CULTURA ITALIANA ad OSAKA diretto dal dott. Stefano Fossati.



Venerdì 20 alle ore 18,00 negli stessi locali dell'esposizione la Dott.ssa Cristina Costanzo storico dell'Arte terrà una conferenza sul MOVIMENTO MADI INTERNAZIONALE.



"L'opera è, non rappresenta; l'opera è, non esprime; l'opera è, non significa". Risiede in questo principio la radice del Madi (acronimo di Materialismo dialettico), movimento artistico internazionale fondato nel 1946 a Buenos Aires da Carmelo Arden Quin, che tutt'oggi ispira nuove generazioni di artisti, come significativamente dimostrato da Madi: piccolo formato, progetto espositivo a cura di Yumiko Kimura e Piergiorgio Zangara promosso dalla MI gallery di Osaka dal 17 al 27 novembre 2015.

Oltre la propria etica mai disgiunta dall'estetica derivante da una consapevole riflessione politico-filosofica, il Madi ambisce a una trasformazione totale del mondo e - afferma Arden Quin in occasione della mostra presso l'Istituto Francés de Estudios Superiores di Buenos Aires - "appare per fondare un movimento universale d'arte". Dal 1948, in seguito all'esordio d'avanguardia in America Latina, culla della corrente artistica, le sperimentazioni maturate all'interno del Madi si diffondono in diverse città europee, in particolare a Parigi, dove vengono consacrate tra le più interessanti riflessioni del XX secolo.

L'immanenza e la materialità dell'opera, che si uniscono simbioticamente all'aniconismo e all'anti-mimesi, consentono di collocare il Madi nell'ambito dell'arte non figurativa e in particolare dell'astrazione geometrica. Senza entrare nel merito delle scissioni che hanno accompagnato il movimento, il Madi valica i confini (e i limiti) del Concretismo e del Costruttivismo, cui originariamente guardava con interesse, in favore di un'arte nuova che sia sinonimo - dal manifesto del '46 - di "un atto trascendente, un atto meraviglioso". Il Madi risponde alla crisi della pittura da cavalletto che aveva animato le Avanguardie Storiche con la rappresentazione dinamica delle figure geometriche nello spazio, senza fini illusori e con una vivace e gioiosa componente ludica.

Sovrapposizioni, incastri ed estroflessioni come l'articolazione, la trasparenza, il colore e il dinamismo sono gli audaci segmenti di un discorso basato sulla logica, sul metodo e sulla progettualità in nome del ludico accordo di forma, colore e spazio e secondo sempre inedite, parafrasando Laura Bica, "geometrie di luce". Tale articolato processo creativo sfocia nella produzione inoggettiva degli artisti Madi, orientata al raffinato accordo tra ricercatezza cromatica ed equilibrio formale.

Appartengono a tale storia tanto complessa quanto intrigante e ne sono grandi protagonisti presso la MI gallery di Osaka gli artisti italianiFranco Cortese, Reale Franco Frangi, Aldo Fulchignoni, Alberto Lombardi, Gino Luggi, Enea Mancino, Vincenzo Mascia, Renato Milo, Gianfranco Nicolato, Antonio Perrottelli, Marta Pilone, Piergiorgio Zangara, i francesi Dominique Binet, Jean Branchet, Jean Charasse, Joël Froment, Philippe Vacher, i giapponesi Sakae Hasegawa, Yumiko Kimura, Mitsouko Mori, lo svedese Torsten Ridell, l'unghereseJános Szász Saxon e il brasiliano Jaildo Marinho.

Nonostante le loro similitudini e affinità, le opere di ciascun artista in mostra alla MI gallery sono autonome e portatrici di ricerche individuali di alto profilo che proprio nel Madi trovano il massimo compimento. Coerentemente con la sintesi madista, i nostri artisti pervengono a un'esperienza totalizzante in cui l'opera, e solo l'opera, è.

Cristina Costanzo (dal catalogo della mostra)



La mostra, che terminerà il 27 novembre 2015, potrà essere visitata nei seguenti orari:

dal martedì al venerdì dalle ore 13,00 alle ore 18,00 (sabato, domenica e lunedì chiuso).



