Follow by Email

mardi 27 septembre 2011

Vásárhelyi Győző, Vanina Lange, Jacques Maistre, Sandrine Mathieu et Christian Martinache …


La Galerie Lahumière à Paris présente du 6 Octobre au 30 Décembre 2011 une rétrospective de Vásárhelyi Győző… plus connu sous le nom de Victor Vasarely. Il fut une des figures les plus célèbres des années 1960 et 1970, dont les images à la fois abstraites et pop étaient accrochées en poster dans les  bureaux ou les chambres adolescentes, affichées au dos des panneaux publicitaires Decaux en carrés de couleurs primaires, ou formaient le logo du Centre Pompidou et celui rénové de Renault … Vasarely évoque irrésistiblement l’esthétique moderniste du président Pompidou et de Madame, de l’antichambre du bureau de l’Elysée par Agam… En 1988, dans le catalogue pour la dernière exposition de Victor Vasarely à la galerie Lahumière, il est écrit… « le moment semble venu, de faire une rétrospective critique de son œuvre ». En effet cette renommée, que les moins de 20 ans ne peuvent connaître, semble faire obstacle à un regard sur l’ensemble de la vie de ce peintre polymorphe dont l’oeuvre couvre un siècle entre sa naissance en Hongrie en 1906 et son décès à Paris en 1997. L’œuvre de Vasarely n’a toujours pas fait l’objet d’une rétrospective dans une grande institution parisienne.


La Galerie Lahumière a donc tenté de combler ce vide en présentant sur les trois étages de sa galerie des toiles de Vasarely qui illustrent les cinq périodes cardinales de l’artiste après 1948, année où il participe au Salon des Réalités Nouvelles dont il fut un des membres auprès d’Auguste Herbin.
Longsor 1951/1952 Huile sur toile 130 x89 cm

Né en 1906 en Hongrie, Vásárhelyi Győző fut l’élève de Bortnyik au Muhely (le Bauhaus hongrois) de Budapest. Il y apprend à trouver des solutions pour aller « au-delà du tableau » dans les tendances géométrico-abstraites que le Bauhaus et ses différents émules adaptaient à tous les secteurs de l’art : abstraction et design. Installé à Paris dans les années 30, il débute comme graphiste pour les agences de publicité dont Havas pour lesquelles, en 1940 il effectue son premier travail majeur « Zebra », un zèbre peint en « trames anglaises »… système qu’il réutilisera dans les années 1970 pour le portrait du Président Pompidou accroché dans le Hall de Beaubourg.

Le Président Pompidou au Centre...

Inventeur de l’art cinétique dans les années 50, il développe, dans un premier temps, un travail en noir et blanc qui va devenir l’« Op’Art » par la suite ; art optique qui joue des illusions et semble directement inspiré par la tradition moderne, des cercles chromatiques de Johannes Itten, des recherches de Josef Albers autant que des différents enseignements sur la couleur des écoles d’art d’Europe centrale.
Des œuvres comme Bellatrix (1957)  porte les germes de cette évolution : par un léger déplacement et une coupure en haut et en bas des cercles il se crée une certaine illusion d’optique. Les œuvres Belle-Isle, Meaux  et Tampico, inspirées de Belle-Île en Bretagne, témoignent de ces tentatives nées selon le peintre de l’observation des galets sur la plage, pour rendre visible une certaine déformation.
Bellatrix 1957/1960 Tempera sur Carton 67 X 90 cm

À partir des années soixante, il développe son propre alphabet plastique qu’il appelle aussi « folklore planétaire ». Cet alphabet, placé sous l’influence d’Auguste Herbin, (comme l’indique ses « Notes Brutes » de 1973), lui permet de décomposer l’image en de multiples pièces géométriques régulières, aussi appelé « unité plastique ». Chacune des pièces de ce puzzle pouvait être enlevée et remise à un autre endroit de la composition. Une série de multiples et de sculptures furent ainsi créés à partir de ce système de grandes compositions architecturales telles que celles de la Cité Universitaire de Caracas, de l’école pédagogique de Essen, ou la fresque de la gare Montparnasse à Paris. Ce principe devait avoir aussi de nombreuses applications dans le design.


