Follow by Email

mercredi 30 avril 2014

Un message de Anna et Richard van der Aa

P a r i s C O N C R E T
l'avenir - the future

------------------------------------
Chers artistes, amis et followers, (please scroll down for English)

Après une expérience réussie de cinq ans, nous avons pris la difficile décision de fermer l'espace ParisCONCRET. Il est tout simplement temps de retrouver nos soirées et week-ends pour nos propres projets.
Notre motivation initiale était d'encourager un dialogue international entre les artistes qui travaillent dans le domaine non-objectif, et c’est une grande satisfaction d’y avoir contribué.
ParisCONCRET Projects continuera d’organiser de temps en temps des expositions dans divers espaces. Nos coordonnées et l’adresse du site web restent inchangés.
Le vernissage de la dernière exposition au 5 rue des Immeubles Industriels se tiendra le samedi 7 juin 2014. Nous espérons que vous nous rejoindrez pour cet événement où nous lancerons un catalogue qui receuillera les nombreuses conversations visuelles qui ont eu lieu depuis janvier 2009.
Nous voulons profiter de cette occasion pour vous remercier tous d’avoir fait partie de cette histoire.

------------------------------------
Dear artists, friends and followers,

After five successful years we have made the difficult decision to close the ParisCONCRET space. It is simply time to reclaim our evenings and weekends for our own projects.
Our initial motivation was to encourage an international dialogue amongst artists working in the non-objective domain and it has been satisfying to see the outworking of this.
ParisCONCRET Projects will continue to organise exhibitions in various locations from time to time. Our contact details and website address will remain the same.
The final exhibition at 5 rue des Immeubles Industriels will open on Saturday 7th of June. We hope you will join us for this event where we will launch a catalogue documenting the many visual conversations which have taken place since January 2009.
We’d like to take this opportunity to thank you all for being part of the story so far.

------------------------------------
Warm regards/bien amicalement,
Anna & Richard van der Aa
 

vendredi 18 avril 2014

Jean-Pierre Bertozzi, Erik Levesque, Olivier di Pizio, Xing Qian Ye

Les toiles de Jean-Pierre Bertozzi, Erik Levesque, Olivier di Pizio et Xing Qian Ye seront présentes à Pékin pour la foire d'art contemporain Asia Art Expo à partir du 8 Mai prochain,  au Musée Art Yan Huang de Pékin, puis Xing Qian et Joelle Ye les emportent en tournée pour 8 mois en Chine,  puis à Beijing 79, Institut des Beaux-Arts de Tianjin,  puis à Shangai, Hongkong enfin en Afrique du Sud… en un mot  le Grand YE Tour 2014/15 !








vendredi 11 avril 2014

Marché en panne ou marché fictif ?

Les constats sur le marché de l'art tombent comme les giboulées en cette saison, par averses de statistiques. Selon le rapport du CVV, les résultats des ventes aux enchères ont progressé en France de 0,6% sur 2013, pour atteindre un montant de 2,44 milliards d'euros (hors frais) emportés par les ventes de... chevaux (+ 18%), alors que les voitures d'occasion perdaient 2%. Les résultats des ventes d'oeuvres d'art et de collection progressaient de 3,3% environ suivant la tendance décennale. Les deux-tiers des ventes se font sur Paris et en île de France : un tiers des résultats des ventes pour Sotheby's, Christie's et Artcurial et un tiers pour Drouot ! Ce rapport confirme la baisse tendancielle, lisible dans le rapport de Janvier d' Artprice  sur l'Art Contemporain en 2013 ou l'on constate que Paris représente 2,75% des ventes d'Art Contemporain loin derrière les Usa et la Chine 30 % et les 20% de l'Angleterre pour un marché de l'Art Contemporain qui représente lui 13 % de la part globale du Marché de l'Art mondial dont 70 % est produit par les modernes et les années 50... Marché mondial en hausse de 13% sur un an pour atteindre 12 milliards de dollars !  Comme le remarque Catherine Chadelat du CVV , la France paye cher son absence dans le secteur de l'Art Contemporain... sans savoir y remédier.
Mais toutes ces belles statistiques, semblent ignorer le taux d'impayés en Chine particulièrement, on parle de 50 % de transactions fictives et de 30 % de transactions de gré à gré chez Sotheby's…
A lire donc les deux articles de Vincent Noce paru dans Libération le 27 Mars 2014 qui offre un regard pour le moins décapant sur ces statistiques internationales. Il y décrit un marché scindé en deux avec une dizaine de stars internationales... et le reste claudiquant.... A la question  de Vincent Noce : "Comment expliquer que certains ont prétendu que, dans ces conditions, la Chine soit le leader mondial ?" Une spécialiste de l'économie de l'art, Clare McAndrew répond : Je ne me l’explique pas : la base de données est la même pour tous. Même en triturant les chiffres dans tous les sens, en utilisant des euros ou des dollars, en enlevant les ventes privées ou l’art décoratif, il est impossible de parvenir à ce résultat. "







lundi 7 avril 2014

In memoriam Alan Davie





Une video d'un des compagnons de route écossais des Réalités Nouvelles…. en anglais !