Segnaliamo inoltre l'uscita del volume:



AUTORE: Cristina Costanzo

TITOLO: Madi. Forma Colore Spazio

CASA EDITRICE: Contesti

COLLANA DI STUDI: MADI. Movimento Artistico Internazionale dal 1946 ad oggi, a cura di Cristina Costanzo

NOTE: Il saggio è stato realizzato in occasione dell'Esposizione Internazionale d'Arte MADI, tenutasi ad Osaka (Giappone), presso la MI gallery, dal 17 al 27 novembre al 2015, con il patrocinio dell'Istituto Italiano di Cultura di Osaka.

ISBN: 978-88-907522-6-1



In allegato l'invito della mostra.

vendredi 27 novembre 2015

Anne Commet, Diane de Cicco, Anne Damesin actu

EXPOSITIONS COLLECTIVES - DECEMBRE 2015

Anne Commet et Anne Damesin
All are guests / Galerie EXIT / 03.12 - 24.12.2015
Vernissage le 03.12 à partir de 18h30 et nocturne le 10.12 en présence de l'artiste
2, place Denfert-Rochereau, Boulogne-Billancourt






















Diane de Cicco et la compagnie des Oeillets
















jeudi 26 novembre 2015

Kandinsky retrouvé ?


BIBLIOTHÈQUE KANDINSKY
Musée national d'art moderne/CCI, Centre Pompidou
2 DECEMBRE 2015
la Bibliothèque Kandinsky du Musée national d'art moderne/CCI accueille une présentation, par son auteur, Andréi Nakov de
Kandinsky, secret - l’énigme du premier tableau abstrait aux Presses du Réel – Collection Fama, direction éditoriale : Xavier Douroux



Mercredi 2 décembre 2015, à partir de 18h30
Bibliothèque Kandinsky Centre Pompidou
Niveau 3

Réservation obligatoire à reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

Peint à Munich en 1911 Tableau avec cercle est le premier tableau abstrait de Kandinsky et non moins dans l’histoire de l’art moderne. Pourtant cette oeuvre fut de longues décennies durant une énigme pour l’histoire de l’art et non moins pour l’artiste à qui la réalisation de cette peinture a posé des problèmes complexes.  Laissée « en dépôt » à Moscou en décembre 1921 lors du départ de Kandinsky pour Berlin, l’oeuvre disparaît par la suite dans les oubliettes de l’histoire. Kandinsky n’arrive pas à obtenir de Russie même une photographie de cette peinture qui de cette façon est réduite au silence. En raison de la censure culturelle exercée par le régime soviétique elle disparaît de l’horizon de l’histoire. A la fin des années soixante dix bien après la mort de l’artiste elle est redécouverte en URSS et présentée en public seulement en 1989. Pourtant, à ce jour cette oeuvre capitale dans l’histoire de l’art moderne, n’a pas bénéficiée d’une étude exhaustive et de ce fait n’occupe non plus la place qui lui revient dans notre Panthéon culturel.
Au delà d’une interprétation novatrice ce livre dévoile les multiples niveaux de censure dont la première abstraction a souffert à l’époque de sa création et probablement souffre encore. Tableau avec cercle est interprété par Andréi Nakov avec un regard neuf et à l’aide de documents inédits concernant les circonstances de sa réalisation de même que ses sources culturelles. Résultat d’une recherche autant exhaustive qu’exemplaire ce texte permet d’appréhender le contexte culturel de l’époque et d’accéder à l’essence de l’esthétique kandinskienne.

vendredi 20 novembre 2015

#14 - Acccommodating the mess, John Bunker, Susan Cantrick, Juliette Jouannais et Hilde Overbergh

Susan Cantrick a le plaisir de vous annoncer le vernissage, le 2 décembre, de 18  à 21 h, de "Accommodating the mess," une exposition collective de John Bunker, Susan Cantrick, Juliette Jouannais et Hilde Overbergh . Exposition que Susan Cantrick a organisée autour d'une remarque de Samuel Beckett pour  "accommoder le désordre", à l'Espace Abstract Project, 5, rue des Immeubles Industriels, Paris 75011.