Le champ du tableau est peint à la manière du « all-over » bord à bord. Il n’a plus de parties privilégiées, fond et forme, plus de haut et de bas ni droite ni gauche (voir Majus 1967/68). Prolongeant ainsi les compositions antérieures signées en haut et en bas. Vasarely s’adresse par ces compositions à tous les spectateurs de la même façon et renonce à tout savoir culturel : ses œuvres peuvent être immédiatement appréhendées et comprises par le plus grand nombre. L’oeuvre de Vasarely va dès lors s’intégrer à une culture populaire et urbaine.
"Gestalt-ville" 1969 Acrylique sur toile 153 x 200 cm
Toute la richesse de son œuvre est rendue vraiment visible à partir du moment où il commence à travailler avec la couleur. Il crée ainsi des sphères, (voir Cheyt-rond 1970), où surtout la couleur suggère au spectateur la troisième dimension. Mais aussi les œuvres de la série « Gestalt », comme dans la « Gestalt-Ville de 1969 »,  montrent à travers la couleur la possibilité du réversible, la forme peut-être lue et ressentie alternativement en positif ou en négatif.


"Santorin" 1952/1958 Huile sur toile 195 x130 cm

Poursuivant sans relâche l’application de ses théories cinétiques, les adaptant à des situations plastiques et formelles différentes, Vasarely étend son travail sur plus de 50 ans. Il influence de nombreux artistes des générations suivantes dont son fils Yvaral, mais aussi Daniel Buren (ses vitraux et ses cabanes) et de nombreux artistes numériques.  L’exposition présente donc un regard sur les tableaux des périodes « Denfert », « Belle-Isle », « Gordes-Cristal », les « photographismes », les « folklore-planétaires » et les « permutations », et nous livre le cheminement de la pensée de l’artiste au-delà des clichés.


Un catalogue préfacé par Arnauld Pierre parait à l’occasion de cette exposition à La Galerie Lahumière 17, rue du Parc Royal.75003 Paris. 
("Longsor","Gestallt-ville", "Bellatrix", "Santorin" courtesy Galerie Lahumière)

En complément la galerie Pascal Lansberg, 36 rue de Seine 75006 présente une sélection d’œuvres de l’artiste du 7 octobre au 19 Novembre 2011.

Jacques Maistre (RN 2011) expose à partir du 7 au 30 octobre 2011 au Château des Tourelles au Plessis Trévise (94420) ses sculptures en acier martelé.

Vanina Lange (RN 2011) présente du 6 octobre 2011 au 6 janvier 2012 à L’Atelier Martel, 3 rue Martel 75010 Paris sur Rendez-vous une installation in situ intitulée : Une longueur sans largeurTravail sur les limites de la sculpture et de sa monstration, puisqu'il n’y a de texte de présentation ou de dossier de presse, mise à part son carton d’invitation qui est sa démarche pour cette expo. Seule à être dans ces murs avec la clé. Ni bois, ni ciment, ni silicone juste une longueur sans largeur. Il faut aller voir pour savoir


Enfin voici des photos du travail de Sandrine Mathieu et Christian Martinache visible au Centre Culturel Auguste-Dobel Médiathèque Aragon 9 rue Philidor 75020 Paris jusqu’au 30 septembre 2011.











mardi 20 septembre 2011

Jacques Chantarel, Richard Hamilton, Abstrkt et rappel

Jacques Chantarel - Composition paysagée - 2000 - Huile sur toile
Maquettiste puis typographe, Jacques Chantarel (1924-2011) s'est consacré à une peinture gestuelle et lyrique faite de nimbes colorées dans un environnement fractionné par une touche plate qui marbre la toile en des paysages mentaux. Jacques Chantarel s'est éteint il y a quelques jours à 87 ans, la cérémonie d'adieu s'est déroulé dans l'intimité familial le lundi 19  septembre au Père Lachaise. Une réunion de ses amis se tiendra au bar-restaurant-galerie à Equisetum , 89, rue Victor Hugo,  à Ivry sur seine (Métro Pierre et Marie Curie) le mercredi 21 septembre  à partir de 18h . 


Reconstitution de l'exposition de Richard Hamilton et Victor Pasmore de Londres 1957 à Vienne en 2011.
Le peintre britannique Richard Hamilton (1922-2011) connu pour avoir dessiné l'album blanc des Beatles, mis en image les Rolling Stones arrêtés par la police et travaillé en étroite collaboration avec Marcel Duchamp (RN 1939) est décédé à l'âge de 89 ans. Cette figure du pop-art avait également on le sait moins eu une oeuvre abstraite. En particulier un travail en collaboration avec Victor Pasmore pour une exposition intitulée "An Exhibit" (une exposition) en 1957 constituée de panneau de couleurs translucides assemblées dans l'espace.


"A étirer" par Daniel Lescot - 2011
Les Journées du Patrimoine vous ont permis de voir les oeuvres de Daniel Lescot à Grisy (95) dans le Vexin. 


