Follow by Email

mercredi 28 octobre 2015

Futur Modern Vintage La FIAC 2.15

LA FIAC, qui se tenait au Grand Palais à Paris du 22 au 25 octobre 2015, EST la foire d'art contemporain internationale avec la plus grande présence de galeries françaises au monde soit 26 sur 175... (1/7 éme) !
Sa petite soeur Officielle qui se tient à la Cité de la Mode, (mais si vous connaissez ... le machin vert mochard à côté de la gare d'Austerlitz,  M'enfin ... ) et pour laquelle on a (heureusement) supprimé le jeux de mots foireux FIAC Off a la même proportion d'exposants parisiens 12  pour 70 galeries ...
Il y a donc les galeries nominées In et les autres sont Officielle, Slick, YIA, International, etc....  Chacune à son lieu et son public. Et on se reportera pour les polémiques de la portion congrue des galeries françaises dans le Figaro. Il est loin le temps où la FIAC présentait 50 % de galeries françaises...  C'était au XXe siècle avant la crise de 1990 et avant le temps d'Internet...
"C'était au temps du cinéma muet
  C'était au temps où Bruxelles ..."

A la FIAC, les cimaises de salon sont hautes et blanches, couvertes ou non d'un vélum blanc.  Gagosian, la galerie la plus puissante au monde s'est fait, elle, construire un château-fort au centre de la nef en "Ba 13" (placoplâtre) laissant les traces d'enduit et de chantier bien visible sur des parois de 50 cm d'épaisseur et de 5 mètres de haut simulant autant l'entrepôt d'usines et la tour fortifiée.
Les galeries "bluechip"  Gagosian, Zwirner, Miro, Lisson sont présentes avec évidemment de très belles pièces comme un magnifique Howard Hodgkin chez Gagosian, ou de belles sculptures de Anish Kapoor dont une en or (ou en cuivre jaune ?) chez Lisson gardée par un vigile dont on se demande s'il fait partie de l'oeuvre ou pas ! Chez Nahmad un vigile tout triste se tient à gauche d'un Modigliani assez triste dans la lumière grise d'une fin d'octobre tristounette. C'est vraiment pas gai Modigliani (mais c'est vendu) !

Les Picasso and Co "friends and family" itou, sont bien présents avec Almine Rech ou la Nahmad Contemporary qui a enfin changé de nom, mais pas d'adresse, après les mésaventures du golden boy/héritier de la famille collectionneuse de Picasso. Soit dans treize galeries une douzaine de Picasso à vendre (au moins un de vendu), avec aussi des Dubuffet (C'est vendu) et toujours le mistigri,  la tapisserie de Aligheiro Boeti avec sa mappemonde qu'on voit depuis 1988 dans toutes les foires de Madrid à Bâle, des monochromes, des Baselitz  dont un d'un très beau noir profond chez White Cube, des Lüpertz et des Leroy chez Werner,  des Fabienne Verdier, du pop art, des Calder ici ou là des Warhol anamorphosés. Comme des antiquaires modernes, des stands sont dans le noir éclairés en basse température, où se côtoient Viera da Silva, Klee et  sculptures Inca dans la pénombre de la Galerie Jaegger-Bucher. Une seule monographie consacré à Estève chez Applicat-Prazan et son stand gris . Entre les oeuvres tape-à-l'oeil, avec beaucoup de doré, de miroirs neufs ou cassés, en verre ou en plexiglass, d'argent et d'aluminium, de diamants en poudre ou en carats, un peu d'humour,  une touche de Morandi, une "énaûrme" toile de Katarina  Grosse (5m x 8 m), le silence de Pierrette Bloch chez Karsten Greve. Les Soulages de sortie sont tous au brou de noix et historique. Nombreux sont les Lee Ufan. Ici il y a de beaux dessins forts classiques de Tracey Emin et là le grand feutre de Morris Louis est immaculé dans la lumière zénithale.

On remarquera aussi la part institutionnelle par la présence du Fonds Municipal d'Art Contemporain de la Ville de Paris dans le IN et autres Musées Nationaux et Parisiens très présents dans les OFF avec des hors les murs, la FIAC se veut patrimoniale.