Susan Cantrick is pleased to announce the opening, December 2nd, 6-9 p.m., of "accommodating the mess" an exhibition of John Bunker, Susan Cantrick, Juliette Jouannais and Hilde Overbergh  that Susan Cantrick has organized based on an idea of Samuel Beckett, at Espace Abstract Project, 5, rue des Immeubles Industriels, Paris 75011.

du/from 2/12  au/to 12/12/2015 
Ouvert/open Mercredi/Wednesday au/to Samedi/Saturday 14h/19h -2PM/7PM
metro : Nation

Communiqué de Presse
Accommodating the mess #14

John Bunker
Susan Cantrick
Juliette Jouannais
Hilde Overbergh


Vernissage le mercredi 2 décembre de 18h00 à 21h00
Exposition du 02 décembre au 12 décembre 2015 

« […] il y aura une nouvelle forme […] et cette forme sera d'un type qui admet le chaos et ne tente pas de dire que le chaos est autre chose […] c'est pourquoi la forme elle-même devient un sujet de préoccupation parce qu'elle existe comme un élément distinct de la matière qu'elle organise. 
Trouver une forme qui accommode le désordre, c'est aujourd’hui la tâche de l'artiste ».
Samuel Beckett, 1961 

Avant tout, une précision : cette exposition ne cherche pas à répondre aux attentes de son intitulé ni à soumettre les artistes au défi posé par les mots de Beckett. Le titre n’est pas un thème et il ne veut pas catégoriser les artistes. L’exposition cherche simplement à considérer les œuvres exposées ici en regard du texte de Beckett, qui semble tout aussi pertinent aujourd’hui qu’au moment de sa formulation, il y a plus que 50 ans. « The mess » a évolué, les réponses artistiques et critiques aussi, mais la nécessité de répondre à ce défi demeure.
Cet objectif – considérer les œuvres présentes en regard du texte de Beckett – laisse une grande latitude pour apprécier comment chaque artiste « accommode le désordre » ou même s’il, ou elle, se place consciemment en position de le faire. Ce que John Bunker, Susan Cantrick, Juliette Jouannais et Hilde Overbergh ont en commun, c’est un lien puissant avec la forme qui admet néanmoins, et de façon explicite, la complexité visuelle/perceptuelle du monde physique tout comme l’éclectisme formel de l’art contemporain. Cependant, c’est ce qui les distingue, notamment leur façon de penser la phrase de Beckett, qui constitue l’aspect le plus stimulant de cette exposition. Afin d’articuler leur diversité, chaque artiste a répondu aux questions suivantes concernant sa démarche :

La vie sur terre au XXIe siècle présente aux êtres humains une panoplie sans précédent de stimuli perceptifs. À cela s’ajoute pour les artistes le défi de saisir toute la gamme des formes expressives générées par leurs contemporains. En tenant pour acquis qu’en tant qu’être humain et comme artiste ils n'ont pu échapper à cette surabondance perceptive, comment figure-t-elle dans leur processus de création? 
Comment l’utilisent-ils, quels filtres lui appliquent-ils, comment la transforment-ils ou la rejetent-ils, comment en prennent-ils le contre-pied ? 
En bref, comment « accommodent-ils le désordre » ?


jeudi 19 novembre 2015

En nettoyant Malevitch...

Interlude est la reprise à Abstract Project, 5 rue des Immeubles Industriels, 75011 Paris de l'exposition "Malevitch  dernière exposition futuriste Web 2.0 " présentée au Salon des Réalités Nouvelles 2015, ici dans la version dite "chaise bleue".  Les toiles de Malevitch ont été interprétées par David Apikian, Roger Bensasson, Joel Besse, Diane De Cicco, Olivier Di Pizio, Vanina Lange, Erik Levesque, Chantal Mathieu, Pierre Michelot, Jean Navailh et Jun Sato.

A laquelle est ajoutée un cylindre jaune et noir,  et deux cadres décadrés coupés en deux qui évoquent le drame récurrent des musées d'art contemporain quand le matinal technicien de surface fait disparaître une œuvre ou deux ...

EN NETTOYANT MALEVITCH 
  [interlude]

Exposition du 19 novembre au 27 novembre 2015
visible uniquement depuis la rue.





Cette proposition de Jean-Pierre Bertozzi et Erik Levesque est une réponse amusée au Collectif 0,100 qui nous a convié  à sa première exposition du vendredi 27.11.15 au dimanche 29.11.15
à Bordeaux de 14h/19h - 14 rue Leyteire - 33000 Bordeaux

Pour son lancement, le Collectif 0,100 montre les œuvres de trois de ses artistes :

Emmanuel Ballangé
Sophie Mouron
Mirsad Jazic

« 0,100 » c’est un clin d’œil à l’exposition fondatrice « 0,10 » de Kasimir Malevitch, il y a cent ans. 0,100 ce sont des démarches distinctes mais des partis pris et positions similaires dans le champ
de l’art contemporain et l’héritage revendiqué de l’art conceptuel et minimal.
Le collectif 0,100 coalise, à la manière d’un « précurseur sombre », des artistes pour lesquels la pensée détermine, sans la figer, la forme."