A Cincinatti dans Ohio aux USA la Manifest Gallery présente 'Abstrkt' une sélection d'oeuvres abstraites d'une vingtaine d'artistes du 30 Septembre au 28 Octobre 2011. Jouant des différentes catégories de l'abstraction "inobjective", "géométrique", "expressive", etc... juqu'aux oeuvres où une figuration distordue sans être réaliste se lit, cette exposition entend montrer la diversité et la vitalité de l'abstraction aux USA et faire découvrir de nouvelles figures.




'The Tempest', Marc Leone

'Primitive Tumbler', Noel Paris

Enfin Rappel Important :

Les artistes désirant exposer au Salon Réalités Nouvelles 2012, sont invités à adresser courant septembre 2011 (entre le 1er et le 30), par courrier, un dossier d'au moins 10 photographies ainsi qu'une biographie (pas de CD svp), à :



Joël Trolliet - Secrétaire Général des Réalités Nouvelles
19, rue de la Jonquière - 75017 PARIS

Tél. 01 42 63 55 71 ou 09 53 65 19 47
Pas d'envoi recommandé. Prévoir une enveloppe suffisament affranchie pour la réponse et le retour du dossier.









mardi 13 septembre 2011

Jean-Pierre Bertozzi, Christian Martinache et Sandrine Mathieu, Nicole Valentin ...



La Cité Moderne de la Jarry à Vincennes est un lieu d’activité industrielle, associative, artisanale et artistique. Ce bâtiment de 46000 m2 de huit niveaux a été construit par l’architecte Laroche, dans les années trente sur un modèle moderniste. 
Aujourd’hui sur ces lieux, doit s’élever prochainement un lycée. 
Après avoir connu une histoire industrielle mouvementée qui s’est arrêtée en 2005, la Cité Moderne s’est transformée, grâce à ses artistes qui la gère depuis qu'elle a pris sa retraite industrielle et est devenue un espace de travail et de création autogéré, qui accueille dans ses murs plus d’une centaine de personnes aux origines et activités riches et diverses.

Rassemblés en un collectif  "Jarry'verevient " autour du projet de sauvegarde du bâtiment, de sa gestion, du développement des diverses activités qui y sont pratiquées ainsi qu’une réhabilitation cohérente de celui-ci, en collaboration avec des architectes, des résidents et des artistes, afin d' en faire un lieu d’expériences culturelles et sociales, un espace de vie et de travail pluridisciplinaire de qualité, et également un lieu de résidences ponctuelles avec des possibilités d’ouvertures au public (théâtre, cinéma, danses, cirques, expositions….).

Ici Peter Klasen y a un atelier, comme Jean-Pierre Bertozzi,  Ralph Cutillo, Isabelle Palenc, Sophie Lambert, Elisabeth Gevrey ou Olivier Di Pizio,  des compagnies de théâtre comme celle du Radeau ou la compagie traverscène, le Cirque Electrique, le cirque ARN le photographe F.Joyeux, le collectif d’artistes 9eme concept (peintres, graphistes, illustrateurs…). Ils sont aujourd’hui expropriés.

 L'atelier de Jean-Pierre Bertozzi s'ouvre à l'occasion de la manifestation "Sauvons La Jarry", le week-end du 17 et 18 septembre 2011.







Christian Martinache et Sandrine Mathieu exposent  "Pierres Non Seulement"  jusqu'au 30 septembre un travail à quatre mains sur l'empreinte, construit autour de leur installation "Lapidation/Dilapidation" à partir du vendredi 16 septembre :


Christian Martinache



Sandrine Mathieu


Centre Culturel Auguste-Dobel Médiathèque Aragon 9 rue Philidor 75020 Paris


Nicole Valentin (RN 2011) expose le Samedi 17 et le Dimanche 18 septembre dans le cadre des journées du patrimoine à Grisy-les-Plâtres, sur la place devant l’Eglise.




  







mardi 6 septembre 2011

Les journées portes ouvertes des ateliers d'artistes de la ville d'Ivry, 100 rue Molière à Ivry sur Seine se dérouleront du 23 septembre au 25 septembre.  Ces journées se clôtureront par une vente aux enchères le 25 septembre à 16h par le commissaire-priseur Catherine Yaich, parmi les artistes : Diane de Cicco, Martine de Baecque ... avis donc aux amateurs éclairés !

Nous vous rappelons que l'exposition "Sculpt en Sologne" démarre le 10 Septembre à Chaumont-sur-Tharonne et que vous pouvez y voir les oeuvres monumentales de Jean-Paul Moscovino ...

Et que l'exposition de Bernard Blaise au Campo Santo à Orléans est prolongée :



Enfin l'exposition Louttre.B, R.Cutillo, E.Levesque, M.Bissière au chateau de Ratilly dans l'Yonne se termine le 30 Septembre.