En contrebas du pont Alexandre III, la foire Slick est un étrange  compromis : sous une tente les stands s'allongent dans une paradoxale attente de découverte sous l'autorité de Claude Viallat qui à l'entrée semble veiller sur les jeunes ... A deux pas Art Elysées, en deux tentes allongées sur les Champs Elysées, présente elle aussi Claude Viallat et la scène française, de Paris à Lyon, des années 1950 à aujourd'hui, de Buffet à Combas accompagnée de la peinture aborigène australienne. Enfin une troisième tente Art Design présente du mobilier design moderne d'après guerre et d'avant IKEA. Curieusement les stands sont tous tenus par de jeunes et beaux barbus en costume droit à pochette, alors qu'ailleurs il y a toujours une jeune femme en petite robe noire accompagnée d'un monsieur glabre d'un âge certain.

Bref contraction de temps 4 jours, contraction des foires satellites YIA, Slick, OFF, etc ... , contraction du nombre de galeries présentes. Opération de softpower, il s'agit de faire rayonner la France et Paris en invitant un maximum de galeries étrangères :  à la foire OFF, il y a une dizaine de galeries françaises, dont la Galerie Bernard Ceysson sur 65 galeries et à la foire YIA de la jeune scène émergente française environ 50% de galeries, Paris International  elle est dans un hôtel...  Pour Libération  et Elisabeth Frank-Dumas "Le Savoir Foire",  la foire est au bord du burn-out, la "fair fatigue", on se lasse des foires alors que tous les artistes (plus de 2000) et les galeries instagramment, facebookent, tweetent, googlent et regooglent... leurs "propositions".

Tout ceci pour tenter de faire apparaître la scène contemporaine qui est selon Terra Nova (le Think Tank du PS ) une scène escamotée par la disparition dans les musées du monde et dans les salles de ventes des artistes français au niveau international dont la description que je viens de faire est un exemple... Extrait :
"La croissance spectaculaire du marché de l’art mondial depuis le début des années 2000 ne s’est pas réalisée à l’avantage de la France. Leader en 1945, notre pays est désormais en quatrième position pour le chiffre d’affaires des ventes publiques d’œuvres d’art. Ce recul se manifeste également à travers le moindre rayonnement de ses créateurs à l'échelle internationale. "
Et :
Le top 10 ,des adjudications des ventes aux enchères établi par Artprice, compte 5 artistes français en 2004 (Claude Monet, Auguste Renoir, Henri Matisse, Paul Gauguin, Edgar Degas) et seulement un en 2014 (Claude Monet). Si l’on considère seulement le marché de l’art contemporain, les artistes français sont encore plus absents : en 2014, ils ne représentent que 0,7 %  du produit des ventes publiques du marché de l’art contemporain réparti par nationalités d’artistes..."  

Dont Acte, c'est toujours le radeau de la Méduse comme disait Michelet*...
Dans le New York Times et le journal El Pais, Jennifer Flay (la directrice de la foire) et Perrotin  (le galeriste) nous confirment que Paris prend l'eau  de toutes parts mais que la FIAC revient du diable vauvert meilleure que jamais, les mouches ont changé d'âne, le fameux French flair.
Fluctuat nec Mergitur.
Aussi pour aller de la FIAC à Off, est inclus dans le prix du billet (40 Euros) le bateau-mouche qui vous porte sur la Seine... Le syndrome de Venise... Week-end sur Seine tous les deux sans personne quand Paris est à l'eau... Vogue la galère.
La FIAC elle même semble donc se définir, non pas comme une salle de marché, mais bien comme une opération de communication pour le Ministère des Affaires Etrangères Campari  (jeux de mots) sera toujours Paris ! Et on comprend bien que ce soit Laurent Fabius, ministre des Affaires Etrangères qui est remis la légion d'honneur à Jennifer Flay devant Pinault et les autres princes qu'on sort  (jeux de mots) comme une équipe de rugby**  !
Alors que l'on annonce la fermeture du Grand Palais pour des travaux nécessaires...
La FIAC devant trouver un autre lieu° !
E la nave va !

* Selon Jules Michelet "Le Radeau de la Méduse de Géricault, c'est le naufrage de la France" in cours au collège de France (1847)
** Pour les artistes pas au courant Jennifer Flay est d'origine néo-zélandaise donc All-black et l'équipe de France de Rugby s'est prise une juste branlée quelques jours avant le début de la FIAC. par  l'équipe néo-zélandaise 62/10 !

Avec 71717 visiteurs°°
Gais et contents
Nous allions triomphants
En revenant des Champs
Le cœur à l'aise
Sans hésiter
Nous venions d'acclamer
D'voir et complimenter 
L' peintur' française.



* annoncée du 20 au 23 Octobre 2016
°* chiffre officiel.