Les photos de l'accrochage du Collectif 0,100 à Bordeaux :














mardi 17 novembre 2015

Retrospective Adolphe Cieslarczyk,

Adolphe Cieslarczyk (1916-2003), qui a si longtemps exposé au Salon des Réalités Nouvelles, et qui aura cent ans en février 2016, est exposé par le Musée Gajac de Villeneuve sur Lot du 20 novembre 2015 au 31 janvier 2016.
On pourra y voir ses sculptures (métal et bois) et ses gravures (sur lino et sur métal).

samedi 14 novembre 2015

Révélations sur le Carré Noir de Malevich

On a retrouvé sous "Le Carré Noir" de Malevich deux autres toiles  a indiqué la télévision Koultoura de Moscou ce mercredi 11 Novembre.

D'abord une composition cubo-futuriste, puis une composition proto-suprématiste qui ont été restituée numériquement d'après les radiographies, ici en photo.

Il semble également que le tableau porte une inscription humoristique d'après le titre d'un des monochromes farces d'Alphonse Allais... "Combat de nègres dans une cave pendant la nuit"(Reproduction du célèbre tableau) ! (source AFP/Le Figaro/El Pais)...
mais dont la photographie la reproduisant est illisible !

mercredi 11 novembre 2015

Des construits à Sydney

Troisième exposition CARREMENT, consacrée à l'Art Construit, et première hors Paris, réunit une vingtaine d'artistes : David Apikian, Wahida Azhari, Milija Belic, Joël Besse, Christine Boiry, Francesc Bordas, Isabelle De Gouyon Matignon, Peter De Lorenzo, Nathalie Delasalle, Hiroshi Harada, Gerhard Hotter, Yumiko Kimura, Youn-Ja Lee, Danielle Lescot, Kate Mackay, Prospero Moryusef, Mitsuko Mori, Roland Orépük, Jun Sato et Bogumila Strojna : carrement sydney


FACTORY 49, 
26 nov - 05 dec 2015
49 Shepherd St. Marrickville 2204,
Sydney, Australia

lundi 9 novembre 2015

#13 -ABSTRACT PROJECT


APPARENCES #13

Saula Mile
Djordje Stanojevic


Vernissage le mercredi 11 novembre de 18h00 à 21h00
Exposition du 11 novembre au 14 novembre 2015 

La peinture de ces deux artistes serbes, Saula Mile et Djordje Stanojevic, est une réaction au système agressif des nouvelles technologies et de l’hyper-production de tout ce qui nous entoure. Suite à leurs expériences dans le domaine de la science et des multimédias, ils ont décidé d’abandonner le milieu urbain afin de trouver la méditation et la paix cosmique que réclame leur retour à ce médium. C’est leur préalable pour s’exprimer. Un besoin de silence dans la créativité. Un retour à la nature et aux anciennes techniques. Ils qualifient leur approche de néonabisme.

Comme Jasper Johns qui émancipe l’encaustique, ces deux peintres contemporains insistent sur la splendeur et la force élémentaire des matériels picturaux. L’un et l’autre partent de la sensualité et de l’éros. Le fondement de leurs tableaux, c’est le discours net des matériels. Pourtant, ce n’est suffisant ni à l’un ni à l’autre. L’énergie de l’éros ou du thanatos se vide et de cette masse colorée chaotique et énergétique jaillissent des formes particulières qui sont une surprise autant pour eux que pour les spectateurs. Les traces des rêves et des souvenirs, la mémoire collective, les archétypes... Le monde des symboles étranges surgit de la matière colorée du tableau comme des dessins enfantins, préhistoriques, hors temps, tels à jamais.

Un peu de presse après le salon ici .... et là

  dans la Gazette de Drouot



















jeudi 5 novembre 2015

Performance chez Lahumière


Chers amis de la galerie,
                                                  
Dans le cadre de l'exposition actuelle : 
Aurelie Nemours "La mesure du rythme"
nous vous proposons de venir assister à une performance sonore 
sur les poèmes d'Aurelie Nemours avec Claire Aveline (voix)
Julien Thenard (trombone à coulisse) 
sous le regard de Véronique Mailliard
Le samedi 14 novembre de 17h à 17h30
Galerie Lahumière 
17 rue du Parc Royal 
75003 Paris 
Entrée libre durée de la performance 30 minutes