Follow by Email

mardi 30 août 2011

DE HAUSMANN A ORLEANS

Parmi les fondateurs des Réalités Nouvelles on trouve aussi Raoul Joseph Hausmann, peintre, poéte dadaiste à qui l'on doit disent les encyclopédies, le photomontage et la poésie sonore entre autres. Or donc Raoul Hausmann ( 1886-1971) répondait au questionnaire de 1939 de Frédo Sidés avec soin et précision, je vous laisse le lire :



Si l'optophonétique de Raoul Hausmann n'a pas vraiment vu le jour (à moins que cela ne soit internet ?)  l'esprit dadaiste, lui est bien vivant. Vous pouvez vous en rendre compte à Orléans où Bernard Blaise (RN 2011) présente une installation  constituée d'une fléche de 6,00 m de haut intitulée "Gratte-Ogive"dans le cadre de l'exposition "Chute/Elévation", 22 Créations in Situ au Campo Santo d'Orléans du 22 Août au 5 Septembre 2011.


mardi 9 août 2011

AAA et RN...


American Abstract Artists (AAA) est une association américaine d'artistes abstraits, d’une centaine d’artistes environ,  gérée par les artistes eux-même. Elle a été fondée en 1936 à New York par Josef Albers, Carl Holty... pour la promotion de l’art abstrait et de l’art non-objectif. 2011 est le 75 e anniversaire de sa naissance. Plusieurs expositions ont été organisés à New York et à Berlin entre mai et juin. AAA ne se contente pas d'organiser un salon annuelle dont vous pouvez voir des photos ci-dessous, mais organise aussi des expositions rétrospectives dans les musées américains. AAA publie également une revue On Edge qui est rédigée par les artistes qui y font part de leurs réflexions théoriques. Cette revue est centrée sur le futur de l’abstraction. Parmi les membres présents et passés de AAA on retrouve d’éminents membres des Réalités Nouvelles comme Josef Albers (membre fondateur des deux salons !), Jean Helion (RN 39), Jean Arp (RN46), Carl Holty (RN48), Manfred Mohr (RN 1969), etc... mais aussi à avoir accueilli d'autres célébrités Louise Bourgeois, Clement Greenberg, José Guerrero, Lee Krasner, Fernand Léger, Sol Lewitt, Brice Marden, Ben Nicholson, Ad Reinhardt, Robert Ryman, Richard Tuttle, Jack Tworkov… Née dans la grande dépression AAA est un des rares collectif d'artistes à continuer au 21e siècle !




Deux vues de l'exposition de New York de AAA de 2011
au OK Harris Works of Art de New York


Un carton d'invitation de 1963 dans l'exposition historique
 du 75e Anniversaire au Johnson Museum, Cornell University
Fondé en janvier 2011, en Angleterre, par les artistes et critiques David Moxon, Peter Dickinson et Ton Brereton-Downs le collectif Abstraktion.org entend lui aussi défendre l’abstraction à travers un blog très actif s’intéressant à l’abstraction au travers de toutes les disciplines artistiques qu'elles soient visuelles, musicales ou littéraires… 

Enfin le site  (standard) interview fondé en décembre 2010 entièrement tourné vers la peinture vous donnera non seulement des interviews d'artistes (pour les anglophones) mais aussi des liens vers leurs sites … ou vous pourrez voir leurs travaux... comme par exemple ceux de ...

Alice Browne

Michael Callaghan

Clare Price

mardi 2 août 2011

John Hoyland au paradis

Aujourd'hui vous pouvez retrouvez JOHN HOYLAND sur son site officiel : 

______________________________________________________________

Le 31 juillet 2011, John Hoyland nous a quitté des suites d’une complication cardiaque.
Cet ami des Réalités Nouvelles reconnu comme un des plus grands artistes abstraits britanniques, défendait la centralité de l’abstraction dans l’histoire de l’art moderne. 

« La non-figuration a le potentiel du sens et du sentiment le plus fort pour moi » aimait-il à dire.

La peinture devait être pensée pour transmettre une puissante charge d’énergie visuelle, mentale et émotionnelle, sans avoir recours à des clichés figuratifs préétablis. Comme le note Mel Gooding dans le Guardian du 1er Août 2011, « La force expressive venait de son engagement dans la couleur, l’échelle et la forme abstraite plutôt que de toute expression directe d’un sentiment personnel. » 

Né a Sheffield en 1934, dans une famille de la classe-ouvrière, il débute la peinture à 11 ans, et pour son exposition de fin d’études à la Royal Academy de Londres, son président l’en exclu! Alors avec l’aide de Lawrence Alloway, John Hoyland et d’autres peintres abstraits organisent une exposition de grands tableaux abstraits. Peintre le plus jeune de cette exposition, sa carrière démarre ; il est alors signé par la Galerie Marlborough, l' exposition à Whitechapel qui suit en fait une figure de proue de la peinture abstraite britannique. Il vit à New York de 67 à 73, rencontre Greenberg découvre le travail de Hans Hofmann  dont il est le curateur de la rétrospective à la Tate Gallery de Londres en 1988. 
D’une grande gentillesse, d’un esprit acerbe et caustique, il avait très heureux d’être invité aux Réalités Nouvelles en 2006, il était revenu en 2007. La France étant le pays ou il n’avait jusqu’alors jamais exposé, ni eu aucun retour. Passant dans les allées appréciant le talent de chacun, savourant tels œuvres et regrettant le bon goût de certaines autres. « En fait le problème ! c’est qu’il y a trop de bons peintres ! » plaisantait-il ! « Mais Merde ! Bougez votre  cul ! Secouez-vous ! » grommelait-il !  « Faites-savoir ce que vous faites, c'est superbe ! ».

Désirant revenir, mais déjà malade, il nous avait écrit une lettre, où il mettait ses réflexions sur ce qu’était l’art abstrait : une réalité nouvelle dont voici un extrait : 

«  La peinture propose une réalité nouvelle.
  
Les peintures flottent largement au-dessus des écueils de la réalité, elles peuvent contenir l'informel et l'irrationnel, unis dans la spontanéité et l'inconnu. L’artiste doit plonger dans les mystères.
  
Dans mon propre travail, j’essaie d'accepter les forces de la nature, et la
puissance de l'esprit humain, ils m'ont permis d’expérimenter une vision
synthétique de la simplicité et de l'immense complexité de la nature et l'homme.

C’est d’oser imaginer qu’il n'existe pas de réponses simples, même si rêver est
peut-être une illusion, ce qui rend l'art si passionnant. 

L'Homme est seul avec ses joies et ses peines son courage et sa peur face à la
nature, sa beauté la puissance de ses éléments. Il glorifie la nature et il reste
enfantin, en présence de son impressionnante majesté, avec sa peur de l'inconnu, mais toujours en recherche. 

Essayer de créer un sens du magique, essayer de transformer le banal en réel,
pour en faire le paradis. »