dimanche 6 avril 2014

Exposition CARREMENT


Belic ∙ Bensasson ∙ Besse ∙ Bézie ∙ Clolus ∙ Lovric ∙ Orépük ∙ Peugeot ∙ Satoru ∙ Strojna ∙ Weyer


Exposition du 12 au 27 avril 2014
Vernissage le mardi 15 avril 2014 de 18h à 21h
Ouverture tous les jours de 14h à 19h


Milija BELIC, Roger BENSASSON, Joël BESSE, Charles BÉZIE, Michel CLOLUS, Mirko LOVRIC, Roland ORÉPÜK, Christiane PEUGEOT, Sato SATORU, Bogumila STROJNA et Jacques WEYER revisitent l’héritage intellectuel et plastique de l’art construit, l’art concret et l’art minimal. Le vocabulaire visuel composé des formes géométriques élémentaires se voit enrichi par une approche originale et une touche personnelle. Les espaces musicaux se confondent avec les rythmes mathématiques, les équilibres et les symétries côtoient les dissonances dans une chorégraphie qui a pour fonction de créer des décalages et des instabilités. On est dans un univers poétique, où les tableaux et les objets ont pour caractéristique de dérouter nos regards, même partant des matériaux les plus ordinaires et des formes les plus simples. Basé principalement sur le carré et la ligne droite, qui ont toujours été compris comme un symbole du spirituel et qui risquent de devenir l’expression ultime de notre nouvelle ère numérique, passant aussi par le pouvoir émotionnel de la couleur, cet art rigoureux, audacieux et réductif est en quête permanente d’un langage autant universel que particulier, d’un espace vierge source de toute forme et de toute sensation, d’un lieu où se manifeste la plénitude de l’être, l’essence de l’existence, d’une image fidèle à un rêve, inachevé, de l’absolu.

Espace Christiane Peugeot
62 avenue de la Grande Armée
75017 Paris

M° Argentine / Porte Maillot
Tél. 01 45 74 32 53
www.espacechristianepeugeot.org

Une tribune de Milija BELIC

L’ART GÉOMÉTRIQUE : EST-IL MAL AIMÉ 
(OU MAL COMPRIS) EN FRANCE ? 

Bien que les manifestations du même genre (expositions, salons, biennales) se multiplient ces derniers temps, une question persiste : l’Art Géométrique est-il mal aimé, ou plutôt mal compris, en France ? 
Les admirateurs, sensibles à cet art réduit aux figures régulières et aux signes qui ne sont pas étrangers aux esprits mathématiques, ne manquent pas, mais ce public averti reste très minoritaire. Déjà l’Abstraction, en tant que mouvement avant-gardiste le plus radical, a eu du mal à être apprivoisé. Quelques rares artistes qui ont œuvré dans ce sens entre les deux guerres ont tardé à être reconnus et surtout compris. On a dû attendre l’an 2010 pour que le MNAM consacre une rétrospective d’envergure à l’un des pionniers de l’Art Géométrique, Piet Mondrian, qui a pourtant bien développé son art à Paris, sa nouvelle plasticité, avant de partir pour les Etats Unis en 1938.

Il y a aujourd’hui très peu de galeries en France consacrées à l’Art Géométrique, à l’Art Construit, à l’Art Concret : la Galerie Denise René, dont le rôle dans l’intégration de l’Art Géométrique et Cinétique est déjà reconnu historiquement, la Galerie Lahumière, la Galerie Gimpel&Müller, la Galerie Cour Carré ou l’espace ParisCONCRET, tous situés à Paris. Et bien que les collections des Musées Nationaux possèdent des œuvres de l’Art Géométrique, ces oeuvres ne sont pas présentées de manière à susciter une idée de l’importance de ce mouvement, devenu depuis longtemps une référence historique. De plus, à l’exception de l’Espace de l’Art Concret à Mouans-Sartoux (Donation Albers-Honegger), aucun musée en France, ni aucune institution, n’est consacré entièrement à l’Art Géométrique, comme c’est le cas en Allemagne (Musée d’Art Construit à Ingolstadt, ZKM à Karlsruhe), en Suisse (Museum Haus Konstruktiv à Zürich), en Hollande (Mondriaanhuis - Museum voor Constructieve en Concrete Kunst à Amersfoort), aux Etats Unis (Museum of Geometric and Madi Art à Dallas) ou au Japon (Musée Satoru Sato de Tome), pour ne citer que quelques exemples. Est-ce que la volupté baroque et les délices de la légèreté de l’être - même quand cette légèreté est « profonde » -  bien enracinés dans la tradition française, l’emportent toujours sur la rigueur, la sobriété et l’austérité de l’œuvre géométrique?  Pourtant, dans le même temps, la nouvelle ère numérique nous a habitués à observer le monde à travers les chiffres et nous a également familiarisés avec la panoplie du virtuel composée principalement de figures géométriques.

