Follow by Email

mardi 29 janvier 2013

Exposition Renaud Jacquier Stajnowicz et Nathalie Delasalle

Exposition commune de Renaud Jacquier Stajnowicz « A la limite » et Nathalie Delasalle « Incidence » du 25 janvier au 6 mars 2013 - Vernissage le jeudi 24 janvier - Galerie Lahumière - 17, rue du Parc Royal F-75003 Paris.

Deux réflexions sur la couleur présentées par deux artistes, d'une part par Renaud Jacquier Stajnowicz avec des monochromes en mouvement, et des constructions de couleur basée sur la transparence. Après avoir tenté des amalgames de couleurs plus tranchées et observé plus d’immobilisme dans ses châssis qu’il confectionne lui-même, être passé de la bande au trait d’union, expérimenté la courbe, il revient au mouvement et au monochrome. Cette fois-ci il développe de grands aplats de pigments veloutés et construit avec eux un mouvement, ici un éclatement là une attente immobile. Voici  ce qu’il nous dit de son travail : « … il n'y a rien à "voir" si ce n'est la relation de l’œuvre en tant qu'objet et le lieu de la présentation de l’œuvre et du spectateur.L’œuvre par sa radicalité monochromique ne donne à voir que ce qui est là.
La question du spectateur se pose alors dans toute son exigence : qui est là ? qui regarde et comment je regarde? »

Au premier étage de la galerie le travail blanc de Nathalie Delasalle (RN2011). Les sculptures et volumes de l'artiste sont en synthèse de marbre, matière qui capte la lumière d’une façon voluptueuse. Elle aime à dire qu’elle travaille la couleur.

samedi 19 janvier 2013

Susan Cantrick, peintre





A l'occasion de son exposition "Transitive" à la Combes Gallery, à l'American University of Paris, du 24 janvier au 11 fevrier 2013 
Susan Cantrick répond au questionnaire des RN :


Pouvez-vous décrire brièvement votre travail ?
Can you briefly describe what you do ?

En tant que peintre, je m’intéresse au moment pré-verbal de la perception, là où sensation, émotion, mémoire, et intuition commencent à devenir cohérent. Je considère mes peintures comme des analogies à ce moment subliminal, entre percevoir et dire.

As a painter, I am interested in the pre-verbal moment of perception, when sensation, emotion, memory, and intuition begin to cohere. I consider my paintings to be analogues of this subliminal moment, between sensing and saying.

Qu'est-ce qui vous motive pour créer ?
What drives you to make work ?

Un besoin que rien d’autre hormis la peinture ne peut satisfaire.

A need that nothing else can satisfy except painting.

Pouvez-vous nous parler de votre pratique au jour le jour ?
Can you tell us something of your day-to-day practices ?

Normalement, je suis dans l'atelier 5-6 heures par jour, six jours sur sept.

I am ordinarily in the studio 5-6 hours per day, 6 days per week.

Depuis quand travaillez-vous de cette manière?
How long have you been working in that way ?

Depuis le début. (Ayant été violoniste avant devenir peintre, j’étais déjà accro à la pratique quotidienne.)

From the beginning. (Having been a violinist before becoming a painter, I was already addicted to daily practice.)


Quels sont les artistes qui vous ont le plus influencés ?
Which artists have had the greatest affect on your work ?

Question un peu dangereuse. Dès qu’on indique des “influences,” tout le monde a tendance de regarder le travail à travers ce prisme, de catégoriser son travail selon ses influences. C’est peut être moins trompeur de dire, voici les artistes dont le travail m’intéresse, et qui m’encourage, peu importe s’il y a des liens directs avec mon propre travail: Shirley Jaffe, Amy Sillman, Charlene von Heyl, R.H. Quaytman, Juan Uslé, Thomas Nozkowski, Per Kirkeby, Diebenkorn. C’est une liste assez éclectique (et non-exhaustive), mais ils ont presque tous en commun une affinité forte avec la couleur, une tendance à utiliser des formes distinctes et créer des espaces peu profonds, enfin de déployer une variété éclectique de médias et de techniques.

A slightly dangerous question, in that as soon as you mention influences, everyone has a tendency to categorize your work accordingly. It’s less misleading just to say, here are the artists whose work interests me, whether or not there is any direct link to my own work: Shirley Jaffe, Amy Sillman, R.H. Quaytman, Charlene von Heyl, Juan Uslé, Thomas Noskowzki, Per Kirkeby, Diebenkorn. That’s an eclectic (and not exhaustive) list, but what most of them have in common is a strong affinity to color, a tendency to use distinct forms and to keep the painting space shallow, and an eclectic deployment of media and techniques.