Il existe actuellement, chez les adeptes de l’Art Géométrique, en dehors d’un écho lointain de l’enseignement de l’école du Bauhaus, une nouvelle sensibilité, une ouverture d’esprit qui cherche à s’exprimer dans les arts plastiques, l’architecture ou le design, en réunissant aussi bien les pouvoirs émotionnels que les données scientifiques, et en menant inéluctablement vers l’œuvre, tant rêvée, d’un art total. L’art a depuis longtemps dépassé le besoin de représenter les choses. Il crée un univers propre à lui. Les outils géométriques ne sont que les moyens spirituels pour construire ce nouveau monde. L’intelligence des sens ne doit pas nécessairement passer par les mécanismes rationnels. Les objets géométriques ou mathématiques les plus abstraits peuvent devenir la source des émotions esthétiques les plus nobles.  

Dans la richesse de la scène artistique en France, il semble que l’Art Géométrique n’ait pas encore la place qu’il mérite. Puisse la présente exposition combler en partie ce manque et offrir un vrai sujet de réflexion.


Milija BELIC


Commissaire de l’exposition « Carrément » 
Exposition du 12 au 27 avril 2014
Vernissage le mardi 15 avril 2014 de 18h à 21h    

mardi 1 avril 2014

"Les 10 Gagas" aux Réalités Nouvelles 2014 !

Performances et nouvelles technologies percutent le salon 2014 et les pratiques artistiques de l'Abstraction au sein des Réalités Nouvelles. Le salon des Réalités Nouvelles se met à l'heure du lifestyle et du normcore. Et nec plus ultra le fooding fait son coming in pour un automne qui s'annonce décoiffant. 
Explications : 

Un collectif d'artistes confirmés, issu du salon a demandé à exposer cette année au Salon des Réalités Nouvelles sous l'acronyme : "Les 10 Gagas"Ces artistes abstraits dont on ne connaissait pas, avouons-le, jusqu'à ce jour ni le goût ni l'admiration qu'ils vouaient à la divine Lady Gaga veulent rendre hommage à la reine arty de Twitter. On ne présente plus la talentueuse chanteuse pop autodestroy et postpunk qui collabore avec le sémillant sculpteur kitch Jeff Koons,  celle qui se met à nue pour la performeuse Marina Abramovic, ou qui est mise en scène par le démiurge du théâtre contemporain Robert Wilson, dont on a pu admirer la collaboration avec la star au Louvre en décembre dernier. 
D'âge canonique, ces "little monsters" des RN veulent rendre hommage à l'icône pop de la culture globale qui cite si souvent les artistes d'art contemporain et de créateurs de mode dans ses clips comme "Bad Romance" ou "Eh eh" ou encore "RARARARA AAA" et aujourd'hui G.U.Y

Il y eut de nombreux débats dans la communauté RN. 
Devait-on accepter ? 
Et si oui, pourquoi Lady Gaga et pas Madonna ? Débats houleux, voir clivants, Lady Gaga est-elle vraiment abstraite ?  
Certains étaient vraiment contre, la concevant comme purement figurative, voir un "fake". A la limite Madonna, passe encore mais Lady Gaga… Les opposants ont voulu démissionné, avant de se raviser face à la question théorique si pertinente - oui si pertinente - que ce collectif d'hipsters posait de la nouvelle monstration de l'abstraction dans son contexte glamour. 
La proposition a donc été accepté à l'unanimité moins une voix qui voulait rendre hommage à Orlan ! 

On annonce même la reprise de la performance de la gracieuse artiste anglaise Millie Brown qui vomit la couleur (au lait) sur le carré blanc sur fond blanc, toute de noir vêtue sur ses talons aiguilles hype. Une performance haute en couleurs, qui questionnera la relation heuristique de la place de la femme dans la pertinence du regard machiste dans la pratique de l'abstraction expressionniste gestuelle et la persistance de l'expressionnismuskeit dasein !

Autre innovation, la restauration du salon est-elle même totalement repensée, un fooding jeune, cool remplira les assiettes de caviar Béluga des Andes servi sur leur lit d'algues de Malaisie en chemise. On annonce également des émincés de truites de Transnitrie dans leurs sauces au vert servies avec leurs ribouldingues de saison qui joueront à n'en point douter du sucré et du salé, du cuit et du cru, le tout servi par les artistes du salon. Les vins de Pomeranie occidentale accompagneront ces plats fins et raffinés que le chef international ouzbek Ayri Xlayvaëck a promis de nous servir. 

C'est un véritable plaisir d'esthète post-structuraliste qui nous attend au salon 2014 au Parc FloralEt, last but not least, le clou de cette mise à jour du salon dans le bois de Vincennes, devrait être l'élégant robot de l'artiste américain Jordan Wolfson qui devrait ouvrir la danse pour le soir du vernissage !


C'est sans aucun doute une annonce des plus sidérantes de ce début de XXIe siècle dans l'histoire du salon parisien de l'Abstraction qui n'arrête pas, on le voit de se rajeunir, mais où s'arrêteront-ils ?


Oläf Arsse