Qu'est ce qui en dehors des arts visuels fait évoluer votre travail?
What outside of visual art informs your practice ?

Tout.

Everything.





Comment souhaitez-vous que le public reçoive votre travail ?
How would you like people to engage with your work ?

Les yeux et l’esprit ouverts.

With open eyes and mind.

Qu'est ce qui vous passionne actuellement ?
Have you seen anything recently that has made an impression ?

L’exposition la plus impressionnante que j’ai vue récemment était celle de la première génération des peintres aborigènes, au Musée du Quai Branly. J’ai été frappée par leur approche de l’espace et de l’échelle. La variété de styles entre ces artistes était également surprenante, étant donné qu’ils travaillaient souvent ensemble, employant une même gamme de techniques et une palette assez limitée.

The most impressive exhibition I’ve seen recently was of the first generation of aboriginal painters, at the Musée Quai Branly. I was struck by their approach to space and scale, and by the variation among these artists, especially given that they often worked together, within a fairly limited set of techniques and with a limited palette.

Dans quel sens selon vous doit évoluer l'art abstrait ?
In your opinion, how should be the future abstract art evolution ?

L’art abstrait évolue, et va continuer d'évoluer, selon ses praticiens. Ce n’est pas une question d’échanger son art contre une idéologie. Si l’on veut influencer quelque chose, il vaut peut être mieux viser à faire évoluer l’attitude exclusive actuelle du mécénat vers une reconnaissance plus équilibrée de la gamme des formes de l’art contemporain.
Ces formes s’emmêlent plus que jamais, ce qui veut dire que les formes dit « anciennes » (comme la peinture abstraite, par exemple) sont aussi flexible que les formes qu’on appelle «nouvelles». Ce qui compte dans l’art, ce n’est pas tant sa forme, mais qu’il soit intéressant. Curieusement, le mécénat (les galeries et des institutions) peut se révéler aveugle devant ces évidences. Donc, il faut que les artistes équilibrent le champs en participant plus dans la diffusion de leur propre travail. Une façon d'agir, c’est que les artistes eux-mêmes assument plus souvent le rôle de commissaire d’exposition.


Abstract art evolves, and will continue to evolve, according to its practitioners. It’s not a question of trading one’s art for an ideological stance. If one wants to influence something, it might be more constructive to think in terms of influencing the financial support system toward a more inclusive attitude, one that recognizes the gamut of existing art forms, which influence each other more than ever. Which is to say that so-called “old forms” (like abstract painting, for example) are as flexible as the ones we call “new”. What counts in art is not so much its form, but whether or not it is interesting. Oddly, the support establishment (galleries and institutions) can be blind to such obvious points. So, artists need to balance out the field by participating more often in the diffusion of their own work. One avenue is more curating by artists themselves…







vendredi 18 janvier 2013

Les artistes Criss Cusson et Jean Dujardin sur Canal+


Vendredi 18 janvier les toiles et dessins  de Criss Cusson seront visibles sur deux décors du "Débarquement " avec  Jean Dujardin,  Marion Cotillard , Guillaume Canet, Nicolas Bedos , Joey Star etc ... Sur Canal + ... 2h 30 de direct !
Vous pouvez également retrouver Criss Cusson sur son nouveau site,  un laboratoire ou les projets fourmillent ... 


mardi 15 janvier 2013

Maria Manton, une vie de peintre

Maria Manton (1910-2003) fut pendant de nombreuses années le sphynx impartial des Réalités Nouvelles régnant sur le secrétariat des années Fontené, Busse ou Lanoé... et ce pendant prés de 40 années du Salon. 



La Galerie 53, 53 rue de Seine Paris VI présente une sélection d'oeuvres de l'artiste du 17 janvier au 16 février 2013. 

L'oeuvre de Maria Manton est profondément marqué de la lumière méditerranéenne. Elle aimait séjourner et voyager sur les rives de la Mare Nostrum. 


Dans sa peinture le signe se fait hiéroglyphe, c'est à dire icone lisible à celui qui possède la clé secrète du langage alors qu'il perd pour le profane son sens littéral de barque, arcade ou silhouette ...
La couleur souvent travaillée à la caséine trouve par delà le temps les qualités de matité d'ocre et de terre des fresques égyptiennes antiques aux figures découpées profilées en-plat qui nous rappellent que Maria Manton se passionnait pour l'égyptologie. 
Sa peinture est un espace haptique qui suggére un haut-relief.

Dès les années 50 son langage semi-abstrait est exposée par Colette Allendy puis par Lydia Conti, elle fut ensuite representée par la Galerie Callu-Mérite puis aujourd'hui par la Galerie 53.

Née à Blida en Algérie en 1910, elle n'en conservait que des souvenirs mais aucune nostalgie. Figure du St Germain des Prés mythique des années 50, avec Louis Nallard son mari, elle s'occupait alors d'un hôtel rue du Vieux Colombier ou séjournait les artistes Robert Hossein, César, Poliakoff ou Sidney Bechet... entre autres. 

Pour le salon des Réalités Nouvelles, non seulement secrétaire, elle allait visiter les ateliers d'artistes toujours attentive à découvrir de nouveaux artistes. Elle géra également dans les années 1970 la Petite Galerie rue de l'Ancienne Comédie.

Cette exposition est également la dernière organisée par Virginie Duval, la codirectrice de la Galerie 53 depuis 2006. Cette amie des Réalités Nouvelles part pour de nouvelles aventures sous d'autres cieux plus bleu outremer.

Galerie 53, 53 rue de Seine Paris VI- F - du Mardi au Samedi de 14h30 à 19h00. Vernissage jeudi 17 janvier à partir de 18h.

lundi 14 janvier 2013

Susan Cantrick expose


Susan Cantrick (RN 2012) montre ses nouvelles oeuvres à la Combes Gallery, American University of Paris, du 24 janvier au 11 fevrier 2013 vernissage le soir du 24 janvier.
Combes Gallery AUP
6 rue du colonel Combes
75007 Paris

Colloque EHESS avec la participation de Denise Vernerey

Dans le cadre de l'EHESS, un colloque est organisé le lundi 21 janvier à la Maison de la Recherche, 28, rue Serpente, 75 006 PARIS.

Son thème : "L'art entre création et hybridation".

Différents intervenants illustreront à travers les siècles et les aires culturelles, le processus d'hybridation inhérent à la création artistique dans ses diverses manifestations plastiques, scéniques, numériques.

Denise Vernerey interviendra sur le thème: "L'hommage de Dan Flavin à Otto Freundlich. Réponses croisées et redéfinition de l'espace esthétique."

L'accès est libre - et gratuit - sans inscription. 

mardi 8 janvier 2013

Nouvel An dépôt de bilan


La Galerie Sollertis de Toulouse a déposé le bilan après 25 ans de vie, son activité ayant baissé selon son directeur de 90% en 2012, illustrant ainsi de façon exemplaire la difficulté de vivre des galeries en province. Le marché de l’art français a enregistré une baisse de 4 a 11% suivant les maisons de vente aux enchères sur 2012.  Seuls les ventes d’objets asiatiques ont apportés leurs lots de records et de collectionneurs fortunés étrangers qui sont les principaux clients des salles des ventes françaises pour les 2/3.  

Guillaume Cerrutti, pdg de Sotheby’s France a publié une tribune « pro domo » dans le Huffington Post  du 1 janvier 2013 où il prédit  l’embellie sous condition du marché de l’art parisien soit sa marginalisation pour l'année qui débute dans une économie tournant au ralenti. Condition donc : d’une part une sélection d’œuvres rares et peu vues, de bonne qualité à des estimations modérées est nécessaire. D’autre part  ouverture à la mondialisation en particulier asiatique (pour pas dire chinoise) enfin maintenir la stabilité juridique et fiscale, exonération et baisse des taxes… ce qui a valu immédiatement  à l’auteur une volée de bois vert dans les commentaires publiés !

Sinon nous vous rappelons que la société Marble Art Invest (Paris, Londres, Moscou) qui proposait des investissements en art à partir de 8000 euros avec une rentabilité de 4% par trimestre ( soit 16% par an !) ne serait rien d’autre qu’un genre de chaîne de Ponzi … quelques  300 naïfs semblent-ils s’y sont faits prendre ! 
Les responsables de MAI sont poursuivis pour «escroquerie et blanchiment en bande organisée» par le Parquet de Paris depuis mai 2011. Ils ont été interpellés et font l’objet d’un contrôle judiciaire a-t-on appris par le Journal des Arts le 27 décembre 2012.

mardi 1 janvier 2013

BONNE ANNEE 2013 !

Le Salon des Réalités Nouvelles vous souhaite une bonne et heureuse année 2013 !

A tous qui nous lisent de France, des Etats-Unis, d'Allemagne, de Russie, de Belgique, du Royaume-uni, de Suisse, du Canada, d'Espagne, de Cote d'Ivoire, d'Australie, de Hong Kong ...
Cordialement !